Street Fighter III 3rd Strike

(1/1)

Street Fighter III 3rd Strike

  Nom : Street Fighter III 3rd Strike
Editeur : Capcom
Machine : Arcade
Année : 1999
Genre : Baston
 

 

 

Chant du cygne

En cette fin des années 90, les Street Fighter s'enchaînent et ne se ressemblent pas forcément. Si l'on peut comprendre la stratégie de Capcom, misant à la fois sur l'innovation risquée avec la série des SF3 sur CPS3, tout en assurant ses arrières avec les épisodes Alpha et Marvel sur son bon vieux CPS2 bien implanté, la chronologie des sorties a de quoi surprendre les joueurs. C'est donc en 1999, soit un an après Alpha 3 et deux ans après Street Fighter III Second Impact que ce 3rd Strike voit le jour, toujours sur CPS3.

Salles d'arcades en déclin, 3D omniprésente, consoles de plus en plus puissantes et très bien implantées dans les foyers sont autant de facteurs qui risquent de réserver à 3rd Strike le même sort funeste que ses prédécesseur : l'indifférence. Après tout, il est peut-être temps de se faire une raison et d'avouer (à contre-coeur) que l'époque du jeu de baston 2D est révolue et que Capcom a peut-être d'avantage envie de se focaliser sur ses licences à succès sur consoles (comme Resident Evil) plutôt que sur un énième épisode d'une série qui ne plait pas (je parle de SF3, pas de SF en général) sur un système que les exploitants considèrent comme malfoutu ! Alors, Street Fighter III 3rd Strike, simple sursaut d'orgueil de Capcom, baroud d'honneur ou renouveau inespéré de la saga ? C'est ce que nous allons voir.

Street Fighter III 3rd Strike
Select Screen classieux et retour de Chun-Li ! Ca commence bien !

 

Street Fighter III 3rd Strike
Enfin un combattant français dans la saga ! Dommage qu'il manque de charisme.

    

Here come five new challengers

Chanson aux sonorités rap/hip-hop, artworks stylés, design tendance, l'intro est "in", elle met l'accent sur le retour de Chun-Li mais n'impressionne pas vraiment. L'écran titre nous fait sentir qu'on est face à quelque chose de neuf, avec un lettrage complètement revu et un "Street Fighter" se faisant tout petit face au "3rd Strike". Voila qui intrigue... Une fois dans le Select Screen, gros dépaysement ! Les vignettes, toutes en rondeurs, les portraits, le design, la musique : tout est inédit et se démarque totalement des précédents épisodes (et même de tout ce qu'on avait pu voir au cours de la saga). Bon, le côté hip-hop très marqué ne plaira pas à tout le monde, moi le premier, mais c'est un parti-pris original et jamais vu dans le domaine. Les nouveaux portraits sont bien plus fins que dans New Generation ou Second Impact et on prend plaisir à les parcourir pour redécouvrir nos combattant préférés ou faire connaissance avec les petits nouveaux.

Ces derniers sont au nombre de 5 : On y retrouve celle qui nous avait le plus manqué, Chun-Li, dans son costume traditionnel déjà vu dans SF2. On découvre également un combattant français (enfin !) répondant au nom de Rémy. Je ne sais pas s'il est ou non sans famille mais on est en droit de se demander si Guile ne serait pas son père, tant ses coups sont proches de ceux du G.I. américain. Du côté des personnages chelous, on fait la connaissance de Q, source infinie de jeux de mots en versus et qui ressemble à un croisement improbable entre Dark Vador et l'Inspecteur Gadget, ainsi que de Twelve, un cyborg monochrome pouvant prendre n'importe quelle apparence. Enfin, gardons la meilleure pour la fin avec Makoto, une jeune japonaise qui pratique un karaté technique et original. Niveau charisme, on est donc dans la veine des précédents SF3, avec du bon et du plus discutable, mais il faut avouer que ce nouveau roster de 19 personnages s'avère très confortable et enfin digne des titres concurrents dans le domaine. A noter que Akuma est désormais un personnage standard, disponible sans cheat et affrontable en solo comme n'importe quel autre combattant.

Street Fighter III 3rd Strike
Un nouveau coup overhead pour nos karatékas préférés.

 

Street Fighter III 3rd Strike
Un système de notation exigeant mais motivant !

