Histoire de l'Amiga

(1/1)
  Nom
Amiga

Constructeur
Commodore

Date de sortie
1985

Petit frère du Commodore 64, l’Amiga est apparu en 1985 sous le nom d’Amiga 1000. Premier ordinateur 16 bits estampillé Commodore, imaginé par Jay Miner, le modèle possédait seulement 256 Ko de mémoire, ce qui était faible pour profiter de la palette de 4096 couleurs dont 64 affichables simultanément. Architecturé autour du processeur Motorola 68000, l’Amiga était un des ordinateurs personnels les plus puissants du milieu des années 80.

L’arrivée de l’Amiga 500 et de ses 512 Ko de mémoire en 1987 marque l’avènement d’un phénomène, avec un OS entièrement intuitif (le Workbench) et des capacités graphiques et sonores supérieures à l’Atari ST, son éternel concurrent.

La gamme est ensuite déclinée sous la forme d’Amiga 2000, 3000 puis 1200 et 4000, la seule véritable évolution de la machine avec le passage à la famille des processeurs 68020 de Motorola et des capacités graphiques accrues.

Mais les stratégies marketing discutables de Commodore et l’utilisation de nombreuses normes propriétaires (lecteur de disquette 880 Ko, faibles possibilités d’extensions) mettront fin à la belle histoire face à la puissance exponentielle des compatibles PC.

En 1995, Commodore dépose le bilan et ses actifs sont éparpillés aux quatre vents. La marque Amiga change de propriétaire à plusieurs reprises et continue aujourd’hui d’être développée sous la forme de l’AmigaOne architecturés autour de PowerPC. Mais pour tous les passionnés, Amiga rime avec Amiga 500.

Fiche Technique
Processeur - Motorola MC68000 cadencé à 7.16 MHz
Mémoire - 512 Ko de chip RAM extensible à 1 Mo. Contrôleur mémoire direct (DMA).
- 256k de ROM
Graphismes - Adaptateur graphique appelé Denise avec une palette de 4096 couleurs dont 64 affichables simultanément en mode half bright (demi-teintes).
- Résolution de 320x400 en 32 couleurs et 640x400 ou 640x200 en 16 couleurs.
- Le mode HAM permettait d’afficher simultanément 4096 couleurs pour des images fixes (car trop lent pour les jeux).
- Un coprocesseur appelé blitter déchargeait le processeur de certaines taches graphiques dont les scrollings et les sprites.
Son - Géré par Paula (Ports and Audio), le son de l’Amiga générait quatre voix avec neuf octaves sur deux canaux stéréos.
- Les fréquences allaient de 20 Hz à 6 KHz L’usage d’un coprocesseur audio permettait au processeur central de ne pas être trop chargé par le son.
Stockage - Lecteur de disquette double face/double densité de 3,5 pouces interne au format de 880 Ko.
- Possibilité d’ajouter des disques durs SCSI sur les premiers modèles et des disuqes durs IDE sur les Amiga 1200 et 4000.
Alimentation - Externe avec transformateur 5 V et 12 V.

Un gros merci à Christophe pour la rédaction de cet article.

Article rédigé par Reeko le 02/07/2005
2001-2017 Planet Emulation