The King of Fighters 96'

(2/2)
   

The KOF'96 se base de nouveau sur les desperate moves (souvent appelés DM). Entendez par là une furie dévastatrice, que l’on peut déclencher lorsque la jauge de Pow est au max ou bien lorsque votre jauge de vie commence à flasher dans le rouge. Le Pow se remplit soit manuellement en pressant A,B,C en même temps, soit augmente lorsque vous bloquez les coups de l’adversaire. Une fois la barre pleine, vous avez un petit laps de temps pour sortir votre furie. Accessoire mais grisant, le taunt (provoquer l’adversaire) a pour effet de diminuer sa jauge de Pow. A côté de cela, chaque perso dispose de sa panoplie de coups spéciaux. Tout l’art du gameplay se manifeste évidemment à travers l’aptitude à combiner un maximum de ces coups dès que l’adversaire montre une ouverture. Il est intéressant de voir que beaucoup d’entre eux ont été modifiés, en particulier pour Kyo. Du point de vue des mouvements de base, le dash, les roulades et la garde en l’air sont toujours d’actualité et il est également possible maintenant de se défaire d’une prise en pressant A et B.

   

Le team assistance quant à lui ne change pas. En appuyant sur A,B,C,D lorsque vous êtes en sale posture, vous pouvez faire intervenir un de vos coéquipiers, s’il n’a pas encore été battu. Le truc reste quand même assez hasardeux puisque le bonhomme ne vous aide pas systématiquement (il se pointe parfois juste pour faire son show). C’est une manip d’ailleurs qui n’est pas encore à considérer comme un vrai système de strikers bien élaboré, tel qu’on le verra plus tard dans la série. En attendant, on se régale toujours autant de match en match. Malgré le nombre important de persos et de styles différents, le jeu forme un ensemble solide et cohérent. Les combats ne sont jamais totalement déséquilibrés, et l’action se renouvelle en fonction de l’équipe que le joueur forme. Il arrive souvent qu’on peste contre le rythme imposé par le CPU mais on en revient en toute logique à une question d’entraînement.



Les aficionados retrouveront d’ailleurs rapidement leurs marques depuis le 95. Plus encore, selon beaucoup d’entre eux la difficulté a été revue la baisse. Pour ma part, je galère toujours autant dans les derniers combats et pour l’anecdote Goenitz, le boss final, se montre véritablement intraitable. Aussi, je vous avoue qu’avec les années mes doigts supportent de moins en moins ce genre de traitements…Enfin bref, toutes ces considérations ne changent rien à la qualité de cette édition 96' qui nous offre encore une fois de la vraie baston de luxe. 27 invités de marque, une technique sans équivalent et un niveau de finition pareil ça ne se refuse pas. Les nouvelles recrues se la pètent royalement, et le ton plus sérieux des combats ne fait qu’accentuer l’envie de retenter sa chance après la défaite. Pour peu que l’on accepte de se faire enchaîner si j’ose dire, le jeu peut à terme offrir une durée de vie quasi illimitée, surtout en mode deux joueurs. The King of Fighters 96' est l’archétype du challenge pour professionnels. Pourvu d’un gameplay reconnu mondialement, d’une réalisation sans faille, il ne se savoure pleinement qu’avec de la patience, beaucoup de patience…





Note : 18/20

La version cartouche et son homologue CD comprennent en plus du mode Arcade un mode Survivor, l’option Play Time (choix de durée du match), un Stage Select et enfin un mode Demo permettant de visionner les scènes de fin des persos avec qui vous avez fini le jeu sans perdre une seule fois, en level 3 minimum.


 
 
 
  




Article rédigé par Hydargo le 02/01/2006
2001-2020 Planet Emulation