Rastan saga 2

(1/1)

Test de Rastan Saga 2

Test de Rastan Saga 2
Nom :
Rastan Saga 2
Editeur :
Taito
Développeur :
Opera House
Console :
Megadrive
Sorties :

1990
1990
NON
Genre :
Action (plus ou moins)
Langue :
US
 
Attention : votre navigateur ne supporte pas Javascript ou celui-ci a été désactivé. Ceci empêche le zoom des screenshots.

Activez Javascript si vous souhaitez pouvoir utiliser cette fonction.

Accroche

C'est le 1er Avril, jour idéal pour un petit test de ce bon vieux Rastan Saga 2 qui a tout de la (mauvaise) blague...

Non non, c'est pas lui. Il n'est là que pour montrer le contraste avec le reste de la série..
(Rastan 1, sorti en 1987)
Non non... Non plus...
(Rastan 3 - Warrior's Blade, 1991)

Contexte

Resituons un peu : le premier Rastan est sorti il y a bien longtemps en 1987 et si le jeu a gardé une telle aura jusqu'à nos jours, c'est qu'il était non seulement un excellent jeu, original par son univers puisqu'à l'époque bien peu faisaient le pari de l'heroic fantasy, mais poussait également le vice jusqu'à être l'un des plus beaux jeux existants à sa sortie... Inutile de dire que ses suites furent attendues, et si le troisième opus ne décevra pas à sa sortie en 1991, il restera relativement confidentiel pour diverses raisons. La principale nous réunit aujourd'hui : Rastan 2 est passé par là entre temps et a littéralement tué la franchise...
(une autre étant qu'il fonctionnait sur une borne à double écran, demandant un investissement supplémentaire par rapport à une borne standard)

Le contraste entre Rastan 2 et les deux autres jeux de la série est si saisissant qu'on ne peut que s'interroger sur les conditions de sa création. D'autant plus que c'est bien Taito qui l'a développé tout comme le premier et le troisième opus ! On aurait aisément pu croire qu'ils avaient refilé le jeu à un obscur studio mais même pas...
Malheureusement, il y a bien peu d'informations sérieuses disponibles sur cet étron vidéoludique : tout juste peut-on affirmer que le budget a dû être assez conséquent, de l'ordre de deux voire peut-être trois carnets de tickets resto et que, devant l'affligeant résultat, Taito n'a pas hésité à renier son malheureux rejeton pour essayer (en vain) de sauver la licence. Il ne s'appelera donc Rastan 2 qu'au Japon et "Nastar" en Europe ou "Nastar Warrior" aux Etats Unis. Prenons une seconde en passant pour saluer l'impressionnant algorithme de codage qui a probablement été nécessaire pour renommer Rastan en Nastar... Impossible de faire le lien entre les deux sans un Cray sous la main pour casser le cryptage...
Et le plus drôle là-dedans étant que la pire version du jeu, celle sur Megadrive donc, a apparemment été oubliée et s'appelle Rastan Saga II... C'est d'ailleurs bien elle qui fera le plus de mal à la licence puisque les bornes d'arcade ont été très peu demandées, limitant d'autant la vue du jeu aux joueurs !

Et voilà... Oui, ça fait très mal... Et je passe sous silence l'aspect du barbare parce que c'est moi...
(Rastan 2 donc... 1990...)
Rassurez-vous, les ennemis sont pas beaucoup mieux lotis... Et je passe sous silence l'animation hallucinante de la corde... (1990 oui...)

Histoire

Rastania est un plat pays dans lequel se trouve un temple si haut qu'il atteint le ciel et dispose de sa légende perso racontant que quiconque grimpant jusqu'en haut pour y rapporter la pierre des sages règnera instantanément sur le monde...
Jusque là, tout allait bien, la notice du jeu nous apprend d'ailleurs que les humains et les démons vivent ensemble en paix mais ces petits blagueurs décident un jour de gravir le temple pour prendre le pouvoir et un guerrier du coin les suit pour les arrêter (et se dire à lui-même des trucs incohérents après chaque boss vaincu).

