Super Mario Land 2 : 6 Goldens Coins

(1/1)
Titre : Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins
Genre : Aventures/Plate-formes
Année : 1992
Console : GameBoy
Editeur : Nintendo
 

Mais qu'elle est dure la vie de super héros d'une princesse alors ! D'une part elle se fait toujours enlever, ça fait qu'on peut jamais se poser tranquilou pour écouter son disque des Musclés préféré. Toujours en vadrouille à droite à gauche, toujours à risquer sa vie sur des plateformes bancales et à passer son temps dans des tuyaux crados… Ah la la, pauvre Mario ! Limite qu'il a rien demandé le pauvre chouchou. Il envierait presque Sonic de pouvoir courir cul nu dans la broussaille. Et comme pour Mario, les jours se suivent et se ressemblent. Devinez ce qu'il va se passer ?

Alors que Mario vient (encore) de sauver Daisy, au terme d'une lutte sans merci contre Tatanga, un bisounours de l'espace, notre héros décide de rentrer dans son château pour un repos plus que mérité. A son arrivée sur ses terres, il remarque rapidement que quelque chose a changé. Comme si rien n'était pareil depuis son départ. Un bref regard vers sa vaste demeure et tout lui devint clair : Wario, son cousin malfaisant, a profité de son absence pour lui usurper son trône (l'enfoiré) ! Cette fois, Mario ne devra pas se battre pour sauver sa poufiasse (qui a l'heure actuelle doit se faire les ongles), mais bel et bien pour récupérer son royaume qu'il est beau !

Pour ce faire, il va devoir s'aventurer aux quatre coins du pays afin d'en récupérer les six fameuses pièces d'or, nécessaires à l'ouverture de la porte de son château, dans lequel Wario l'attend de pied ferme. Devoir reconquérir son propre chez-soi, sympa l'cousin !

C'est grâce a cette superbe bulle que vous pourrez accéder sur la Lune. A en ridiculiser la NASA ! Ouuuh j'ai peur.. !

Ah bah putain si la famille s'y met maintenant !!

Super Mario Land 2 fait donc directement suite au premier du nom, sorti quelques années plus tôt sur le même support. Et autant dire que d'une certaine manière, il était attendu ce second volet ! Mais il n'est pas dans les habitudes de son éditeur de décevoir, en particulier lorsque ça concerne sa mascotte. Ceci dit, les attentes étaient belles et bien là. Pour mémoire, SML était relativement facile et assez court, pour peu qu’on connaisse bien le jeu, et les espoirs dans cette suite étaient naturellement ciblés sur ces points. Alors... SML 2, un challenge digne de ce nom ou une nouvelle promenade de santé ?

Lorsque le joueur commence une nouvelle partie, une nouveauté va alors lui sauter à la figure, qui va lui proposer le choix entre trois tuyaux : A, B et C. Ce sont en fait des sauvegardes, dans lesquelles ses parties seront enregistrées afin de ne pas tout recommencer depuis le début. Déjà, on n’a pas encore commencé à jouer qu'une bonne initiative pointe le bout de son museau.

Le fait de pouvoir sauvegarder sa partie laisse donc présager un jeu armé d'une durée de vie certaine, puisque là où il y a de la sauvegarde, en général 'y a de quoi jouer derrière. Et c'est ainsi que commence notre nouvelle partie, en s'attendant très logiquement, comme dans tout bon Mario qui se respecte, à entrer directos dans le vif du sujet... eh bien non ! Pas cette fois. Et la, nouvelle surprise. Nouveau Mario, nouvelle formule.

Au lieu d'attaquer le tout premier niveau sous forme de 2D standard, on va trouver notre plombier préféré en vue aérienne sur une carte, qui se trouve être la carte du Mario Land à proprement parler, avec une route qui elle, vous conduira au tout premier niveau. Tâtez donc de la croix directionnelle et, comme le dit si bien la pub' de Banga : En route vers l'aveeenture !!

