Gun Smoke

(1/1)

 

 

Titre: Gun Smoke
Console: Nes
Année: 1988
Genre: Action
Editeur: Capcom

La 8-bits de Nintendo et ses jeux d'action. Halala... on pourrait en parler des jours tellement il y aurait de choses à dire. Sur ces années sacrées du jeu vidéo, se sont posés les piliers porteurs des jeux que nous avons aujourd'hui, sans qui ces derniers n'auraient jamais pu exister. Une époque mythique où tout restait à faire. Tant de choses à explorer... vous avez Nicolas Hulot qui va à la rencontre des papous, ben Capcom (entre autres), c'est un peu la même salade, qui à l'époque s'était imposé comme étant quelque part le mister Hulot du code binaire... eh oui... l'action vidéoludique, c'est pas seulement les missiles à tête-chercheuse et les rayons laser ! C'est aussi les Colts faits maison dont la crosse en bois était sculptée à la main, et les mitraillettes à roulette manuelle pour tirer, une époque où les rangers de nos soldats étaient remplacées par le cuir des bottes de cow-boys et crasseux, cliquetant de leur étoile au talon.

 

 

 Faut toujours que ça tombe sur les mêmes...

1849, quelque part dans le désert américain. Une bourgade tranquille, perdue parmi mille et un cactus, Hicksville. Une petite ville tranquille où il ne se passe jamais rien, et qui perdure au rythme des saisons. Une petite ville qui vit grâce au dur labeur de ses pionniers, braves travailleurs au possible, qui en cette époque vers la ruée vers l'or, allèrent passer le plus clair de leur temps dans les mines, et ainsi rentrer les sacs chargés d'or, agrandissant chaque jour un peu plus la richesse d'Hicksville. Mais un calme pareil avec autant d'or à proximité ne peut être qu'un calme relatif, et la pensée de mettre la main sur ces mines suscitèrent bien des envieux dans tout le désert, allant jusque dans les grandes villes, alors qu'a Hicksville, il n'y a qu'un shérif comme seul gardien. Un jour comme les autres, un épais nuage de fumée se fit voir au loin. C'est une bande de hors-la-loi déjà tristement célèbre, les Wingates, qui débarque en ville, avec bien sûr la ferme intention de mettre la main sur toutes ces richesses, de la banque jusqu'aux mines. Mais un premier obstacle se dressa rapidement sur leur route : le shérif de la ville, qui Colt en main, ordonna à la horde de bandits de quitter Hicksville dans la seconde, et plus vite que ça... il n'en fallait pas moins pour que le chef des Wingates, qui n'est autre que Wingates en personne, s'empare de son fusil et descendit de sang-froid le bon shérif, que tout le monde aimait.

C'est ainsi que ce redoutable criminel et sa bande s'emparèrent de la ville et de sa région, ainsi que de ses ressources, terrifiant la population de la ville un peu plus chaque jour, par l'occupation de la ville et de pillage des mines en faisant travailler jusqu'à la mort ses braves mineurs. Un beau jour, arriva en ville comme un cheveu sur la soupe, un jeune homme sur sa monture blanche, qu'apparemmant personne ne connait. Solitaire, errant sans but apparent, il est armé de ses seuls Colts rangés dans ses portes-flingues sur sa ceinture. En cette fin d'après-midi venteuse, où le soleil arbore sa couleur orangée, les habitants d'Hicksville voient au travers de leurs volets fermés, arriver ce cow-boy vêtu de bleu qu'ils ne connaissent pas, enfin quelqu'un qui va les débarrasser des Wingates ? Osent se demander les citoyens apeurés. Tandis que notre vagabond sans nom termine son créneau dans la rue principale de la ville pour garer son dada et qu'il pose un premier pied à terre, déjà il voit les premiers bandits se dresser devant lui en guise de comité d'accueil. Alors qu'il cherchait sûrement un endroit pour boire une bière, il se retrouve au beau milieu d'une ville assiégée, et comme il n'aime pas être embêté par les vilains, il va devoir se battre pour avoir la paix...

 

 4 contre 1 ?? Peuh ! La routine habituelle quoi..

 Oh.. enfin quelqu'un qui ne me tire pas dessus !

