Histoire de la Neo Geo CD

(1/3)

Page 1

Le Tokyo Toy Show: une présentation décevante (juin 1994)

 Nous sommes en juin 1994 lorsque le Tokyo Toy Show (aussi appelé "Tokyo Omocha Show" en japonais) attire des journalistes décidés à en voir plein les yeux. Nintendo n'a rien à présenter, trop occupé à concevoir le Virtual Boy qui aura le succès que l'on connaît. Sega et Sony entrent en guerre, les deux présentants la Playstation et la Saturn côte à côte dans une ambiance électrique. Derrière cet affrontement digne des plus grands combats de boxe se dressent plusieurs constructeurs qui ont des machines à présenter (Bandai et sa Playdia, Sanyo qui présente sa nouvelle collaboration avec la 3DO et NEC qui montre son PC-FX) avec, parmi eux, SNK qui présente sa nouvelle console devant quelques journalistes.

Pas de chance pour le géant de l'arcade, la Néo Géo CD est boudée par les journalistes qui se pressent pour voir ce qui intéresse le monde vidéoludique à l'époque: la 3D, et Sony. C'est le cas de Joypad, de Player One (qui, il est amusant de le noter, n'était pas invité sur le salon) mais pas de Consoles + qui accorde sa chance en développant une page sur la nouvelle de SNK. La marque tente de convaincre les journalistes que la Néo Géo CD sera moins chère que l'AES et qu'elle sera, de ce fait, bien plus accessible aux joueurs. SNK cherche donc à sortir de la vision élitiste qui lui colle à la peau et veut conquérir le grand public tout en ressortant ses recettes habituelles: une console puissante et présentant les meilleurs titres de l'arcade, jouables à la maison. Avec un prix de lancement de 49 800 yens et un CD pouvant porter jusqu'à 540 mégaoctects, SNK entend bien jouer sur les mêmes bancs que Sega et Sony mais elle se rend compte que le chemin va être difficile.

D'abord, parce que les temps ont changé depuis la sortie de la Neo Geo AES. Les journalistes réclament de la nouveauté, hors à part Métal Slug présenté comme le fer de lance de la console et le format CD, SNK n'a rien de nouveau à présenter. La Neo Geo CD bénéficie de la même architecture que sa soeur aînée et ses gros sprites 2D sont très vites ringardisés par la 3D de Sony qui met tout le monde d'accord sur l'idée que "la 3D, c'est le futur". Et ce ne sont ni les 24 jeux que présente SNK ni le format CD, déjà installé depuis 2 ans, qui changeront la donne. 

Ce sont donc des journalistes déçus par SNK mais enchantés par Sega et Sony qui repartent pour descendre encore un peu plus la Neo Geo CD, jugée "vieillotte". 

SNK joue la carte du portage AES vers CD et déçoit (Consoles + n°34 - Août 1994) 

Le prototype de la Néo Géo CD, qui conservera le même look à sa sortie (Consoles + n°34 - Août 1994)

 

2001-2018 Planet Emulation