Ici ce peut être le méga jackpot ou la méga lose ! Le niveau miniature : "SPOILER" le boss c'est Giant Coucou !

Qu'y m'demande plus jamais mon kart pour faire mumuse, le couz', ou y s'prend un coup d'boule cash !!

On retrouve donc notre héros au tout début de l'aventure, dans un premier niveau mignonnet au possible, apparenté à une petite campagne. Rapidement, on y retrouvera les bonnes habitudes que l'on a déjà connues dans les précédents Mario, sauter sur les Goombas, des blocs surprises avec des pièces dedans, et votre premier champignon dans cette aventure, qui ne traînera pas lui non plus ! Snif'... c'est émouvant... mon premier champignon dans Mario Land 2... Le plus beau moment de ma vie après la naissance de mes enfants.... que je n'ai pas...

Euuuh... bref... eh oui on associe le champignon de Mario à ce qu'on veut après tout, hein ! On est donc d'emblée plongé dans l'ambiance bon enfant d'un excellent jeu d'aventures qui dès le premier niveau, dépaysera complètement le joueur. Une ambiance quelque part toute tracée, puisque marchant sur les traces du bienveillant Mario Land 1, qui quelques temps plus tôt, était déjà passé par là.

Une fois le premier niveau terminé, Mario progressera par la suite sur la carte de Mario Land, et ce en ayant une liberté de mouvement la plus totale... du moins suivant les tracés de la carte, mais sans aucun pré-requis de progression, ni même de contrainte de quelque manière que ce soit. Un fort gros bon point qui sera en partie responsable du succès de ce titre.

'Vais l'avoir.. 'vais pas l'avoiiir.. ?? Non non, ces deux sourissettes ne sont pas Dorothée et Ariane reconverties..

Après mon cousin.. bon ça va être qui l'prochain vilain là.. Toad ??? M'en suis toujours méfié de toute façon, avec son regard de vicelard...

Aller où on veut, oui, mais quand même pas dans le château de fin dès le début non plus. Le but du jeu étant avant tout de parcourir les six niveaux du jeu pour en récupérer sa pièce d'or, qui ira automatiquement se placer sur la porte de la demeure. Les six pièces représentent en quelque sorte la clé, qui débloquera l'accès au dernier niveau du jeu une fois toutes celles-ci récoltées.

Pour se faire, chacun des niveaux disponibles présentera plusieurs stages, suivant un cheminement jusqu'à son niveau final, dans lequel un boss n'attend que vous. Rien de bien innovant ici, partant de la carte, vous vous dirigez vers le niveau de votre choix et le sélectionnez. Vous tombez alors sur la carte du dit-niveau, et y attaquez son premier stage.

Les niveaux en général se veulent très variés de par leur thème, et chacun d'eux possède une ambiance qui lui est propre. Ainsi donc, partez à la conquête des étoiles sur le niveau de la Lune en tenant compte de l'apesanteur bien entendu, affrontez des créatures cauchemardesques dans le niveau de la Citrouille, déjouez les nombreux pièges dans le robot Mario géant, ou encore jouez la façon Laure Manaudou moustachue (d'abord comme toutes les femmes elle en a, de la moustache !) dans le niveau aquatique de la tortue...

Une identité propre à chaque niveau qui va également se refléter sur leur boss, qui ne sera pas non plus dénué d'humour. Le joueur affrontera donc des boss avec un arrière-goût de contes très connus, comme par exemple les trois petits cochons, la sorcière de la Citrouille, qui avec son chaudron fait penser à Hansel et Gretel (NdS : Hansel et Gretel, c’est un four, non ?), ou encore la pieuvre du niveau de la tortue, clin d'œil à peine dissimulé à 20 000 lieues sous les mers...

Une entrée en matière qui a de la gueule ! Nan mais eh oh.. il est dans la Lune lui ou quoi.. ?!

Mais sérieux pour qui y s'prend l'cousin là.. en plus il est gros, moustachu.. Pfff !

