Shining Force 2

(1/1)
Ecran titre
  • Nom : Shining Force 2
  • Editeur : Sonic
  • Console : Megadrive
  • Année : 1994
  • Genre : Tactical RPG

Dans un temple, la nuit. Un voleur et ses deux complices sont en quête d'objets de valeur, qu'ils pourront revendre au plus offrant. Mais dans leurs recherches, ils brisent un sceau, et libèrent Zéon, l'un des trois Dieux maléfiques, qui avait jadis semé la terreur sur le royaume de Granseal, et ce faisant, provoque l'apparition de tout un tas de démons.
Vous êtes Bowie, un apprenti combattant. Votre maître, Astral, a bien senti que quelquechose ne tournait pas rond, et va voir le Roi, tout en vous demandant de ne pas vous en mêler. Evidemment, vous désobéissez....et c'est le début de votre aventure.

 Vous rencontrerez la plupart
de vos recrues dans les villages.

 Dorénavant, les ennemis
esquivent vraiment les coups.


Attention : Shining Force 2 n'est pas la suite de Shining Force, même s'il se déroule dans le même univers. Les scénarios des deux jeux sont bien liés, mais pas de façon directe, et Shining Force 2 est davantage la suite de Shining Force : Final Conflict qui sortira sur Game Gear ultérieurement.

Le système de jeu est cependant en tous points identique à celui de Shining Force : alternance entre phases d'exploration et phases de combats au tour par tour, durant lesquels vous devrez faire preuve de stratégie pour utiliser au mieux les capacités de vos combattants. Parlons plutôt des différences entres les deux jeux.

L'aspect technique

Du point de vue graphique, il n'y a pas photo : Shining Force 2 est bien plus beau que son prédécesseur. Les graphismes sont bien plus fins et colorés, et les décors et les sprites sont plus variés, aussi bien pendant les phases d'exploration que de combat. D'ailleurs, ce sont ces dernières qui ont le plus bébéficié de ces améliorations : les décors sont plus détaillés, les sprites plus grands et bien mieux animés et les magies sont mieux rendues et bénéficient parfois de déformations de toute bôôôôté. Les lieux visités sont bien plus nombreux, ce qui rend l'atmosphère très différente de celle de Shining Force.
Seul bémol à mon avis : le chara-design, s'il est très précis, est également très enfantin, et le héros se trimballe une tête d'ahuri jusqu'à sa promotion. Mais c'est très personnel.

Certains combats se déroulent dans l'obscurité.
 Le sable diminue l'amplitude de vos mouvements.

Côté son, c'est également très réussi : les thèmes ne sont malheureusement pas très nombreux, mais ils sont tout aussi réussis que dans le premier épisode, voire plus encore. Le thème lors des combats en particulier est très entrainant, et heureusement : certains peuvent durer une petite heure.

Le gameplay

Le première nouveauté, celle qui saute aux yeux, c'est la possibilité de choisir le niveau de difficulté (sauf dans la version américaine du jeu). Il est vrai que Shining Force était plutôt facile, et les pros du T-RPG seront ravis de pouvoir se frotter à des ennemis plus forts et un peu plus malins.

Le système d'icônes a été bien entendu conservé et amélioré, et les quelques défauts du permier volet ont été corrigés ; les menus sont par exemple plus complets et plus ergonomiques.
Les classes de personnages sont plus nombreuses, et le niveau des personnages est plus homogène, si bien qu'à la fin du jeu, choisir les membres de son équipe est bien plus difficile.

 Les églises restent un passage obligé.
 Les ennemis aussi se soignent grâce à la magie.

Mais la grande différence avec Shining Force, c'est que le jeu n'est plus découpé en chapitres, et n'est donc plus aussi linéaire. Vous êtes libre de vous balader sur la totalité du territoire - dans la limite des possibilités du scénario - et donc de revenir sur vos pas rechercher un objet ou réparer un oubli. Ce surcroît de liberté est très appréciable, bien qu'il soit parfois énervant de marcher sans trop savoir où il faut aller.  D'autant plus que si la version japonaise du jeu original fournissait une carte détaillée, ça n'a pas été le cas de la version européenne.

Cette liberté n'est pas la seule nouveauté du jeu, avec entre autres :
  • La caravane, qui permet de stocker objets et personnages.
  • Les "Promotion Items", qui donnent le choix entre deux classes de personnages différentes lors de la promotion ; par exemple, sans item, un prêtre deviendra vicaire, alors qu'avec, il pourra devenir moine, ce qui infulera sur ses caractéristiques.
  • Les mithrils, morceaux de métal indestructibles et fort bien cachés qui permettent de forger des armes exceptionnelles.

La durée de vie

Le jeu est bien plus long que son grand frère. Parce qu'il n'est pas linéaire tout d'abord, et qu'on passe pas mal de temps sur la carte, dont une bonne partie à tourner en rond. Parce qu'il y a plus de combats ensuite : une bonne quarantaine, et les derniers peuvent durer plus d'une demie heure. Enfin, parce que le jeu est plus difficile : faire du levelling n'est toujours pas indispensable (et c'est tant mieux), mais certains combats demanderont plusieurs tentatives avant d'obtenir la victoire.

 Les invocations sont une nouveauté de cet épisode. A condition d'avoir un sorcier dans vos rangs...
 Vous pouvez stocker et retirer des objets
à tout moment grâce à la caravane.


Cependant, les vrais acharnés -qui joueront sûrement en niveau de difficulté maximum- pourront s'il le souhaitent faire évoluer leurs personnages le plus haut possible pour avoir accès à tous les sorts disponibles...

Le scénario n'est pas des plus originaux, mais est très riche et offre quelques rebondissements ; n'hésitez pas à parler à tous les habitants que vous rencontrerez, vous en apprendrez non seulement beaucoup sur votre quête, mais aussi sur l'univers de l'ensemble de la saga, qui s'étoffe encore un peu plus avec cet épisode.

Plus beau, plus long, plus varié : Shining Force II est tout simplement excellentissime et fait honneur à son prédécesseur, à la Megadrive et à l'ensemble de la série. Vous l'aurez compris, il fait partie des jeux indispensables à toute ludothèque qui se respecte.

Note : 18/20

Article rédigé par Shenron le 27/08/2005
2001-2018 Planet Emulation