Vous l'aurez compris, Gun Smoke est un jeu d'action qui se passe en plein dans l'épopée western. Un jeu d'action pur et dur à l'ancienne comme on n'en fait plus. Ces bonnes vieilles cartouches 8-bits en avaient dans le ventre ! D'un simple concept aussi bête que cela, elles étaient capables de nous propulser loin loin... mais alors très loin dans l'univers du titre proposé, avec parfois pour certains jeux, une réussite incontestée avec pourtant un héros sans plus de personnalité que ça, avec seulement quelques mots pour le décrire dans l'introduction que nous offre le jeu. Ce qui aura pour effet de nous laisser à nous, joueurs et joueuses, une certaine liberté d'esprit pour s'imaginer toute une mise en scène sur un personnage qui va nous accompagner durant toute la partie ? De rien, on en arrive à tout, et ce le plus simplement du monde, un mélange de contexte imposé au travers du western et d'une totale liberté d'imagination pour le reste, avec un charme qui reste et restera propre à la 8-bits de Nintendo, un charme aux senteurs de connecteurs de cartouche fumante qui aura marqué au fer rouge toute une génération, et que l'on ne retrouvera plus jamais sur ces nouvelles consoles que les plus jeunes d'entre nous ne font que découvrir, et profiter des milliers d'avantages des nouveaux jeux, qui pourtant doivent tout et archi tout à leurs ancêtres pixélisés. Un charme qui ne se fait plus aujourd'hui, et c'est bien dommage !

 

 Toi j'ai deux mots a te dire..

 Pas assez fort, mon fils...

Mais revenons à nos moutons. Ou devrais-je dire, à nos bandits. Gun Smoke va nous proposer une action en vue aérienne, où vous verrez votre sprite de dos qui ne cessera d'avancer tout seul, au rythme de l'écran qui lui aussi ne fera qu'avancer, faisant progressivement découvrir l'ensemble du niveau. Votre perso va se trouver au milieu en bas de l'écran, et il vous appartiendra de déplacer votre héros bleu (non non ce n'est pas un bleu, juste sa chemise qui est bleue) dans la zone de jeu disponible sur l'écran, c'est-à-dire partout, et vous aurez remarqué que notre Billy Boy se déplace avec une certaine vitesse. Bon ok, au début on pourra peut-être trouver qu'il va un peu vite, mais plus loin dans le jeu, on ne peut que se féliciter d'avoir un sprite aussi maniable que ça pour éviter les nombreux tirs ennemis qui seront susceptibles d'apparaitre a l'écran.

Aussi dans certains cas, il va falloir jouer d'anticipation et éliminer le moindre ennemi qui se présente à l'écran aussi vite que possible. Et c'est la toute la difficulté du titre qui va progressivement nous sauter aux yeux, quand au fur et a mesure qu'on avancera dans le jeu, on se rendra compte des dizaines et des dizaines d'ennemis qui ne cesseront de nous assaillir, et qui bien sûr vont vous tirer dessus, avec non seulement leurs pistolets, mais aussi des bombes et des mitraillettes... et même des ninjas qui se chargeront de vous attaquer de leurs shurikens tranchants.

 

 N'oubliez pas de ramassez les munitions !

Le seul fait d'avoir toute une tripotée d'ennemis à l'écran ne fait pas la seule difficulté de ce titre. Et là on pourra repérer un trait qui était si familier pour bon nombre de jeux de l'époque, c'est l'absence d'une quelconque barre de vie. Dans Gun Smoke, vous vous faites toucher et hop ! Vous perdez une vie ! Quoi comment ça c'est injuste ?? Eh non... ce n'est pas injuste, on pourrait même forcer sur la chose en la mettant sur le compte du réalisme ? Est-ce que vous feriez le malin avec une balle dans la jambe ? Car on déconne on déconne, mais dans plein de jeux, on a toujours une barre de vie pour nous réconforter. On se dit toujours bon c'est pas grave bientôt y aura un objet pour me soigner... ben pas ici. Aussi vos réflexes et votre sens de l'observation seront mis à rude épreuve tout le long de la partie, ainsi que vos nerfs. Non seulement les ennemis vous attaqueront au sol, mais certains d'entre eux ne prendront même pas cette peine pour vous mettre des bâtons dans les roues, et se contenteront de vous tirer à vue, embusqués à une fenêtre en ville, ou dans une tente lorsque vous affronterez les indiens de mèche avec les Wingates. Pour les vaincre, rien de plus facile. Au même tarif que pour les autres, tirez leur dessus et ils ne seront plus un problème... tout en gardant un œil sur le reste de l'écran pour pas qu'un bandit ne surgisse de nulle part et ne vous fasses un zoli trou entre les deux yeux au moyen d'un plomb qui vous était destiné. Certains jeux sont réputés pour avoir des points de vie très chers, bin ici c'est simplement les vies qui sont très chères, et aussi il serait très dommageable d'en perdre une tout bêtement à cause d'une balle que l'on aurait pas vu étant concentré sur un tireur embusqué, alors qu'on aurait très bien pu l'éviter autrement.