 

Bulletin de notes

Le mode solo, déjà amélioré dans Second Impact, est ici encore plus abouti avec la possibilité de choisir votre adversaire parmi deux disponibles à chaque nouveau combat. Une idée bien pratique permettant de changer d'adversaire après une défaite, d'éviter ses bêtes noires ou, au contraire, de favoriser la difficulté et le challenge. A noter qu'il existe désormais un nouveau niveau de bonus permettant de... casser une voiture ! Une référence directe à SF2 qui faisait lui-même un hommage à Final Fight, voila qui sent bon la nostalgie et permet de se défouler entre deux combats sous pressions. Autre ajout sympathique (également présent en mode deux joueurs), l'attribution d'une note à l'issue du match, selon vos performances en attaque, défense, technique et points bonus. Les grades attribués sont les suivants, du plus faible au plus fort : F, E, D, C, B, A, S, SS, XS et MSF (pour Master Street Fighter).  Des variantes "+" et "++" sont également présentes, comme dans le système de notation scolaire de nos voisins d'outre-atlantique. Ne vous découragez pas si votre meilleure note est "C++" car il est vraiment difficile d'atteindre le A, et quasi-impossible d'aller au-delà du S sans connaître par coeur les conditions requises pour obtenir ces grades. Même si cette idée a déjà été vue chez la concurrence, voici un bon indicateur de progression pour le joueur, ainsi qu'une sympathique source de commentaires et de bashing en versus. Pour finir sur le mode solo, sachez que Gill tient toujours le rôle de boss de fin et qu'il sera plus difficile à battre que jamais, notamment à cause de son nouveau Super Art baptisé Seraphic Wing, aussi dévastateur qu'impressionnant !

Street Fighter III 3rd Strike
L'animation de Chun-Li est hallucinante !

 

Street Fighter III 3rd Strike
Le retour du Bonus Stage de la voiture.

  

On efface tout et on recommence

Visuellement, le jeu ne garde de ses prédécesseur que les superbes sprites et leur animation sans faille. Tout le reste est totalement revu, des décors à l'interface, en passant par les impacts et les effets spéciaux lors des Super Arts. Ce gros coup de balai dépoussière efficacement le jeu et fait disparaître tout ce que l'on pouvait reprocher à Second Impact. Le plus gros du travail est visible au niveau des décors, tous inédits, à la qualité plus proche de SF3 New Generation que de Second Impact, ce qui est un gage de qualité. Ceux-ci sont d'une grande finesse, parfaitement animés, bourrés de détails, même dans les recoins les moins visibles (on peut monter très haut lors de certains coups en l'air et découvrir ainsi des cieux ou des plafonds invisibles depuis le sol) et se paient même le luxe, pour certains, d'introduire des éléments mobiles ou destructibles lors de la chute des corps de nos pauvre combattants. Ainsi, dans le décor d'Hugo, la dizaine de jouets et bibelots présente au sol volera littéralement lorsque vous vous écraserez à terre, renforçant considérablement le réalisme des environnements ainsi que l'impact des coups. Superbe ! Juste pour jouer un peu les rabats-joie, on pourra regretter qu'il y a moins de stages que de personnages, ces derniers partageant souvent le même décor, à l'image de Ken/Alex, Yun/Yang ou Necro/Twelve, mais ceci n'enlève rien au merveilleux travail accompli par les graphistes de 3rd Strike.

Street Fighter III 3rd Strike
Akuma se voit doté d'un nouveau Super Art dévastateur.

 

Street Fighter III 3rd Strike
Twelve, le cyborg en chewing-gum.

  

Identité sonore

Côté sons, de gros changements sont également audibles, chose plutôt rare pour ce qui n'est, à la base, qu'une évolution d'une série déjà existante. La voix du narrateur est ainsi totalement nouvelle et ponctue bien plus souvent vos actions, même en dehors des matchs, un peu à l'image d'un Alpha 3. Celle-ci s'inscrit également dans l'ambiance rap / hip-hop mise en place par la bande son, ce qui donne à l'ensemble une bonne cohérence. Enfin, toutes les musiques sont également nouvelles, composées pour l'occasion et, comme stipulé plus haut, tendent plus vers le rap et le hip-hop que vers le jazz. C'est particulier, parfois déroutant, voire agaçant pour ceux qui sont réfractaires au genre, mais là encore, il faut saluer le parti-pris de Capcom de vouloir insuffler de la nouveauté et du caractère dans cet épisode pas comme les autres.

Street Fighter III 3rd Strike
Les coups EX sont toujours de la partie.

 

Street Fighter III 3rd Strike
Combattre en slip pour être plus à l'aise... Pourquoi pas !

  

Orfèvrerie

Ravaler la façade, c'est bien beau, mais est-ce que ça suffit à faire de 3rd Strike un meilleur épisode que Second Impact ? Ce dernier bénéficiait déjà d'un gameplay costaud et il semble difficile de l'améliorer sans tout chambouler. Et pourtant, c'est le tour de force qu'a réussi Capcom. Si, sur le papier, il y a peu d'évolutions dans la jouabilité de ce nouveau SF3, force est de constater que, dans les faits, tout est incroyablement mieux maîtrisé !

