The King of Dragons

(1/1)
Ecran titre
  • Nom : The King of Dragons
  • Editeur : Capcom
  • Support : CPS1
  • Année : 1991
  • Genre : Beat'em all
  • Joueurs : 1-3 (simultanés)
Capcom a toujours su flairer le bon filon ; bien avant d'exploiter jusqu'à plus soif la franchise Street Fighter 2, ils ont profité de la mode du beat'em all qu'ils avaient eux-même lancé avec Final Fight. Ce ne sont donc pas moins de 3 jeux du genre qui voient le jour en 1991 : Captain Commando, Knights of the Round et enfin le jeu qui nous occupe aujourd'hui, The King of Dragons.

Je ne vous résumerai même pas l'histoire, qui reprend tous les clichés de l'heroic fantasy, avec dragons, chevaliers noirs et autres damoiselles en détresse, ça n'a aucun intérêt. Le joueur a le choix entre 5 personnages : un chevalier, un clerc, un nain, un sorcier et un elfe. Ces personnages diffèrent par leur vitesse, leur force et leur allonge. De plus, les trois premiers cités possèdent un bouclier, et peuvent donc en théorie bloquer les coups des adversaires.


Qui dit chevaliers dit épée, et on a donc la bonne surprise de voir que pour une fois nous n'allons pas bêtement taper sur les méchant à coups de poing. Le sorcier et l'elfe quant à eux se distinguent en utilisant un bâton et un arc. Ce qui ne sera pas de trop pour se débarrasser des hordes d'orcs et de squelette qui s'abattront sur vous. Enfin je dis horde, mais en fait la plupart du temps les ennemis ne seront pas plus d'une demi-douzaine à l'écran. Et encore, ça c'est vraiment quand l'action est ultra trépidante. A la fin de chaque stage, le traditionnel boss vous attend, pensant naïvement pouvoir réussir à lui seul là où des dizaines d'ennemis ont échoué avant lui.

The King of Dragons tente de se distinguer de la concurrence en se dotant d'un léger aspect RPG : votre personnage gagne de l'expérience au fil des combats, et devient donc plus fort. Il gagne aussi des armes plus puissantes, trouvées dans des coffres, et chaque ennemis abattu laisse une somme d'argent derrière lui. Malheureusement, l'argent ramassé ne sert à rien qu'à augmenter votre score. Le jeu propose également parfois de changer de perso entre deux niveaux, probablement pour choisir celui dont les aptitudes sont les mieux adaptées aux ennemis rencontrés.


Cette possibilité pourrait être intéressante, si les personnages possédaient une palette de coups plus spécifique, et surtout, plus importante. Car tenez-vous bien, vos héros ne possèdent que...trois coups chacun : frapper, frapper en sautant et un coup spécial. En plus, le coup sauté ne touche personne à part les boss, et le coup spécial est quasiment identique pour tous et pas franchement efficace. Le comble, c'est que dans les autres jeux du genre, en mitraillant le bouton de coups, le perso réalise un enchaînement ; et bien là non, il répète inlassablement le même coup. Pas de dash ou de course, pas de projections et encore moins de coups aux manipulations exotiques. Rien, nada, zobi. Tout juste trouve-t'on de temps à autre une sphère volante qui, en la frappant, déclenche une magie....identique à la vôtre, ou presque. En théorie il est également possible de parer les coups ennemis, mais en pratique on n'y arrive presque jamais, et toujours par hasard.

De plus, le jeu est graphiquement assez quelconque : pas mauvais, loin de là, mais pas marquant  : les héros n'ont aucune espèce de charisme, les sprites ne sont pas particulièrement gros (à l'exception des boss, gigantesques et très beaux), les ennemis rencontrés sont peu nombreux et les décors, s'ils sont variés et plutôt jolis, manquent vraiment de relief. La bande-son est agréable et adéquate, mais les voix digit font peine à entendre. Mais si certains jeux techniquement moyens ont pu s'en tirer avec un bon gameplay, ce n'est pas le cas de The King of Dragons qui est, n'ayons pas peur des mots, chiant comme la pluie, surtout comparé à ses concurrents sur le même support.

Article rédigé par Shenron le 10/10/2007
2001-2018 Planet Emulation