Mais passé les premiers instants de découverte, une question reste en suspens.. est-ce que ce Mario Land 2 relève le niveau de difficulté ? Déjà, il est clair que les stages de ce jeu sont un peu plus longs que ceux proposés par Mario Land 1, et surtout plus nombreux. Certains verront ses défilements honrizontaux, d'autres plus a la verticale, puisque s'étendant sous forme d'étages plate-formesques.

Le déroulement de chaque stage va se dérouler, lui, comme dans tout bon Mario qui se respecte, et suivant les standards d'une 2D bien encrée dans les moeurs. Des trous bien placés, des ennemis très bien placés qui seront susceptibles de surprendre le joueur plus d'une fois.. mais rarement deux fois au même endroit. Et malheureusement, encore ici, ce n'est pas le niveau de difficulté général qui va impressionner le joueur, même si celui-ci est un occasionnel. Sûr, il aura certes plus de difficultés a franchir certains passages là où le joueur chevronné sera passé sans trop de soucis, mais avec un peu d'entraînement, ça finit par passer. De toute, ça casse jamais très souvent dans les Mario.. et encore moins sur GameBoy.

Même pour un simple débutant, après quelques parties pour se familiariser a l'univers, sa progression sera susceptible de se faire sans trop d'encombres donc, même si ce jeu va présenter un petit niveau de difficulté omniprésent du début a la fin. Avec ceci-dit un net cran de difficulté supplémentaire dans le château de Wario. En même temps, c'est pas non plus le dernier niveau pour rien, mais là au moins, une certaine vigilance sera nécessaire jusqu'à arriver au vilain, où un timing assez exigeant ainsi qu'une bonne coordination dans ses sauts se feront demandés.

Le niveau de MGM : Métal Gear Mario (...) C'est vraiment qu'un boulet.. pff !

Je me demande ce que fais Luigi pendant ce temps-là.. sûrement très occupé a se toucher avec Daisy, j'en suis sur !! Grrmbl..

Graphiquement parlant, on a affaire ici à du haut niveau pour de la Game Boy. La qualité des sprites a été très nettement revue à la hausse, ils sont plutôt gros, ainsi que bien détaillés. Mario ressemble à un véritable personnage, et les détails dont sont pourvus les ennemis sont plus qu'appréciables. Avec en prime de magnifiques boss, tout aussi bien détaillés que les autres sprites, mais bien plus imposants.

Quant aux musiques, elles ne sont sûrement pas en reste. Des pistes qui ici ne révolutionneront pas non plus le genre, mais restent néanmoins franchement agréables à écouter durant l'accomplissement des niveaux, et qui se veulent enjouées au possible, et bien entendu restant dans la grande tradition des musiques bon enfant dont tout bon Mario Bros/Land se voit pourvu.

Et non sans une certaine variété durant toute la partie, puisque partant d'une musiquette qu'on pourrait écouter lors d'une ballade à la campagne avec tata, mais aussi ses airs sombres et inquiétants lors de la traversée du cimetière de la Citrouille, où ses notes graves et résonnantes feront tout pour entretenir un certain suspens dans les traversées de cimetières... non dénué d'humour non plus. Je fais par exemple allusion à ces bruitages de chaise roulante grinçantes, qui moi personnellement, m'ont toujours bien fait rire !

Hahaaa j'vais faire pareil que Zizou a la télé !

Quand j'pense que si 'y avait pas eu ce gros, j'serais déjà en train de boire au tonneau et péter en regardant télé-foot.........

Et qui dit Mario, dit aussi très logiquement accessoires. Car Mario ne serait pas Mario sans tout son attirail, certainement aussi célèbre que lui. Et concernant "l'armement" de Mario, si je puis m'exprimer ainsi, on peut dire qu'on était un petit peu restés sur notre faim, sortant de Mario Land premier du nom, étant donné que le minimum syndical était fourni.

