Super Back To The Future 2

(1/1)

Page 1

Nom :
Super back to the future 2
Editeur :
Toshiba EMI
Développeur :
Daft
Console :
Super Nintendo
Année :
1993
Genre :
Sonic-like

Roms :
Jeu
Langue :
JAP
 
Attention : votre navigateur ne supporte pas Javascript ou celui-ci a été désactivé. Ceci empêche le zoom des screenshots.

Activez Javascript si vous souhaitez pouvoir utiliser cette fonction.

Quand on parle de Retour vers le futur 2, on a tous encore en mémoire l'abominable jeu sur Master System, véritable ôde à la folie des hommes et des développeurs... Mais rassurez-vous, celui qui nous intéresse aujourd'hui est à la fois bien moins connu et bien moins neuro-toxique.

Intro

L'amitié, ça a l'air sympa au premier abord mais dès que t'as le dos tourné cette traitresse te fait tester des jeux kawai... Méfiez-vous franchement.

Ouais la vie est dure pour le testeur qui commet la terrible erreur d'accepter lorsqu'une connaissance lui demande de tester un jeu mais parfois ça surprend. Des fois, on pense partir à l'assaut du jeu comme à l'assaut de Transformers 2 ou 2012 et finalement on tombe sur un chef d'oeuvre... Bah là, c'est pas le cas mais ça reste une surprise : outre son parti pris ultra-violent en terme de design, il a beaucoup de qualités et un seul défaut, de quoi se réjouir un minimum quand même...

Aaaah, l'Iphone existera toujours dans le futur... Ouf, on est rassurés quand même
Dès le premier niveau les ennemis donnent le ton
Histoire

Bon vous vous rappelez l'histoire du film tout de même, Marty doit repartir dans le futur pour sauver sa progéniture puis empêcher un futur alternatif particulièrement désagréable pour lui...
Quant au jeu, hé bien j'aurai bien aimé trouvé un peu de documentation dessus tellement il surprend mais apparemment y a pas lourd. Donc pour vous résumer, il suit scrupuleusement le scénario mais change totalement l'univers pour le remodeler à la sauce Kawai / SD. Son origine est du coup assez simple à deviner, si je vous dis un pays insulaire avec des gens aux goûts bizarres qui ont tendance à aimer les couleurs fluos et les personnages complètement déformés avec des têtes énormes ? Non... Bien tenté mais l'Ukraine n'est pas un pays insulaire...

Bref donc oui c'est japonais et je vous casse l'ambiance direct, je n'ai pas trouvé de traduction permettant ne serait-ce que de le passer en US. Mais bon, vu qu'il colle de près le film, ça ne pose pas un si gros problème.

Quand je vous dis que ça ressemble à du Sonic !
Ah bah il était planqué là ce feignant depuis Green Beret !
Gameplay

Pour faire un jeu qui marque les esprits, créer une identité visuelle originale et percutante est déjà la moitié du boulot. Percuter suffisamment pour écraser le lobe frontal de ceux qui sont pas ultra fan du style peut être un plus... Ou pas, je sais pas de toute façon je comprend plus rien...
Par contre un autre grand pas consiste bien entendu à soigner le gameplay. Comme pour les graphismes et l'ambiance, on ne peut pas dire qu'on révolutionnera quoi que ce soit ici mais si c'est pas original, c'est fait avec talent. Un gameplay très rapide à la Sonic : vous connaissez le principe j'espère... Bon je dis quand même pour les deux ou trois traumatisés par les screenshots, un personnage très rapide, des niveaux moins dangereux que la moyenne des jeux de plate-forme et des ennemis adoucis. La recette toute entière reposant sur le dosage : trop facile et ce sera fade, trop difficile et on perd le rythme...

Comme je le disais, il y a du talent dans ce jeu, ainsi le dosage est plutôt efficace. Le level design pêche un peu cependant mais propose tout de même le plus souvent des chemins différents pour atteindre la fin du niveau. Ils sont cependant ni nombreux ni très différents les uns des autres. Petit couac facilement rattrapé par le chara-design qui nous offre des adversaires variés, drôles et décalés, arpenter les niveaux reste ainsi un plaisir malgré leur petit manque de magie surtout comparés aux Sonic.

