WWF Superstars

(1/1)

Page 1

Date de sortie: Mai 1989
Type: Sport, catch
Éditeur: Technos Japan 
Développeur: Technos Japan 
Plateformes: Arcade
Nombre de joueurs: jusqu'à 2 joueurs simultanément

 

A l'aube des années 90, les salles d'arcades étaient en plein essor et, aux Etats-Unis puis plus tard en France, le catch (ce sport où des gars bodybuildés et lavés à l'huile de colza se battent pour être le meilleur devant un public en délire) a fini par devenir une véritable institution au même titre que le football ou la boxe. Ainsi, en 1989 vous pouviez retrouver le premier jeu de catch sur arcade: WWF Superstars.

Petit tour du ring

Dès le début, on vous impose un mode unique qui permet de jouer à deux et de faire équipe pour remporter les ceintures de champions du monde par équipe. On ressent un petit dégout notamment parce qu'à cette époque, le Royal Rumble existait déjà ainsi que les Survivor Series(ce match à élimination, 4 contre 4). On regrette aussi le peu de personnages présents, au nombre de six, allant d'Hulk Hogan à Randy Savage en passant par l'Ultimate Warrior ou le Honky Tonk Man.

Le fameux choix draconien...si vous attendez trop longtemps, l'ordinateur choisit automatiquement pour vous!

Tu me tapes, je t'en colle une!

Après la sélection des personnage, le match commence. Vous avez une palette de différents coups, allant du simple coup de poing à la prise. Vous pouvez également courir. La combinaison de ces différents boutons permet de maitriser rapidement un jeu dynamique. Mais n'oublions pas que le joueur adverse peut vous contrer et là s'enclenche le principe même du jeu de catch : je te tape, je te contre, je te retape. Vous pourrez, à l'occasion, sortir du ring et attirer votre opposant vers un piège pour mieux le frapper avec une arme. Néanmoins, vous devrez rapidement rentrer au bercail puisqu'au bout de 20 décomptes, l'arbitre vous disqualifiera si vous n'êtes pas revenu sur le ring.

On vous l'avait dit que tous les coups étaient permis !

Le club des corps huilés

Graphiquement, on aurait pu s'attendre à quelque chose de plus beau de la part de la borne. Mais pour un jeu sorti en 1989, les personnages sont parfaitement reconnaissables et le décor est malgré tout bien fait (en particulier le public). On a même droit à l'animation des entrées de catcheurs. Les couleurs sont vives mais on sent cet aspect "cartoon" qui en découle alors qu'il s'agit évidemment d'un sport de brutes. Pour comparer, ce jeu pourrait s'identifier à Super Punch Out sorti 4 ans plus tard sur Super Nintendo, mais version catch. Les musiques sont néanmoins peu présentes et quand elles le sont, elles ne collent pas tellement à l'esprit "WWF" du produit (par exemple lors des entrées, il aurait été préférable de mettre la musique de tel catcheur pour coller à l'ambiance).

Une entrée....remarquable                          Petit aperçu des prises disponibles

La conquête du titre!

Pour accéder au titre suprême, un long chemin s'impose. 3 matchs sont à remporter (dont un en cage) pour affronter finalement les champions et remporter le titre. Puis le jeu vous propose de défendre vos titres. Tel est le contenu proposé par WWF Superstars. On peut ressentir justement un manque d'originalité de la part des développeurs quand l'unique mode proposé est un mode par équipe. 

Le défi lancé par le Million Dollar Man et notre André le Géant national...


Pour finir....

WWF Superstars est bon jeu de catch, mais pas le meilleur. En effet, certains défauts font que le joueur va ressentir un manque ou une certaine lassitude. La pauvreté sonore et du contenu va en rebuter certains mais les animations (notamment les entrées des catcheurs ou l'interview d'avant match) sont notables.

Et en plus il se fout de nous!

Les plus:

-Une bonne palette de coups
-De belles animations
-Possibilité de jouer à deux en même temps
-André le géant en boss de fin

Les moins:

-Pas d'autres modes de sélection
-Thèmes sonores peu originaux
-Pas de grand choix en matière de personnages

Télécharger la ROM

Article rédigé par Poc_pock le 18/02/2015
2001-2018 Planet Emulation