Dans cette suite, on va  retrouver le traditionnel champignon, la fleur qui va bien, l'éternelle étoile d'invincibilité, et ? Et la carotte ! Qui va permettre à notre plombier préféré de revêtir un casque de lapin, qui grâce à ses oreilles, lui permet de rester en l'air beaucoup plus longtemps que sous son apparence normale. La fleur, eh bien quant à elle vous permettra de pouvoir lancer des boules de feu sur vos ennemis, mais ça tout le monde le sait, hein, et le champignon vous permettra de devenir grand Mario. Mais ça, tout le monde le sait aussi... et l'étoile j'en parle même pas.

A noter qu'à l'inverse de Mario Land 1, où la moindre collision vous fait redevenir petit, dans Mario Land 2, le cumul du champignon et de la fleur ou de la carotte vous accordera deux points de vie, avant de redevenir petit. Un marge d'erreur plutôt confortable.

Petit mot pour conclure (comme dans les Bronzés) sur la maniabilité, ainsi que sur la gestion des collisions, qui eux n'ont pas grand chose à se reprocher. Mario est parfaitement maniable, ses mouvements étonnamment bien détaillés pour la petite portable de Nintendo, et franchir les obstacles devient ici un véritable régal pour nos petits pouces chéris. Il en est de même pour les collisions, qui frôlent la perfection. Et si vous êtes amené à vous frotter de près a un ennemi, il vous sera largement possible de vous en sortir sans bobo avec une belle pirouette (cacahuète).

Et le combat finaaal !

EN BREF :

- les graphismes : que du bonheur ! Un régal pour les yeux du début à la fin, quelque soit le niveau dans lequel vous vous trouverez. Aucune bouillie de pixels ne viendra ici gâcher la moindre seconde de jeu, une excellente prouesse au passage pour une simple portable datant des temps immémoriaux.

- la bande son : un bon gros miam miam concernant les musiques de ce jeu, qui d'une part se révèlent être de très bonne facture, mais surtout participent grandement à renforcer l'ambiance dans lequel Mario va évoluer. Que ce soit en plein air ou dans une sombre caverne, la musique s'accorde parfaitement avec le tout, et ne cesse de faire en sorte que l'intérêt ne faiblit jamais.

- durée de vie : un point fort qui peut rapidement se transformer en point faible. Cela dépend de ce que l'on recherche dans un jeu. Mario Land 2 relève un petit peu la barre de la difficulté par rapport à son grand frère, mais vraiment un tout petit peu. Et si l'on connait bien le jeu, l'aventure peut être bouclée en une petite demi-heure, et ceux qui recherchent du challenge digne de ce nom se tourneront rapidement vers un autre jeu. Ceci dit, ce n'est sûrement pas pour ça que ces joueurs là n'auront pas apprécié ce Super Mario Land 2, mais pour ses autres qualités,  et elles sont nombreuses !

- maniabilité : encore et encore que du bonheur. Un exemple de jouabilité qu'est ce titre, où manier notre héros se fait tout simplement, naturellement. On court, on saute, on s'éclate, et on fait que ça, et on en redemande !

- au final : 17/20

A l'époque, ce Super Mario Land 2 avait fait l'effet d'une bombe vidéoludique pour tout ce qu'il représente, notamment un grand bol d'air frais et de dépaysement dans l'univers de l'aventure, qui n'aura pas perdu de temps pour charmer un très large public, des petits aux moins petits, et même beaucoup de grands ! Pas d'excuse pour passer outre cette merveille du jeu vidéo, qui encore aujourd'hui émerveille de par sa bonne humeur. Même le poids des années n'aura pas réussi à entailler la force d'un titre qui tient une place particulière dans le cœur des joueurs l'ayant connu à la grande époque de la Game Boy. Quant aux plus jeunes qui ne le connaitraient pas encore, d'une part ils devraient avoir honte, et d’autre part, ils n'ont plus qu'à foncer télécharger la rom de ce fantastique jeu, et de s'en mettre plein les globules !

Article rédigé par VinceGaiden le 06/12/2009
2001-2017 Planet Emulation