Pour ce qui est du personnage lui-même, on est toujours en plein hérisson bleu, un saut périlleux qui sert d'attaque et rend invicible (y compris à la plupart des projectiles) plus un bouton pour "courir". Une attaque au sol est également présente quoique plus difficile à trouver : en changeant de direction, Marty lève son hoverboard ce qui compte pour un coup s'il touche un ennemi ainsi. Le timing est serré et la portée très courte mais autant le savoir ça sert dans certaines situations. Deux subtilités : il peut grimper certains (très rares) murs et il monte lorsqu'il touche un ennemi ou un objet en saut, même s'il le frappe par en dessous. C'est d'ailleurs indispensable pendant une scène surréaliste où il doit grimper plusieurs écrans de vide juste en frappant des canettes de soda en pleine chute...

Y a vraiment une ambiance barrée dans ce jeu
En direct live d'un rêve de Ronald McDonald
Technique

Le paragraphe qui fait mal. Bon je ne reviendrai pas sur les graphismes, les allergiques au genre nous ont déjà quittés depuis longtemps. Il faut les encaisser au début mais une fois habitué, on a pas le choix et il faut reconnaitre qu'il y a une patte artistique certaine contrairement à bon nombre d'autres jeux surfant sur ce style. Au-dela des graphismes, c'est surtout l'animation qui est bluffante avec des personnages vraiment sympathiques et à l'ouest. Le tout contribue à créer un univers très marqué et qui, même s'il choque par son lien avec Retour vers le futur qui ne s'y prête pas spécialement, a le mérite d'être original et accrocheur.

La jouabilité ne présente pas de problème intrinsèque, l'inertie à la rigueur est assez délicate pour des sauts très précis mais on reste dans l'acceptable sans aucun problème. La durée de vie est elle aussi dans la moyenne des jeux de plate-forme avec 1 à 2h pour le finir. Enfin la musique est tout simplement magique, pour l'essentiel constituée de remix du thème des films adaptés en fonction du niveau. Jazzy, légèrement électro, rock... Elles sont toutes excellentes et collent parfaitement à l'action en cours.

Ah, vous croyiez partir comme ça... Oui, il n'a que 12/20 et c'est pas pour rien. Il y a un défaut qui à lui seul fait disparaitre une bonne partie de la grosse dose de fun qu'il aurait pu avoir sans lui : les ralentissements. C'est bien simple, dès que vous avez plus de deux sprites en mouvements (Marty y compris) le framerate passe de 60 à environ 30... (en interne dans le jeu, c'est pas un problème d'émulateur). Ca serait déjà très agaçant sur un jeu genre RPG mais par contre sur un jeu de plate-forme, basé sur la vitesse qui plus est ça rend fou, tout simplement. Pour vous dire l'impact, sans ça je lui aurai mis 16, un sacré gachis quoi.

- Salut Doc ! Dites-moi, pourquoi vous ressemblez à Andy Bogard ?
- Meeeeee-esu !!
Je me disais bien qu'il te les gonflait !
Les Tannen sont évidemment là pour vous les casser
Ils leur arrivent divers problèmes par contre...
Note : 12/20 (pour les fans de Kawai)
(8 pour les pas spécialement intéressés et autour de 0 pour les allergiques...)

J'aurai bien aimé savoir qui a bien pu avoir l'idée de "kawaïser" Retour vers le futur... Bon, c'est pas un film de Robert Rodriguez mais quand même, il ne s'y prête pas spécialement pour autant. Et pourtant, une fois l'éventuel rejet passé, on se rend compte que cette étrange métamorphose a été réalisée avec soin et talent.

Les graphismes sont très beaux, les personnages travaillés et drôles, l'univers cohérent. Quant au jeu lui-même, les musiques sont exceptionnelles et il emprunte son gameplay à une pointure du genre, rien de moins que Sonic...
Mais oui, je vois dans vos yeux que vous savez que je sais que vous savez que je sais ce que vous avez fait... Vous avez lu au moins la note avant de lire ce résumé et vous savez qu'il y a un problème quelque part. Effectivement, le jeu saccade énormément et la plupart du temps en plus, gachant grandement le jeu. Si vous êtes fan de Kawai et de SD, il reste à tester malgré tout puisque le travail effectué dans ce sens mérite vraiment le coup d'oeil mais on rate un sacré jeu d'exception pour un seul défaut, idiot en plus, c'est vraiment rageant.


Les plus

- Graphismes si on aime le style
- Animations fournies et délirantes
- Vitesse de jeu
- Musiques de furieux !

Les moins

- Kawai violent...
- Trop de saccades, nom de Zeus !!!

 
--- Lien forum ---
 

 

Article rédigé par Shinobi le 03/11/2010
2001-2018 Planet Emulation