Sonic the Hedgehog 3

(1/1)

CONSOLE: MEGADRIVE   -   ANNEE: 1993   -   JOUEUR(S): 1 et 2   -   DEVELOPPEUR: SEGA
 

Tout le monde connaît Sonic, bien entendu. Mais cela fait maintenant 14 ans que ce troisième épisode est à notre disposition (déjà ôO). Par conséquent, certains d'entre vous (la génération Playstation) n'y auront peut être pas joué lors de sa sortie sur MD, ni même y jouer tout court. C'est donc l'occasion de faire un petit retour vers le passé (dans son contexte) et de parler de ce troisième opus.

J'avais été déçu à l'époque par le second épisode (lien), je ne retrouvais pas le charme du premier et le décevant mode 2 joueurs, et même l'arrivée de Tails, m'avaient quelque peu laissé sur ma faim. La question se posait donc à l'arrivée de cette nouvelle aventure.

 


Intro de Sonic3


Quoi de neuf, docteur ?

Et bien voyons ça ! Après la célèbre intro SéééééGaaaaa…. aidée par le défilement de Sonic, nous voici sur la page de présentation. Haaaaa… Petit changement, Sonic serait en 3D ? Non bien sûr, la Megadrive n'en est pas capable … Bien que !

Deux modes de jeux seulement sont à notre disposition (1 Player et Compétition). Cela semble peu au premier coup d'œil. Mais voyons d'abord le jeu en lui-même, sélectionnons le mode 1 Player.
Petite nouveauté, nous pouvons dorénavant sauvegarder notre parcours. Cela veut-il dire que le jeu est long et difficile ?

 

Plusieurs sauvegardes sont à votre disposition.


C'est parti !

Sonic se balade dans le ciel sur les ailes du jet privé de Tails (voir fin de Sonic 2). Comme Sonic sait qu'il est observé, il flambe et se transforme en Super Saiyan puis s'envole tel son idole Son Goku. La piste d'atterrissage est dégagée, vol Sonic 747 vous pouvez vous poser. 10 cm du sol, le train d'atterrissage est sorti, tout se passe bien lorsqu'une intrusion vient saboter cette parfaite approche. Sonic, frustré, perd son pouvoir et se fait voler ses émeraudes si difficilement acquises. Mais quelle est donc ce mystérieux personnage ? Il a l'air balèze et provoque un envoûtement certain. Knuckles fait ainsi son apparition dans l'univers de Sonic. Ni méchant, ni gentil, on ne sait pour l'instant que penser de lui. Intéressant.

Cette petite histoire nous démontre le soin apporté par la Sonic Team au niveau de la mise en scène. En effet, chose inexistante dans les précédents épisodes, les débuts de niveau et les transitions nous mettent Sonic dans des situations qui annoncent la couleur. Nous remarquons également qu'un (léger) scénario est mis en place et nous annonce que la simple chasse du Dr Robotnik ne sera pas si évidente.



Côté technique.

Les premières impressions nous montre le décalage avec les précédents épisodes. C'est beau, c'est coloré. L'animation et les détails sont nombreux, c'est sur Megadrive ? 64 couleurs seulement affichables ? Pas possible ! Et c'est comme ça avec TOUS les niveaux. Un travail de titan a été réalisé par l'équipe de SEGA. Sans compter que ceux-ci sont crédibles dans leur design. Il ya  également un charme présent, changeant selon les mondes, une magie opère, c'est indéniable.

Revenons sur ce premier niveau par exemple. Pour vous démontrer le travail effectué, SEGA ne c'est pas contenté d'un seul et joli monde puisque celui-ci (dès la seconde partie) se transforme en enfer de flammes et change la physionomie du niveau. C'est le cas pour l'ensemble des mondes, et tous sont d'une qualité remarquable. Cela démontre que la Megadrive, parfaitement exploitée, en a sous le capot et peut rivaliser avec sa concurrente de Nintendo. Ondulations, muti scrolings, vitesse, fluidité, couleurs éclatantes, et tout ça sans chouiner, et quelque soit le niveau ou le nombre d'ennemis. Comme vous l'aurez compris, la réalisation de ce troisième épisode est exceptionnelle et met une petite claque à le vieillissante Megadrive (qui était en fin de vie).

