Soleil

(1/1)

Une étoile est née

 

Nom :  Soleil
Editeur : Sega

Console : Mega Drive

Genre : Action-RPG

 

L’age des ténèbres, sans lumières.

Les humains désignaient comme monstres les créatures qui rampaient dans ce monde.

Les humains en ont peur car ils sont bizarres.

Personne ne sait où ni quand ces créatures sont arrivées.

Parce que les plantes et les animaux, tel que les humains, n’existaient pas encore dans ce monde.

Le temps passa…

Puis un changement se produisit dans le monde.

« Que la lumière soit !»

Au signal de cette voix, la lumière jaillit sur tout le monde.

Des milliers de monstres moururent, incapables de supporter la lumière.

Puis s’écoula une période interminable…

Progressivement, des formes de vie apparurent, des plantes et des animaux.

Mais… Les monstres n’avaient pas disparu.

Ils étaient caché sous la terre et s’étaient multipliés. Comme s’ils leur heure pour refaire surface…

Notre histoire commence lorsque les monstres ressurgissent et réaffirment leur domination.

 

Voilà donc le prologue de

 


Après l’étoile, le jeu

L’histoire

       

Maintenant que l’atmosphère est posée, venons en à l’histoire du héros de notre jeu.

Vous incarnez donc un tout petit héros de 14 ans, dont c’est justement l’anniversaire. Sa mère, prénommée très justement « mère », lui offre, comme c’est la coutume dans cette contrée, les armes de feu son père, qui font de lui un homme. (Heureusement qu’on n’attaque pas l’histoire pour ses 10 ans, imaginez 4 ans de jeu sans épée ni monstres à buter, ça serait long, mais bref, on s’égare…) Il décide donc, comme tout bon héros d’action-RPG qui se respecte, d’aller parcourir la plaine afin de réduire quelque monstre au silence. Malheureusement (ou heureusement, pour les amis des monstres qui lisent ces lignes), il rencontre une vilaine sorcière, qui, pour lui faire comprendre 2 ou 3 choses, lui donne le pouvoir de parler aux animaux et aux monstres, mais lui enlève celui de parler aux humains. Ce pouvoir lui permet donc de recruter quelques potes animaux (comme son chien, Pilou) afin de découvrir comment les monstres sont arrivés sur terre, et, accessoirement, de les rayer de la surface de la terre (comme c’est charitable tout ça !!). L’histoire vous mènera donc le long des côtes de votre pays, mais aussi le long de histoire de votre pays.

 

Game play

 

Comme je l’ai déjà dit, le héros est donc équipé d’une épée, qu’il saura rapidement utiliser comme un boomerang. Les animaux, quant à eux, ne combattent pas ( feignasses !! ), mais vous servent à acquérir des compétences, du type courir, avoir une épée de glace… Vous ne pouvez en avoir que deux à coté de vous, ce qui détermine les actions possibles. La liste des animaux, et donc des compétences, et relativement fournie, mais le problème, c’est que c’est la seul chose, avec les point de vie, que peut acquérir le héros. En effet, le nombre utilisable se compte au nombre de deux. Oui, vous avez bien lu, deux : une épée, et une super épée, parée d’une magnifique couleur or. Ca fait un peu juste, voir même limité, comme d’ailleurs l’exploration possible du monde. Car le déplacement entre les zones ne se fait pas à pied, mais bien sur une carte qui permet, par « téléportation », d’effectuer 100km en ½ seconde. Ceci facilite forcément les déplacements, mais ici, il a le grand désavantage de couper le rythme du jeu.

 

      

 

Réalisation

 

Coté réalisation par contre, pas grand chose à redire. Soleil est tout simplement LA référence des action-RPG de la Mega Drive. Les graphismes sont beaux et colorés, et l’animation est super fluide ( surtout pour le héros ). Les monstres sont peu nombreux mais bien réalisés. Pour ce qui est des boss, ils sont eux nombreux et bien pensés, variés et colorés. La musique, elle, est plutôt réussi, et on se surprend régulièrement à fredonner les refrains du Soleil. On peut donc dire, au final, que le jeu est une vrai réussite du coté de la réalisation.

 

Conclusion

 

Au final, Soleil est donc un bon jeu, dont les quelques problèmes ( surtout liés à l’esprit plutôt orienté gamin du jeu ) sont bien rattraper par une réalisation sans problème majeur et un gameplay qui, sans révolutionné le genre, apporte sa pierre à l’édifice du action-RPG.

 

 

Graphismes : 9/10

Gameplay :
  8/10

 

Durée de Vie :  7/10

 

Bande Son : 7,5/10

 

Note Générale : 8/10

Article rédigé par Skarn le 30/01/2006
2001-2017 Planet Emulation