Quelques questions nous assaillent devant ce genre de babillage... Pourquoi les démons grimpent ainsi d'un coup alors qu'ils étaient le meilleur ami de l'homme jusque là ? Lassie ou Rintintin ne fomenteraient-ils pas en secret un complot pour prendre le contrôle de la Terre si ces braves démons sympas s'y sont résolus sur Rastania ? Et pourquoi les démons grimpent-ils tous ensemble d'un coup le temple..? Et bien sûr, la pierre des sages étant manifestement déjà au sommet du temple (toujours selon la notice) pourquoi les démons cherchent à l'amener en haut.... ?

Vous remarquerez que je prend sur moi pour éviter des questions plus basiques, par exemple, quel genre de logique permet de devenir maitre du monde en ramenant de la caillasse en haut d'un temple ?
Bref, rendons-nous à l'évidence : cette histoire n'est qu'un pamphlet visant à dénoncer l'utilisation d'alcool, de protoxyde d'azote ou même de tubes de colle UHU chez les scénaristes et, de ce point de vue du moins, c'est très réussi...

Allez soyons objectifs : il y a deux ou trois ennemis pas horribles vers la fin du jeu...
Du WTF à l'état pur : lorsque Rastan meurt, il maigrit jusqu'à devenir squelettique et disparait... (en 2 frames...)

Gameplay

Oula, le test commençait au fond du gouffre avec le scénario mais ne vous inquiétez pas, il va sombrer encore un peu avec le gameplay...
Préparez de quoi prendre des notes, on va lister les commandes disponibles : un bouton pour frapper, un bouton pour sauter.
Bon OK, c'est léger mais après tout, ça suffit largement pour un paquet de bons jeux et en plus, il n'y a pas de retard sur les commandes. C'est d'ailleurs un point central de Rastan 2 : s'il est incroyablement laid, il est surtout atrocement mal animé et tous les mouvements étant animés sur deux frames, il n'y a aucun retard sur rien... On est bien loin de Prince of Persia avec son retard d'un quart de seconde nécessaire pour dérouler les 15 frames composant la plus simple des animations...
Il y a même une vague gestion du bouclier qui protège Rastan tant que celui-ci est immobile et la possibilité de ramasser 3 armes différentes, une petite épée avec son bouclier, des griffes et une lourde épée à deux mains.

Alors que demandez de plus ?
- Une hitbox correcte ? Oui... C'est vrai, assez anarchique et déjà problématique avec les ennemis de base, elle devient juste déplorable sur les boss qui ont, en plus, la bonne idée de demander des dizaines de coups avant d'y passer.
- Un barbare qui se déplace pas trois fois moins vite que ses ennemis ? Oui aussi... Inutile d'espérer esquiver quoi que ce soit et comme la hitbox est moisie, on arrête vite d'essayer de jouer (je vois pas d'autre mot) et on avance juste en ligne droite en frappant.
- Une durée de vie dépassant les vingt minutes ? Oui, pourquoi pas
- Des boss qui ne se résument pas à taper sur le bouton aussi vite que possible en attendant (longtemps) qu'ils y passent ? Oui, le seul à avoir un vague pattern est la gorgone du niveau 2, les autres avancent et frappent, c'est tout... (Hum, non pardon, à la réflexion, la gorgone fait ça aussi...)
- Des niveaux qui ne soient pas rigoureusement plats ? Oui ! C'est hallucinant : les hauteurs maximales se résument à une poignée de plate-formes flottants à mi-écran de temps en temps... Rastan repoussent les limites du jeu d'action 2D et invente l'action 1D !

Les boss sont relativement beaux mais par contre, leurs combats sont invariablement ratés
Pour enfoncer le clou, Rastan se sent obligé de dire n'importe quoi après chaque boss

Technique

Alors, vous croyiez que le pire était passé avec le gameplay ? Vous n'avez pas regardé les screenshots ou quoi ?

