Shufflepuck Cafe

(1/2)

Le test

Ecran titre
  • Nom : Shufflepuck Cafe
  • Editeur : Broderbund
  • Ordis :  Amiga, CPC, Apple II, Atari ST
  • Console : NES
  • Année : 1988/1989/1990
  • Genre : Arcade/réflexes











A la base, Shufflepuck est un jeu développé par un dénommé Christopher Gross. Le principe en était simple, mais efficace : il s'agit ni plus ni moins d'un jeu de palet, aussi appelé "air hockey", tel qu'on en trouve dans les bowlings ou les salles de jeu. L'habillage était très sobre, puisque seuls figuraient la table, le palet et les raquettes. Malgré tout, le jeu connut un certain succès.
A tel point qu'un an après, une suite a vu le jour, cette fois-ci sous la houlette de Broderbund, avec quelques améliorations. Vous débarquez donc dans un bar, qui ressemble furieusement à la Cantina de Star Wars, où vous pouvez défier plusieurs adversaires qui ont un niveau et un style de jeu propre.

Plusieurs possibilités s'offrent à vous ; vous pouvez donc choisir un adversaire au hasard pour vous entraîner, ou bien débuter le championnat pour faire le meilleur score possible et, bien sûr, battre le champion en titre ! Il est également possible de modifier la taille et la vitesse de votre raquette, et de placer une raquette supplémentaire au centre de la table.

 Vos adversaires potentiels.
Ne sont-ils pas tout à fait charmants ? (Amiga)
 Ce robot est complètement nul et fait un
parfait sparring partner. (Amstrad CPC)


L'aspect technique

Le seul point commun entre toutes les versions est la faiblesse graphique du jeu. Les graphismes sont ainsi réduits au strict minimum : la table, les raquettes, le palet et votre adversaire. Cependant, ne soyons pas malhonnête, l'effet de perspective est très bien rendu. C'est toujours ça de pris.
Heureusement, les parties sont quelque peu égayées par les mimiques de vos opposants, qui sont plutôt amusantes et sont pour beaucoup dans l'attrait du jeu.

Quelques spécifités toutefois :
  • La version Apple II est en Noir et Blanc. Ce n'est pas très joli mais il faut avouer que ça donne un certain cachet.
  • La version NES est la seule à posséder un décor.
  • Les versions Atari ST et Amiga sont identiques, et ne font pas honneur à leur support.
  • La version Amstrad CPC est de loin la plus vilaine. Oui oui, même derrière celle d'Apple II en N&B.
J'ai beau tricher, ça ne m'empêche
pas de prendre une raclée... (Apple II)

 Biff est le champion en titre, et possède un rire bien gras et très énervant...(Atari ST)

Niveau son, pas grand chose à se mettre sous la dent. Une seule et unique musique lors du choix de l'adversaire, et seules les réactions de vos adversaires viennent égayer la partie. Sans oublier bien sûr le désormais célèbre bruit de verre brisé lorsqu'un point est marqué, et celui du palet rebondissant contre les bords de la table. Ce dernier bruitage est d'ailleurs bien plus réussi sur Amiga et Atari ST.

La jouabilité

Diriger la raquette recquière uniquement la souris (pour l'Amiga, l'Atari ST et l'Apple II) ou la croix directionnelle (sur NES et CPC). Mais malheureusement, si la jouabilité est très bonne dans le premier cas, elle est limite médiocre dans le second. En effet, les déplacements sont bien moins précis, or la précision est primordiale dans ce jeu.

En tout cas, la version Apple II m'a semblé être la plus jouable, car c'est là que le déplacement du palet est le plus fluide. Mais peut être est-ce dû au fait que j'y ai joué directement sur Mac* (le jeu original est jouable même sur MacOS 9) et non en passant par un émulateur.


Cet adversaire est très fort au début du match, mais son penchant pour l'alcool lui joue des tours (Amiga)
Bejin dirige le palet grâce à
ses pouvoirs télékinésiques (NES)


Malgré (ou grâce à) son principe on ne peut plus simple, le jeu est amusant et très prenant. Malheureusement, la difficulté est excessive et mal dosée : si les quatre premiers adversaires sont faibles, le cinquième est un vrai tueur, tout comme les suivants. Ils visent juste, cognent dur et ne laissent rien passer. Dans ces conditions, remporter le tournoi sans tricher relève de l'exploit ! C'est fort dommage, car pour gagner de temps en temps il faut se limiter à 4-5 adversaires, d'autant plus qu'il est impossible de jouer à deux.

En résumé, si vous êtres en quête de challenge et si vous avez des réflexes de folie, ruez vous sur ce jeu, vous trouverez un défi à votre taille ! Quant aux autres, n'hésitez pas non plus, Shufflepuck Cafe fait partie de ces jeux au principe simplissime mais auxquels on rejoue régulièrement. Mais quel dommage qu'il manque un mode 2 joueurs !


Amiga/Atari ST/Apple II : 14/20
NES/Amstrad CPC : 10/20



*La version Mac est compatible MacOS 5,6,7,8 et même 9. Heureux possesseurs de Mac, vous pouvez donc la télécharger ici. Personnellement, c'est ma version préférée. La nostalgie sûrement ;-)


2001-2017 Planet Emulation