The Legend of Zelda - A link to the past

(1/3)
  • Nom : Zelda
  • Editeur : Nintendo
  • Console : Super Nintendo
  • Année : 1992
  • Genre : Aventure


La mélodie d’Hyrule aura véritablement traversé les âges, et doit à ce jour raisonner dans bien des esprits. Elle a su à chacune de ses apparitions faire retourner dans l’enfance les plus endurcis d’entre nous. Tels que sur du papier à musique, ce sont quelques pixels gracieusement accordés qui sont à la base d’un véritable phénomène. The Legend of Zelda sur Nes s’imposa comme l’un des premiers jeux d’aventure crédibles dans un jeu vidéo, nous présentant pour la première fois Link, le héros d’Hyrule, la princesse Zelda ainsi que le démon Ganon convoitant la Triforce. Après un Adventures of Link à l’impact plus mitigé, les 3 protagonistes sont de retour cette fois sur Super Nes dans une histoire complètement différente. En pleine nuit, alors qu’il dort chez lui avec son oncle, Link est appelé au secours par une jeune fille en danger du nom de Zelda. Elle le contacte par télépathie et lui demande de venir la secourir le plus vite possible et de lui éviter le destin tragique de six autres jeunes filles.




        Aghanhim, un sorcier mystérieux, se chargea en effet d’éliminer le roi d’Hyrule et enferma dans les prisons château sept jeunes filles .Ces dernières possèderaient le pouvoir de préserver le sceau qui renferme Ganon dans le monde des ténèbres. C’est ainsi que le sorcier les fait disparaître une à une. Bientôt arrive le tour de Zelda, faisant approcher la menace du retour du démon. Le compte à rebours est en marche, Link part à la recherche de Zelda dans les dédales du château d’Hyrule.



    


        C’est sans autre indication, avec en main juste une petite lampe, qu’on est lâché dans ce nouvel épisode qui prend bien soin de planter un décor grugé de mystères qui ne s’éclairciront que petit à petit. L’envie furieuse de fouiller chaque recoin, chaque buisson, chaque grotte ressurgit dès les premiers pas dans le jeu, celle là même qu’on ressentait dans le premier opus sur Nes. Seulement voilà, les couleurs de la bonne vieille 8 bits étaient un peu limitées. Ici, les détails explosent littéralement à l’écran, de toutes parts, donnant pour la première fois la sensation grisante de liberté dans votre exploration. Les possibilités d’intéraction sont énormes ; Link peut tirer ou soulever des pierres, découper des buissons, courir et cogner les arbres pour en faire tomber les objets qu’il contient, et je ne parle même pas des différents cas de figures qui peuvent se présenter selon l’arme que vous utilisez. On en oublie d’ailleurs souvent les objectifs de la mission, pour aller gambader gaiement dans les prairies de ce petit monde franchement prenant. Hyrule dévoile montagnes, lacs, déserts, et forets comme on ne les avait encore jamais vu auparavant. La carte, désormais accessible en appuyant sur X, est tout bonnement énorme. L’accès à bien des endroits sera évidemment impossible en début de partie, mais bien vite les événements vous amèneront à partir à la rencontre des villageois de Cocorico. Le brin de causette sera de mise pour comprendre les objectifs de votre mission. En même temps, plusieurs mini-jeux vous sont proposés pour gagner des rubis. Mais plus originaux encore sont les diseurs de bonne aventure qui vous indiquent quoi faire en cas d’hésitation, en vous prédisant tout simplement l’avenir ! The Legend of Zelda étale un univers gigantesque, mais arrive à maintenir la cohérence dans le scénario de telle manière qu’on n’est jamais perdu dans sa quête.


   

   

                                             

2001-2017 Planet Emulation