Pokémon Version Argent / Or / Cristal: le dossier de la deuxième génération

(1/4)

L'aventure

Nom : Pokémon Version Argent / Or / Cristal

Editeur : Nintendo
Développeur : Game Freak
Dates de sortie :
Versions Or/Argent: 21/11/1999 (Japon),
15/10/2000 (USA), 06/04/2001 (Europe)
Version Cristal: 14/12/2000 (Japon),
29/07/2001 (USA), 02/11/2001 (Europe)
Genre : RPG

AVANT-PROPOS

 
 
La première génération de Pokémon a suscité un engouement incroyable dans le monde entier qui a propulsé cet univers au stade de phénomène et a remis sur les rails un GameBoy vieillissant et un peu à court de souffle. Ce succès a été bien entendu le résultat de la qualité des jeux mais également de concours de circonstances assez rocambolesques.
La suite de la licence était attendue avec impatience par les fans et Game Freak devait apporter suffisamment de renouvellement pour que la série garde sa fraîcheur. Pokémon, c’est une aventure mais aussi un ensemble de mécanismes qui font tout le sel du jeu : qu’apporte donc la deuxième génération à Pokémon ?
 
 

L'AVENTURE

 

 Bourg-Geon, Johto. Vous êtes un jeune gamin et au lever du lit votre mère vous informe que le grand savant expert en Pokémon de la région qui habite comme par hasard votre trou perdu veut vous demander quelque chose.

Thème de Bourg-Geon

Equipé de votre Pokématos fraîchement réparé, vous allez à la rencontre du Professeur le moins charismatique de toute la licence Pokémon, j’ai nommé le Professeur Orme ! Cet ancien assistant du célèbre Professeur Chen garde en effet la même prestance que les assistants anonymes et oubliables qui naviguent dans son laboratoire de Bourg Palette (d’ailleurs, peut-être l’a-t-on rencontré dans la première génération sans le savoir?)
Trop occupé, le bonhomme vous envoie à sa place rencontrer une connaissance qui a une découverte pour lui. Aussi, vous confie-t-il votre premier Pokémon d’espèce très rare. Un charisme d’huître mais un cœur en or ce professeur. Le choix sera difficile : Héricendre, Kaiminus ou Germignon.
 
   
Je prend toujours par habitude le starter de type Feu
 
Le Professeur Orme et Héricendre. Artwork de Ken Sugimori
 
 
Une fois arrivé chez l’ami de Orme, M. Pokémon (on félicite Game Freak et/ou le traducteur pour l’originalité), vous y rencontrez le Professeur Chen – le hasard fait bien les choses – qui décèle votre potentiel et vous confie un de ses Pokédex avec la tâche de le remplir. Exploiteur d’enfants !
Une fois sorti, coup de théâtre : un des Pokémon du Professeur Orme s’est fait braquer par un gamin aux cheveux rouges et au caractère hargneux qui deviendra votre rival.
 
Rencontre avec M. Aimable
 
Thème du rival
 
Le Pokédex en main, vous avez alors la lourde tâche de parcourir la région pour le remplir et au passage essayer de conquérir les Arènes des différentes villes et lancer un défi au Conseil des Quatres. Comme dans la première génération en gros, on ne change pas une équipe qui gagne.
Bien entendu, votre mère est d’accord pour vous laisser prendre la route et voguer vers l’inconnu. Un détail : vous n’avez que dix ans, mais après tout on s’en fout, non ? Il n’en faut pas plus pour aller botter le train de la Team Rocket en cours de reformation après s’être faite laminer 3 ans auparavant par un autre gamin de votre acabit.
 
   
Ce personnage, Youngster Joey en version anglaise, est une source intarissable de
mèmes sur Internet. Je ne vais pas tarder à regretter ma décision.
 
 
On ne va pas s’arrêter pour si peu car il y a de l’ouvrage. En effet, il y a 251 Pokémon à collectionner dans les jeux, chacun des trois volets ayant une distribution différente. Certains Pokémon doivent même être importés des jeux de la première génération mais j’y reviendrai plus tard.
 
Certains Pokémon ont droit à un traitement particulier : les légendaires. Autant dans la première génération, plus de la moitié des Pokémon légendaires n’étaient même pas introduits dans l’histoire du jeu (il aura fallu attendre le Film 2 pour connaître le rôle des 3 oiseaux légendaires), le reste n’ayant droit qu’à quelques textes épars.
Cette fois l’emphase est placée sur les têtes d’affiche du jeu : Ho-oh pour Pokémon Version Or et Lugia pour Pokémon Version Argent (je reviendrai sur Pokémon Version Cristal plus tard). S’ils n’ont pas réellement d’influence sur le déroulement de l’histoire, leur background est bien développé tout au long du jeu ainsi que leur influence sur l’autre trio légendaire,  Entei, Raikou et Suicune, qu’il faudra poursuivre dans tout Johto. Les mythes et légendes intelligemment distillés donnent plus d’ampleur à l’univers dans lequel on évolue.
 