 

 Toi.. t'a pas une gueule de porte-bonheur..

 Ça.. c'est fait...

Et les ennemis feront également preuve d'une grande diversité pour venir a bout de votre égo ! Mis à part les simples bandits, lents et aussi résistants qu'une cigarette, bien d'autres se joindront à la fête avec des ennemis qui vous lanceront des bombes qui font boum, des moches qui auront la particularité d'être mieux armés, des vilains qui se montreront bien plus résistants que les autres etc... et bien d'autres encore qui feront que l'ennui dans ce jeu n'aura pas sa place une seule seconde. Ici, la moindre seconde d'inattention risque fort de vous coûter une vie ! Et vos vies, vous ferez bien de les économiser pour les niveaux avancés, car je vous parle d'un titre à la difficulté montant crescendo, où si les premiers pas peuvent avoir un faux-air de promenade de santé pour les plus doués d'entre nous, les derniers niveaux se montreront plus qu'à la hauteur de nos aspirations en matière de défouloir et de zigouillage de pas beaux en masse. Car si les ennemis ne suffisaient pas, certains éléments du décors se chargeront de corser un poil plus la chose. Par exemple des barrières en bois sur lesquelles on attache les chevaux, ben si par malchance vous avez le malheur vous retrouver coincé derrière l'une d'elle et que le défilement de l'écran vous rattrape, bin vous perdez une vie. Particulièrement rageant lorsque vous venez de vous sortir d'une situation délicate, que vous n'avez plus le temps de sortir de barrières et que le bas de l'écran arrive à votre niveau. Et paf le chien...

 Même des ninjas seront de la partie !

Mais heureusement, dans votre périple, vous ne serez bien évidemment pas seul a combattre. Euh... en fait si. Mais durant votre parcours du niveau, il ne sera pas anodin de croiser l'un des rares habitants de Hicksville se montrant plus courageux que les autres pour vous proposer leur aide. Dans le haut de l'écran, vous aurez remarqué qu'en guise de compteur de points, vous aurez plutôt affaire à un compteur de dollars, qui augmentera au fur et à mesure que vous vous débarrasserez de vos assaillants, trouverez des objets etc... et ce chiffre va représenter votre fond de commerce. Lorsque vous irez parler à un villageois, ce dernier vous proposera un certain nombre d'options qu'il vous faudra sélectionner pour vous l'attribuer, moyennant finances bien entendu. Vous n'aurez qu'un seul choix  pour chaque habitant rencontré, donc réfléchissez bien avant de répondre, car vous ne pourrez pas revenir sur votre choix, étant donné qu'après avoir répondu, l'habitant va illico retourner dans sa cachette. Dans ses choix, on trouvera une certaine variété d'armes qu'il nous sera donné d'utiliser, avec pour chacune, ses points forts et ses points faibles bien entendu. 

 C'est prend une tournure de Village People là !!

 In the navyyy lalalalalaaaa... !


Prenez votre arme de base, votre revolver. Munitions infinies, puissance et cadence de tir moyennes. Déjà, chaque arme supplémentaire que vous aurez achetée verra ses munitions limitées. Si vous achetez par exemple le Magnum, tout simplement l'arme la plus puissante que le jeu pourra vous proposer, vous fumerez sans problème en une seule balle la plupart des ennemis du jeu, mis-à-part les boss bien entendus. La mitraillette, peu puissante mais rattrapée par sa cadence de tir automatique. Tatatatatata... Achetez le fusil à pompe et votre tir  couvrira une certaine partie de l'écran depuis votre perso... avec comme arme secondaire des bombes que nous ne pourrez acheter qu'en très petite quantité, mais dont l'explosion vous rendra le sourire en cas de coup dur. A vous ensuite de préférer telle ou telle arme selon votre goût, votre façon de jouer (bourrin ou subtil ? Oui oui être subtil dans Gun Smoke, c'est possible !!) et surtout en fonction de votre budget !