 


Les différents mondes.


La Megadrive se permet même de copier le fameux "Mode7" cher à la Super Nes dans le niveau ICE CAP.


Rapide, mais pas commode.

Les niveaux justement ne sont pas qu'un parcours de vitesse, bien au contraire. Il y a toujours les fameuses séquences très speed typiques de Sonic, mais seulement par périodes. La faute… aux ennemis et obstacles qui sont parfaitement placés. Ceux-ci sont cachés ou placés pertinemment de façon à constamment gêner le parcours. Des que l'on prend de la vitesse, c'est quasiment cuit. À moins de connaître par cœur les niveaux, vous vous ferez obligatoirement piéger.

Chaque niveau offre un univers propre et vous contraindra à un gameplay différent. Par exemple, le niveau "Hydrocity" alternera les séquences lentes à cause de l'eau, mais aussi rapides qui utiliseront l'inertie de Sonic pour le propulser sur des plateforme hautes inaccessibles, à vous d'anticiper car en plus, les plateformes sont souvent mobiles.
Autre exemple, "Marble Garden" qui propose par mal de courses-poursuites (pour ne pas être écrasé) mais aussi un jeu aérien avec des toupies volantes ou des arceaux.
En somme, chaque niveau est totalement différent du précédent ce qui casse complètement  la routine, le plaisir de jeu est total.

 


Des obstacles bien placés

 

Il y a régulièrement une interactivité avec les niveaux. Ceux-ci vous aideront à prendre de la vitesse, ou il vous faudra utiliser certains accessoires, ou pousser pour ouvrir un passage bloqué. Plusieurs chemins sont disponibles dont certains sont cachés.



Les Boucliers.

Autre nouveauté de ce troisième opus, les boucliers.
Sonic peut lors d'un saut créer une petite onde permettant d'augmenter sa zone de touche, cela s'avère  très pratique car vous pouvez ainsi démolir votre ennemi tout en le frôlant.
Ce principe est retranscrit et amélioré avec l'ajout de boucliers.
Ceux-ci se comptent au nombre de trois :
  • Un bouclier de feu : Résistant au flammes, il permet lors d'un saut d'avoir une accélération nette, un peut comme une comète. Très utile pour passer les diverses plateformes.
  • Un bouclier d'air et d'eau (une bulle),  qui sert principalement à respirer sous l'eau mais aussi à faire un rebond franc sur les surfaces dures.
  • Un bouclier électrique. Celui-ci permet de faire un double saut très pratique. Il attire également les anneaux proches de vous. Par contre, il n'aime pas l'eau.

 


Les 3 boucliers

 

Ces boucliers résistent à certains types d'ennemis. Ils changent bien évidemment le gameplay car ils vous aideront (plus ou moins) selon l'environnement du niveau.
Vous pouvez les trouver à des endroits précis, mais aussi lors d'un certain bonus stage.



Bonus Stage.

Quelle transition n'est ce pas ? Chaque épisode de Sonic a vu son bonus Stage. Celui du second épisode était bien décevant. Pas de problème, pour compenser, la Sonic Team se rattrape avec non pas un, mais deux stages de gratifications.

Via les anneaux :

Des anneaux sont cachés dans les différents parcours, trouvez-les et vous vous téléporterez sur une planète bien étrange composée de boules rouges et bleues.
Le but est de passer sur la totalité des boules bleues. Pas si évident que ça car si les premiers mondes sont assez faciles, les derniers deviennent de vrais labyrinthes et il vous faudra obligatoirement faire le tour de groupes de boule pour les transformer en anneaux sous peine d'être prisonnier. En effet, les boules bleues se transforment en rouges une fois passé dessus et forment par conséquent de nouveaux obstacles. L'accomplissement d'un monde vous gratifiera de l'une des 7 émeraudes.

 


Des mondes bien étranges.

 

La réalisation de ce bonus stage en a impressionné plus d'un à l'époque. Je ne me souviens pas avoir vu un jeu Megadrive capable d'afficher de la 3D avec une telle fluidité. Sans conteste l'une des bonnes surprises du jeu, sans compter que ces niveaux sont aussi prenants qu'intéressants.