Voyons tout d'abord les changements les plus flagrants. Les chopes, qui s'effectuaient avec un simple bouton (grand ou moyen) au corps à corps, depuis SF2, se déclenchent ici en pressent simultanément les petits poings et pieds en étant proche de son adversaire. Introduite dans Alpha 3, cette technique n'est pas qu'un simple détail d'ergonomie, elle permet de ne plus faire de chopes par hasard, de contrer une chope adverse, d'être pénalisé en cas de chope dans le vide et ouvre même la porte vers des techniques très poussées comme les kara-cancels. Autre nouveauté, chaque personnage dispose désormais d'un overhead (pour casser la garder basse) déclenchable en appuyant sur poing et pied moyen en même temps, ce qui rend cette technique plus accessible et étoffe la liste de coup des combattants.

Même si ces changements enrichissent indéniablement la jouabilité du jeu, ils ne sont que la partie visible de l'iceberg. En effet, c'est tout un tas de petits ajouts, ajustements, équilibrages, timings qui rendent le gameplay de 3rd Strike juste parfait ! A titre d'exemple, les Parry ont été perfectionnés avec un meilleur timing pour leur exécution, l'abandon des Air-Parry qui vous projetaient en arrière ou encore l'ajout des "Red Parry" lorsque l'on pare dans la foulée d'une garde. Presque chaque personnage voit également sa liste de coups s'étoffer pour le rendre plus complet et on assiste à un gros rééquilibrage du casting, nous rappelant celui de 2X en son temps. Au final, on se retrouve devant un jeu au gameplay d'une richesse et d'une justesse jamais égalée dans un jeu de baston signé Capcom ! Grâce à cet épisode, la série Street Fighter vient de s'affranchir du côté bourrin et basique que lui reprochait parfois les joueurs de King of Fighters. Bien entendu, toute cette technicité ne plaira peut-être pas aux joueurs novices ou aux habitués de SF2, mais elle devrait ravir les joueurs les plus exigeants, amateurs de versus et de tournois.

Street Fighter III 3rd Strike
Quand Oro utilise ses deux bras, c'est pas pour rigoler...
Ca c'est de la boule de feu !

 

Street Fighter III 3rd Strike
Jeu de jambes mortel.

  

À la conquête des salons !

Grâce à ce gameplay que beaucoup considèrent juste comme parfait, 3rd Strike sera rapidement présent dans les plus prestigieux tournois de jeux de baston où il sera joué de nombreuses années (et toujours à l'heure où j'écris ces lignes). Même si le succès de cet épisode ne suffit pas à faire décoller le CPS-3 dont il fut l'ultime jeu, il permit enfin d'envisager des adaptations sur consoles. La première, sur Dreamcast dès l'année suivante, était fort réussie techniquement, mais ne reproduisait pas à la perfection les sensations de l'arcade, ce qui était accentué par le pad d'origine... Arrivées un peu tard, en 2004, les portages Playstation 2 et Xbox étaient bien plus convaincants et permettaient aux fans de s'affronter dans de très bonnes conditions. Enfin, une version remasterisée et dédiée au jeu en ligne est sortie en 2011 sur le Playstation Network et le X-Box Live, preuve de l'aura incroyable se dégageant du jeu, lui permettant d'exister même sur les consoles dernière génération.

Street Fighter III 3rd Strike
Comme beaucoup d'autres, le décor de Gouki est très réussi !

 

Street Fighter III 3rd Strike
La classe à l'état pur !

  

Apogée

Alors que l'on n'attendait plus forcément grand chose de la série SF3, dont la vedette avait été volée par un Alpha 3 hyper complet, 3rd Strike fait l'effet d'une frappe nucléaire dans le monde de la baston 2D en proposant un jeu au gameplay parfait, savant mélange de mécaniques bien huilées et de nouveautés discrètes mais efficaces, épaulé par un roster varié, complet et faisant preuve d'un équilibre exemplaire. Un camarade de session (salut Auber !) disait souvent "tous les autres Street Fighter ne sont que des versions beta de 3rd Strike qui est le seul Street Fighter abouti". C'est un poil excessif, mais dans l'esprit, c'est exactement ça ! 3rd Strike est tellement maîtrisé de bout en bout qu'il se hisse sans problème au sommet de la saga et rend presque anecdotiques Second Impact et New Generation, c'est dire ! Si vous êtes passé à côté, vous devez à tout prix essayer ce jeu que beaucoup considèrent juste comme le meilleur jeu de baston du monde !

Street Fighter III 3rd Strike
Makoto va se prendre un gros coup de Q...

 

Street Fighter III 3rd Strike
Gill ne déconnait pas quand il prétendait être un Dieu !

  

La note du gros JYP : 6/5

LE jeu de baston ultime !

Street Fighter III trouve enfin son public avec ce 3rd Strike inespéré, misant sur la technique et l'exigence. Un jeu parfait, au gameplay sans failles et à la technique impeccable.

 

 

Télécharger Street Fighter III 3rd Strike

Télécharger Street Fighter III 3rd Strike version arcade

  

 

Vidéo de gameplay sur 1 crédit :

Article rédigé par JYP le 19/08/2015
2001-2017 Planet Emulation