Un petit échange de tirs dans la flotte messieurs ?

Et les armes ne seront pas les seuls atouts que vous proposeront ces courageux habitants, qui au nez et à la barbe des bandits, risquent leur peau pour vous vendre des douceurs. Eh oui... y a pas de petits profits. Déjà que vous êtes la pour les sauver, même pas ils vous apporteraient de l'aide... nan y faut qu'ils vous la vende. Monde cruel... Donc mis-à-part les armes, et munitions supplémentaires, la possibilité d'acheter un cheval vous sera donnée. Un cheval qui se montrera être votre plus précieux allié dans votre périple, car non seulement votre dada  augmentera votre vitesse de déplacement sur le terrain, mais il aura l'immense avantage de vous offrir une barre de vie ! Eh si, un petit coup de pouce dans ce monde de brutes, ça ne se refuse pas. Enfin, quand je parle de barre de vie... c'est vite dit. Disons plutôt de le fait d'avoir une monture vous absorbera quelques tirs, qui normalement vous coûteraient une vie. Considérez ça plutôt comme un bouclier. Mais surtout n'en profitez pas pour faire le fou avec, hein. Votre cheval n'est pas non plus un robot, et au bout de quelques tirs encaissés, ce dernier y laissera la vie. Se sacrifier pour votre cause, y laisser sa peau pour que vous-même puissiez continuer à lutter contre ces cruels brigands... Une fois votre dada mort, vous reprenez votre route à pied, et à la moindre balle dans l'orteil gauche (ou droit) vous perdez une vie. Mais bon... c'est pas non plus la mort du p'tit cheval ! HAHAHA ! Quoi comment ça ? Qui a dit que c'était pas drôle... bon ok je sors...

 Ryu Hayabusa ? C'est toi ??

 Ah nan.. saleté de copie taïwanaise...


Encore et toujours dans les options des habitants. Ui désolé de faire autant de paragraphes, mais 'faut bien que je case tout mes screens entre deux, hein ! J'ai parlé des armes, du dada... qu'est-ce que j'ai oublié... Ah oui ! L'affiche "Wanted". Là encore, un poids qui s'ajoute dans la difficulté du titre. Et la, un poids plutôt original, car la tradition vidéoludique veut que lorsqu'on arrive au terme d'un niveau, on rencontre le boss du dit-niveau. Et ce dans la plus logique des normalités du monde. C'est comme ça dans tout les jeux du monde... et bien pas ici ! Vous savez, dans les films de western, les affiches : Wanted : "Dinofly" 20 000 $. Dans Gun Smoke, vous ne pourrez pas rencontrer le boss du niveau dans lequel vous êtes en train d'évoluer sans au préalable avoir acquis son affiche wanted au cours du niveau. Pour ce faire : deux solutions. L'une est de trouver un habitant du niveau, qui vous proposera d'acheter l'affiche du niveau. Vous l'achetez, cher, encore faut-il avoir les fonds correspondants. Une fois l'affiche en votre possession, arrivé à l'issue du niveau, vous affronterez le boss et devrez le vaincre.

 Des ennemis a n'en plus finir !!

La seconde... trouver l'affiche dans le niveau. Et là bon courage, car cette dernière est cachée quelque part ! Peut-être sous votre nez, peut-être l'avez-vous déjà passée ? Il vous appartiendra alors à vous, courageux/se joueur/se de tirer à tout va dans le niveau dans l'espoir de toucher l'objet caché, de le faire apparaitre et d'aller sur sa position pour le prendre, sans pour autant vous faire bloquer par les éléments du décor ! Car certains sont très judicieusement planqués.. et même parfois vicieusement...

 

 Encore un qu'a pas dû aller souvent a l'école...  To be or not to be... bin pour lui c'est plutôt not !

