Sapphire

(1/1)



 Nom : Ginga Fukei Densetsu Sapphire
 Editeur : Hudson Soft.
 Console : PC Engine Super CD-Rom + Arcade  Card
 Année: 1995
 Genre: Shoot'em up
 Nombre de joueurs: 1 ou 2 simultanément







Comme chacun sait, si la PC Engine n'a pas eu beaucoup de succès en dehors de l'archipel nippon, force est de constater qu'elle s'est constitué un noyau dur de fans, entre autre attirés par des shoot'em up exceptionnels qu'elle a farouchement gardés dans ses processeurs, exception faite de Lords of Thunder qui fut adapté sur Mega-CD. Dès lors, quand l'éditeur des deux meilleurs jeux du genre sur cette console (et à l'époque, toutes consoles confondues) se décide à nous confectionner un jeu utilisant la dernière technologie disponible sur la bécane, l'Arcade Card, qui servira aussi à convertir quelques hits NeoGeo dessus, on est en droit de s'attendre à une merveille de plus. Et là, vous vous demandez si on a effectivement entre les mains un véritable bijou? Eh bien je serais tenté de répondre tout de suite... mais je laisse le suspense à son comble en essayant de passer en revue tout ce qui constitue ce coûteux bébé (et puis pour ceux qui n'ont pas envie de se coltiner tout le test, y a qu'à 'aller au bas de la page...)

Le choix du vaisseau n'influe qu'assez
peu sur le gameplay.
Dès le premier niveau, les hologrammes
en mettent plein les mirettes !
     

Un diamant ?

Le jeu nous met aux commandes d'un vaisseau à choisir parmi 4, piloté par une pitchoune vraiment trop kawai. Ce choix a son importance, les engins n'ayant pas les mêmes tirs, ni la même vitesse.
Cependant, déjà, il faut relativiser l'idée du choix:  les 3 tirs (rouge, bleu ou vert) sont somme toute assez similaires d'un vaisseau à l'autre et leur vitesse de déplacement est faible, surtout pour le vert. La bonne nouvelle, c'est qu'on peut jouer à deux simultanément, chose trop rare sur PC Engine.

Au sein d'un même niveau, l'action est variée: au début le cette pyramide, on se fraye un chemin dans l'obscurité d'un dédale......pour finir par une course effrénée semée d'embûches !

Une fois le vaisseau sélectionné, c'est parti pour une course-poursuite haletante à travers l'espace et le temps sur les talons de l'entité extra-terrestre en forme de ... saphir, justement, qui a pour dessein de changer l'histoire de l'humanité afin de l'asservir (décidément, même quand ils sont inanimés, les méchants ont tous les mêmes ambitions...)!

Premier constat. Techniquement, c'est de la PC Engine haut de gamme : graphismes classes avec un mélange de sprites réalisés préalablement pour certains en 3D, vaisseaux ennemis de bonne taille voire carrément énormes, musique rock très entrainante, effets visuels délirants : zooms, effets 3D, distorsions, morphings(!)... Mais aussi tout un enrobage qui prouve la volonté de Hudson Soft de jouer dans la cour des grands. En effet, le jeu commence par une petite séquence en images de synthèse et dans le jeu, le sens de la mise en scène est poussé très loin (les hologrammes du premier niveau qui détournent l'attention du joueur, le dragon qui arrive en détruisant un pont dans le second, ou encore l'irruption des vers des sables au quatrième) avec des morceaux de bravoure bluffants.
Il n'y a que les bruitages qui ne sont pas au niveau avec des sons un peu stressants et qui recouvrent un peu trop la musique.
 
Le magicien qui vous assénait des talismans s'est mué (morphing!) en dragon.Le mecha en forme de dragon: un classique du shoot'em up!
    
Même s'il faut avouer que ce jeu a vieilli techniquement,  à cause des sprites en 3D, trop carrés et détonnant trop par rapport aux sprites traditionnels, on a le sentiment de transformer la PC Engine en machine à shoot'em up typé arcade de luxe.

Une émeraude, alors?

Sensation confirmée par la jouabilité d'une simplicité "arcade": un bouton pour tirer, un pour larguer la smart bomb. Une petite subtilité cependant : les options qui entourent le vaisseau se chargent quand on arrête de tirer. Après quelques secondes, au tir suivant, elles foncent sur les ennemis les plus proches. Elles peuvent aussi parfois servir de boucliers latéraux, le cas échéant.
 
À gauche, un boss en sprite traditionnel.À droite, un boss d'abord réalisé en images de synthèse... N'allez pas me dire que le mélange est harmonieux!
    
Tous ces éléments combinés et agrémentés du jeu à deux font qu'une partie avec un pote est un exutoire ahurissant, où chacun en prend plein la vue, se demandant s'il est bien sur la bonne vieille PC Engine. À la limite, on en vient à se dire que la fin arrive trop tôt !

Eh bien non: un saphir !

Et c'est bien là le problème: la durée de vie du soft est très faible. Arriver au bout des 5 niveaux n'est pas une épreuve insurmontable, les continues aidant. Même si le jeu est assez difficile, la faute incombant aussi bien à la lenteur du vaisseau qu'aux coups en traître de l'ennemi, il reste vraiment trop court et trop "arcade" pour y revenir souvent après l'avoir terminé.

 Le quatrième boss, le pharaon, après quelques tirs......se transforme en mecha-pharaon!
Et il est redoutable, le bougre !
    
Car en plus, en voulant trop ressembler à un jeu d'arcade, le jeu y perd son "âme", l'esprit PC Engine, et finit par ressembler à n'importe quel shoot qu'on trouve par centaines en émulation sous MAME.

 Encore un boss en 3D pas top...Oui, je sais: vous l'avez déjà vu dans Axelay. Mais avouez qu'il est classe aussi sur PC Engine (et un grand merci à Franck Herbert, sans qui rien n'aurait pu se faire.)

Il faut payer... rubis sur l'ongle!

Il faut enfin signaler que le jeu, étant sorti vers la fin officieuse de la PC Engine (la fin officielle ayant eu lieu en 1999, avec la sortie du jeu "Dead of the Brain 1&2", longtemps resté dans les cartons avant d'être finalement mis en vente), est très dur à trouver, et, doté de sa prestigieuse aura technologique, est très cher : plus de 300 € !

  
Ces deux-là montrent que même (et surtout) en 2D, les boss sont une réussite.

Je ne pense pas passer pour un snob en disant que c'est un prix éhonté pour un jeu à la durée de vie si faible, sur lequel on ne reviendra que le temps d'une partie ou deux, histoire de se rincer l'œil. Je le situe à sa juste place, derrière une bonne poignée de jeux qui dans le même genre sont plus funs et agrémentés de plus de personnalité. Et surtout beaucoup moins chers.

  Graphismes: 17/20
 Animation: 18/20
 Musique/Son: 15/20
 Jouabilité: 18/20
 Intérêt: 12/20

NOTE GLOBALE: 14/20

Article rédigé par DrBlackjack le 16/10/2007
2001-2018 Planet Emulation