The Hurricanes

(1/1)

Nom :
The Hurricanes
Editeur :
U.S. Gold
Développeur :
Probe Entertainment Limited
Console :
Super Nintendo
Année :
1994
Genre :
Plate-formes

Roms :
Jeu
Langue :
FR (à peu près)
 
Attention : votre navigateur ne supporte pas Javascript ou celui-ci a été désactivé. Ceci empêche le zoom des screenshots.

Activez Javascript si vous souhaitez pouvoir utiliser cette fonction.

C'est bientôt l'été, il fait beau ou presque et pourtant... Pourtant, tu restes devant ta télé à regarder des mecs transpirer dans leur mini-short ? The Hurricanes est pour toi, petit pervers.

Intro

The Hurricanes est un anime démarré en 1993 et qui a, contre toute attente (et toute logique), perduré jusqu'en 1997. Il est depuis retombé dans l'oubli, place qui lui convient pas mal vu la qualité toute relative de l'ensemble...

Joueurs (à mulette..) débiles mais qui s'y croient quand même, situations ridicules et le pire personnage de sa décennie : le commentateur taré, à côté  duquel Thierry Roland est un modèle de retenue. Le plus étrange là-dedans c'est qu'on ne retiendra de tout ça que deux aspects secondaires : le générique péchu et l'adaptation sur Megadrive/Snes...

Un mec en short qui n'a pas l'air très malin et qui se ballade dans une jungle magnifique ? Je sais pas, Far Cry ?
Sans en être truffé, le jeu recelle pas mal de coins planqués avec des bonus
Histoire

En tout cas, on ne retiendra pas le scénario du jeu : Stavros, le boss de l'équipe grecque (caricature de méchant avec un air de Jean Claude Dreyfus époque Monsieur Marie mais gonflé à l'hélium), vous invite pour un match au sommet afin de prouver laquelle des deux équipes est la meilleure... Jusque là, on s'attend à un jeu de foot tout ce qu'il y a de plus classique mais c'est sans compter l'immonde perfidie du bonhomme. Car même si son équipe a toute les chances de gagner vu le tas de demeurés qui compose les Hurricanes, il sabote leur avion pour être sûr de gagner par forfait... Il concluerait par un "Ce n'est pas parce que c'est déjà fait qu'il ne faut rien faire" que ça n'étonnerait personne...

Bref donc voilà notre dream team perdue en milieu hostile après le crash : il est temps de se remuer les chaussettes montantes pour arriver au stade avant la rencontre.

Cité maya, mine hantée... C'est le chemin le plus court pour arriver au stade et ils en sont sûrs.
Le contrôle du ballon demande de l'entrainement mais on finit par se rendre compte qu'il est quand même bien précis
Gameplay

The Hurricanes n'est donc pas un énième jeu de foot, il s'agit bien d'un jeu de plate-formes où le joueur devra maitriser son ballon et les différents angles de tirs pour venir à bout de ses ennemis.
Autant le dire tout de suite, le concept est très accrocheur et original. Bon, il faut tout de même préciser que le cariotype est formel : The Hurricanes n'est pas le père de cette idée... C'est évidemment Soccer Kid (The Adventures of Kid Kleet), sorti un an plus tôt qui a planté la petite graine. Mais The Hurricanes propose un contrôle du ballon très précis là où Soccer Kid était tout de même relativement brouillon, alors qui préférer le petit nerveux qui dégaine le premier ou le gros travailleur qui prend son temps ?

Bien sûr, au début, ce ballon laisse perplexe. Il faut plus d'une seconde pour charger le coup et si on peut influencer sa trajectoire avec la croix de direction, l'influence est faible. Mais on se rend vite compte que les coups disponibles couvrent quasiment tous les angles et une bonne longueur. Car en plus du coup chargé qui peut partir tout droit ou à 45° en haut comme en bas, on a deux coups qui ne demandent pas de laisser le bouton appuyé avant de tirer : un direct et un tir en cloche. Les deux ont une portée et une puissance nettement plus faible que le coup chargé mais on peut augmenter (très légèrement) la distance de tir en laissant le bouton appuyé _après_ avoir tiré. Ceci les rend précieux : ils sont à la fois rapides et permettent une bonne couverture de l'espace devant le joueur, le tir direct servira pour les attaques relativement distantes tandis que le tir en cloche permettra une défense de zone en protégeant des attaques sur toute la hauteur du personnage. Il est également précieux pour toucher des ennemis planqués derrière un obstacle si on l'utilise en sautant, les boss demanderont d'ailleurs bien vite de maitriser cette attaque.