 

Via les bornes de sauvegardes :

50 anneaux au passage d'une borne et c'est un aller vers un bonus stage bien particulier. Celui-ci nous envoie dans un puits composé de ressorts et d'un gros distributeur à surprises nous offrant divers bonus.
Très utile donc, mais il peut vous désavantager car votre bouclier (si vous en possédez un) à l'entrée du bonus stage sera automatiquement enlevé. À vous de bien gérer.

 


Mieux qu'une Wii pour faire du sport.



Et Knuckles dans tout ça ?

Et bien… dans cet épisode, il ne sert qu'à jouer les transitions entre deux séquences (oui c'est décevant). En réalité, ça tient au fait de Sonic3 n'est qu'un "demi jeu".

Vous remarquerez que lors de votre parcours, certains passages ne sont pas accessibles, bloqués par des murs ou autres roches incassables. Cela a été très frustrant lorsque je jouais en 94. J'ai cherché par tous les moyens à me frayer un passage dans ces parties inabordables.
La demi-réalisation se ressent d'ailleurs dans la durée de vie du jeu puisque les 7 niveaux se finissent très vite (grâce à la sauvegarde), et la fin du jeu n'en est pas vraiment une. Bref, il vous faudra pour profiter pleinement de ce troisième épisode vous procurer l'extension Sonic & Knuckles (Lien) Bien heureusement, on est en 2008 et Planetemu possède tout ce qu'il vous faut.

 


Enfin, j'ai trouvé !

 

Apparemment, Sonic 3 a été divisé en deux pour des raisons de planning … ou peut être de finances, car je ne suis pas le seul à avoir acheté deux cartouches pour jouer à un seul jeu.



Super Sonic.

Vous terminerez certainement le jeu sans pour autant avoir acquis les 7 émeraudes. La sauvegarde du jeu vous permettra donc de refaire les bonus stages et ainsi vous casser la tête sur le laborieux 7ème stage.
Les 7 émeraudes dans votre poche, et c'est l'extase de la transformation Saiya-Jin. Il vous faudra toutefois posséder 50 anneaux pour utiliser ce pouvoir.
Une fois transformé, vos capacités sont décuplées : invincibilité, vitesse, et accélération. C'est une toute autre façon de jouer, plus brutale. Forcément les niveaux en deviennent moins subtils. Mais avouons-le, jouer avec Super Sonic, c'est la classe.

 


C'est Tails qui doit être jaloux.



Tails, le mal aimé.

On en avait oublié Tails dans tous ça. Particularité du renard, à défaut d'être finaud, il vole. Ce qui change totalement le gameplay et comme avec Super Sonic, les niveaux et les pièges ne deviennent plus adaptés. Le jeu devient beaucoup trop facile avec lui.
Personnage sympathique, mais à réserver aux femmelettes  ;-)

 


Tails et Sonic en situation


Côté son.

Les musiques sont belles et adaptées aux niveaux (j'apprécie beaucoup celle du monde ICE CAP), mais les bruitages (à l'ancienne) sont en dessous (à mon goût). La transformation en Super Sonic vous obligera à couper le son.



Mode 2 joueurs.

Ce second mode de jeu se compose de trois parties : Grand prix, Match Race et Time Attack.

Le premier vous permet de vous affronter sur l'ensemble des 5 niveaux. Le second sur un seul, tandis que le troisième permettra de vous entraîner et de tenter des chronos.
5 petits niveaux seulement, très courts, mais rudement bien fichus et vicieux comme il faut.

 


Le niveau Désert Palace (screen: vgmaps.com)

 

Il vous faudra donc les connaître par cœur si vous cherchez à gratter le centième et épater votre concurrent. Ce mode est donc une très bonne idée.



En conclusion :

Avec un univers bien construit, Sonic 3 m'a replacé sur le droit chemin, celui de la surprise et des sensations oubliées. Cela dit, il n'est pleinement exploitable qu'avec son extension. Dans ce cas, cet épisode devient le meilleur Sonic jamais sorti à ce jour.



Merci pour votre lecture ;-).


Télécharger Sonic 3
Télécharger sonic 3 et Knuckles

Réagir sur le Forum.

Article rédigé par Zapier le 17/04/2008
2001-2018 Planet Emulation