Thème des félins légendaires
 
 
Le légendaire de
Pokémon Version Or
  Et celui de
Pokémon Version Argent
 
   
Le trio des félins de la Tour Cendrée
 
 
Si leur rôle n’est pas aussi important que celui des légendaires, d’autres Pokémon ont droit à un traitement de faveur : les Zarbi. Ces mystérieux Pokémon de forme alphabétique localisés dans les Ruines d’Alpha appartiennent à une civilisation disparue dont il faudra percer quelques secrets.
Une section spéciale de votre Pokédex est débloquée une fois un certain nombre de Zarbi capturés afin de les collectionner tous.
 
Thème des Ruines d'Alpha
 
 
Une énigme résolue des Ruines d'Alpha   Première rencontre avec ces
mystérieux Pokémon
 
 
L'obtention du mode Zarbi pour le Pokédex   La collection des Zarbi au complet
 
Les Ruines d'Alpha et les Zarbi. Artwork de Ken Sugimori
 
 
Cette fois, l’aventure ne s’arrête pas à la défaite du Conseils des Quatre qui siège au Plateau Indigo qui sépare Johto et Kanto. En effet, cette dernière région où ont lieu les événements de Pokémon Version Rouge, Pokémon Version Bleue et Pokémon Version Jaune est à parcourir entièrement pour y battre tous les Champions d’Arène locaux. La surface de jeu est donc considérablement augmentée.
 
Thème des dresseurs de Kanto
 
   
Le Maître de la Ligue attend...   L'arrivée à Kanto ne
se fait pas discrètement
  La carte de Kanto, des lieux familiers
 
 
Est-ce réellement une bonne idée ? Pas nécessairement car à part quelques obstacles comme le problème de la Centrale, cette zone n’est soutenue par aucun scénario. Au delà du fan service, on traverse cette région sans réelle conviction même si elle a connu des changements depuis les événements des premiers épisodes. De plus, si on a des Pokémon qui ont été capables de vaincre le Conseils des Quatres, on roule littéralement sur les dresseurs locaux et la zone n’offre aucun challenge… en dehors de Blue, le nouveau Champion d’Arène de Jadielle, qui met de suite la barre plus haut.
 
Il en ressort une sensation de vide, ou plutôt d’une tentative de remplissage sans contenu vraiment marquant. Dommage. Et lorsque je lis que le fantasme d’un certain nombre de joueurs qui voudrait un épisode de Pokémon qui réunirait toutes les régions de toutes les générations, si c’est pour que cela ressemble à Kanto deuxième génération, non merci. Une grande zone, c’est bien ; une grande zone avec beaucoup d’activités, c’est mieux.
 
   
Rencontre avec des têtes connues
 
 
Néanmoins, Game Freak a eu la bonne idée de terminer l’aventure sur une apothéose. Une fois les 8 Arènes de Kanto vaincues, vous aurez accès au Mont Argent où un combat avec un dresseur de légende vous attend. Et là, ça ne rigole plus car vous devrez affronter des Pokémon de niveau 75 à 81. Autant dire que votre préparation devra être minutieuse si vous voulez venir à bout de cette bataille épique.
 
Qui est donc ce puissant dresseur?
 
La bataille finale!
 
Techniquement, les graphismes sont plus fins, les lieux plus détaillés… et surtout en couleur si vous utilisez une GameBoy Color. Par rapport à la première génération, c’est tout de même une amélioration des plus significatives ! Pokémon Version Or et Pokémon Version Argent sont néanmoins compatibles avec les GameBoy monochromes mais aussi avec le Super GameBoy même si le rendu est fatalement nettement moins bon avec seulement 4 couleurs gérées en simultané.
 
 
Comparaison de Pokémon Version Or sur GameBoy Color (à gauche) et sur
Super GameBoy (à droite; émulateur: Higan). Y'a du contraste!
 
 
Les sprites des Pokémon sont gros et détaillés et ceux de votre équipe qu’on voit en premier plan lors des combats ressemblent enfin à quelque chose. N’est-ce pas Reptincel dans la première génération ? :-P Ca a beau être de la 8-bit, ça a vraiment de la gueule.
 
 
De beaux sprites de chaque côté
 
 
Au niveau sonore, c’est du GameBoy pur jus… mais toujours avec son lot de musiques légendaires qui restent bien ancrées dans le crâne. Jun’Ichi Masuda et ses acolytes ont bien bossé. Les musiques de Kanto ont été remixées, et plutôt bien.
 
 
Note : la quasi-totalité des images sont issues de Pokémon Version Cristal
 
La ville de Rosélia avec la Tour Cendrée et la Tour Féraille au fond. C'est une image promotionnelle pour
les remake sur Nintendo DS, mais ça a de la gueule! Artwork par Midori Harada
 

 

 

2001-2017 Planet Emulation