Mais bon, maitriser tout le reste est aussi une bonne idée car The Hurricanes est clairement un jeu de plateforme à l'ancienne. Pièges vicieux, ennemis rapides et dangereux, une poignée de boss bien à fond... Il va falloir vous appliquer pour avoir le privilège d'arriver à l'heure au stade (et courir comme une danseuse en faisant des cascades dès qu'un adversaire vous approche... Le bonheur quoi. Je vous ai déjà dis qu'en plus, vous aviez au choix soit des cheveux frisés soit une mulette ?)
Toujours dans cet esprit old school, on croise pas mal de zones cachées mais elles ne donnent la plupart du temps que des points. Pour y accéder ou simplement essayer de survivre un tout petit peu plus longtemps quelques bonus sont éparpillés comme les chaussures de couleurs (vert pour sauter très haut, bleu pour courir vite, rouge pour augmenter la portée du ballon), les jus de citron remontant l'énergie ou le carton jaune / rouge qui va soit paralyser les ennemis alentours soit les tuer tout simplement, hé ouais ça rigole pas.

Un jeu qui dénonce : aujourd'hui, l'insécurité dans les aéroports. (Faites gaffe quand même à pas passer sous les roues, pensez à votre épitaphe)
Tandis que demain nous évoquerons le fléau des Hooligans...
Technique

Les alchimistes le savent bien : pour faire de l'or, il faut du très bon plomb. The Hurricanes applique ce principe à la lettre et est techniquement quasiment irréprochable, les graphismes sont sympathiques avec quelques très belles choses notamment dans les décors comme le premier niveau ou le train.
Les musiques font aussi bien avec une petite touche jazzy originale sur certaines, elles ne sont pas inoubliables mais restent au dessus de la moyenne, surtout pour un jeu à licence (bon elle a du coûter une poignée de tickets restos cette licence mais quand même).

Le gameplay, on en a parlé, est calqué sur Soccer Kid mais l'améliore en tout point. Nul doute qu'il y a eu du travail et du neurone mobilisé sur ce point.
Enfin sa durée de vie est techniquement honnête puisqu'il faudra compter entre 2 et 5h pour le finir. Le temps vous paraitra un peu long tout de même car le gros point noir du jeu est son aspect très répétitif, pour tout vous dire j'ai du refaire mes screenshots parce qu'ils ne comportaient presque tous que des boss ! Les niveaux sont vraiment transparents et une fois le contrôle du ballon bien assimilé, on les enchaine le plus vite possible parce qu'on ne s'amuse plus vraiment. Le jeu manque de vitesse pour avoir la nervosité électrisante d'un Megaman et d'inspiration pour nous offrir des level design aussi stimulants qu'un Sonic ou un Donkey Kong Country...
Et ce, sans compter que non seulement le scénario n'est pas très stimulant (un défaut partagé avec un bon 99% des platformers après tout) mais en plus l'habillage est vraiment ultra bas de gamme. On a droit à une introduction médiocre et surtout à une fin en dessous de tout. Déjà autant que vous le sachiez (pour pas avoir envie de pleurer comme moi sur le coup...), il faut finir le jeu en hard pour avoir la vraie fin : en normal, vous avez droit à un "Bravo les Hurricanes ont gagné, maintenant essaye en Hard tapette" (heu grosso modo). Hé ouais, ça fait très mal : vous venez déjà de vous farcir le jeu en espérant la fin du jeu à chaque boss vaincu mais voilà qu'il faut reprendre du début. Et là, le drame : la "vraie" fin n'est rien d'autres que le même message "Les Hurricanes ont gagné" (on y croit tous en plus vu l'équipe) et une image mal dessinée...

Bref les alchimistes le savent bien : en général ça marche pas... Ici non plus, la magie n'opère pas.

Les boss se divisent en deux catégories, les très faciles et les très difficiles... Celui là est juste atroce
Autant vous spoiler le truc : vous allez transpirer pour "ça"...
Note : 12/20

The Hurricanes n'est pas un jeu facile, ni à jouer ni à tester... En fait, on a pas grand chose à lui reprocher, les graphismes varient du très bon au sympa, l'idée de base est bonne, les contrôles efficaces et précis... Et pourtant. Il est lourdement répétitif et patit d'un habillage très cheap qui se résume à quelques vilaines images en intro et une image fixe en guise de fin...

Entre son style et sa technique, il avait clairement le potentiel de jouer en première division face à des adversaires aussi coriaces qu'Eartworm Jim ou Aladdin malheureusement il manque d'ambition et descend plutôt en 2eme division à côté de Mr Nutz : bon jeu mais manque de présence sur le terrain.

PS : les comparaisons footballistiques ringardes, c'est cadeau


Les plus
Les moins

- Graphismes
- Relativement original
- Contrôle du ballon

- (Très) Répétitif
- Habillage vraiment cheap

 
--- Lien forum ---
 

 

Article rédigé par Shinobi le 27/06/2010
2001-2018 Planet Emulation