Hum, donc les graphismes sont relativement surprenants... Oscillants entre trop criards et trop ternes en permanence, ils réussissent l'exploit de ne jamais tomber entre les deux, là où se trouvent les couleurs pour êtres humains. Après tout, peut-être sont-ils le top pour votre hamster mais pour nous...

Bien entendu, le douloureux constat est évident devant les screenshots : le problème de couleur est indubitablement le dernier de nos soucis... C'est juste consternant : rien ne tient debout en fait... Les sprites sont très grands mais extrêmement peu détaillés, la position de Rastan est totalement ridicule, les environnements sont extrêmement répétitifs, les décors se répétant cinq ou six fois... par écran ! Et encore, quand ils ne sont pas de simples mosaiques comme dans les intérieurs où les "fenêtres" sont juste des zones vides sans la mosaique... Bon, un point positif tout de même : les ennemis. Ils sont pas abominables. Alors soyons lucides : dans un jeu normal, ils apparaitraient comme très médiocres mais ici, ils constituent de loin le point le plus réussi du jeu, c'est aussi ça la magie de Rastan 2...

Mais il y a pire que les graphismes... Il y a la musique. C'est pas compliqué, c'est juste indescriptible... Mention spéciale à celle du niveau 2 où la moitié de sa durée (soit une trentaine de secondes) se résume à boucler une quinzaine de fois sur trois notes... (à noter que le portage Megadrive est ici responsable : la version d'origine sur Arcade a une musique honnête pour l'époque)

Mais il y a pire que la musique... Il y a l'animation. Sans le moindre doute, on touche là à l'essence même de Rastan 2.
Sans elle, il ne serait qu'un mauvais jeu semblable à des centaines d'autres. C'est vrai, je l'ai évoquée dans le gameplay mais quand même elle est si incroyable qu'elle arrive à saboter totalement le jeu en lui offrant une place méritée parmi les pires jeux Megadrive.. Donc j'insiste là-dessus tant ça semble surréaliste : toutes les animations sont décomposées sur deux frames !! Ca a l'air de rien mais implique un angoissant constat : les screenshots du test, aussi misérables soit-ils, sont nettement plus beaux que le jeu justement parce qu'ils ne bougent pas !

Bon, le dernier boss est quand même une sorte de Shiva au rabais et en robe
Juste pour vous : la fin... Du grand spectacle quand même, une image fixe et quelques lignes tartes....

Note : 03 / 20

Je vous conseille de jouer à ce jeu. Oui, je vous le conseille et je ne plaisante même pas : un jeu pareil est si improbable que si vous n'y jouez pas, vous n'arriverez pas à vous faire une idée à sa hauteur. Alors essayez-le mais n'y jouez pas trop longtemps pour limiter les risques d'hémorragie cérébrale qui augmentent considérablement en cas d'exposition prolongée...

Et à ceux qui seraient tentés de penser qu'il est juste vieux, je répondrai qu'en 1990 sortaient également sur Megadrive : Shinobi, Mystic Defender, Ghouls'n Ghost, Forgotten Worlds, Castle of Illusion ou Sword of Sodan... Tous parfaitement irréprochables sur la question des graphismes et à des milliers de kilomètres de Rastan 2 concernant la qualité globale...


(attention, un intrus, petit frère spirituel et demeuré de Rastan 2, s'est peut-être glissé dans cette liste)


Les plus

- N'est pas sorti en Europe

Les moins

- Une sacré tâche dans la série
- Level Design insignifiant
- Hitbox débile
- Graphismes ridicules
- Musiques lamentables
- Animation juste scandaleuse !!
- 20 minutes pour le finir
- C'était vendu 400F ça quand même

 
Difficulté

Ghouls'n Ghosts16

Rastan Saga II12

Cette barre permet de doser la difficulté en la comparant à un ou deux autres jeux du même type. Les valeurs attribuées ne concernent aucunement la qualité des jeux : seule leur difficulté respective est évaluée ici.
 
Téléchargements
Commenter ce test
 
 

 

Article rédigé par Shinobi le 01/04/2015
2001-2018 Planet Emulation