 

Un indice de taille pour vous aider à repérer ces affiches cachées. Lors du niveau, vous trouverez bon nombre de tonneaux sur votre route. Tirez leur dessus et lorsque vous l'aurez détruit, vous verrez le tonneau disparaître au profit d'un objet différent qui pourra vous offrir divers avantages et inconvénients, comme par exemple une augmentation de votre vitesse de déplacement, un bonus de votre portée de tir, un objet qui vous permettra de vous débarrasser de tous les ennemis présents à l'écran, ou encore un malus sur votre argent de poche, mais cet objet -là est facilement repérable au vu d'une tête de mort pas très accueillante. Vous repèrerez très rapidement le bruitage de vos tirs contre l'un de tonneau, ce bruitage qui vous indiquera que vous êtes en train de tirer sur quelque chose et qu'a terme, un objet sera découvert. Mais concernant les affiches wanted cachées, point de tonneau ici !

Vous tirez dans le vide, et d'un coup, alors qu'il n'y a pas de tonneau, vous vous rendez compte que vous tirez sur quelque chose grâce au bruitage du tonneau. Cela veut dire que vous avez trouvé la cachette secrète de l'affiche wanted dissimulée dans le niveau. Si vous réussissez à la découvrir et à l'obtenir, vous affronterez le boss que nous n'auriez pas affronté si nous n'aviez pas découvert l'affiche. La découvrir dans le niveau revient à ne pas avoir à l'acheter chez un habitant, donc une certaine économie de dollars, qui pourra servir à l'achat d'armes plus puissantes, comme pour lutter plus efficacement contre les boss par exemple.

 

Fumer c'est très mauvais pour la santé !

 Lorsque je parle de tirs blancs sur fond blanc...


Mais Gun Smoke ne serait pas Gun Smoke sans l'essentiel qui fait un bon jeu : ses graphismes et ses musiques. Remettons-nous dans le contexte. On est en 1988 et à l'époque on avait pas encore du très beau. Mais certains titres parus cette année-là (je chantais pour la première fois... hum) ont déjà eu le mérite de nous accrocher comme jamais du fait de l'immersion de ses décors. Et bien ici, c'est le Top. On pouvait pas rêver mieux. On a l'impression d'y être. Visite d'Hicksville et de sa région par Capcom et son cow-boy. Le terme d'une aventure "à la première personne" prend ici toute son empleur. Et ce avec une simplicité des plus déconcertantes. Car il faut bien le reconnaitre, Gun Smoke ne restera pas dans les mémoires de par ses graphismes à couper le souffle, même pour une NES qui plus tard nous prouvera qu'elle sera capable de bien mieux. Il n'en reste pas moins que l'univers du titre nous est présenté avec une réussite qui ne pourra qu'être applaudie haut et fort par ses fans, faisant rentrer le joueur dans la peau de l'avatar avec un succès qui fera sa renommée.

Qu'on soit en ville, dans une colline, ou encore chez les indiens, ça passe tout seul, et les légères carences graphiques qu'on pourra lui reprocher se verront effacées par une certaine impression de réalisme rarement vue sur une NES. Peu de détails, mais exemplairement choisis et placés sur le stage, une colorisation des niveaux qui se veut sobre, avec assez peu de couleurs en général, mais qui suffisent pour maintenir le tout a un niveau d'addiction furieusement élevé, à la limite de l'indécence Et si l'univers graphique ne suffisait pas à convaincre les plus sceptiques, la bande sonore exceptionelle  va se charger de les rallier à sa cause. D'une qualité qu'on ne pourra que souligner, elles aussi se voudront relativement simples, mais terriblement efficaces. En plus de ça, on pourra se satisfaire d'avoir une musique différente par niveau, toutes plus entraînantes les unes que les autres. Partant de graphismes relativement simplets et de musiques techniquement légères mais diablement envoutantes, on en arrive presque à se retrouver colt à la ceinture et chapeau de cow-boy sur la tronche devant notre écran, avec une flèche d'un indien en travers du chapeau cela va de soi, à jouer a Gun Smoke à dos de cheval devant la télé. On ne peut qu'en redemander !
 
Bah alors.. on fait moins l'malin hein !!

LES NOTES :

- les graphismes : 16/20
Comme dit plus haut, c'est terriblement efficace, mais techniquement assez simple. Un peu comme quelqu'un qui n'a pas de sous et qui se débrouille pour faire malgré tout un travail remarquable. On se dit que si le jeu était sorti quelque chose comme deux ans plus tard, les niveaux seraient bien plus riches en détails et couleurs, mais en même temps le jeu il est pas sorti en 1990 mais en 1988, donc en fait ça sert un peu à rien de se dire qu'il aurait été mieux si il avait vu le jour plus tard. Juste que au vu de la qualité globale du titre, il n'aurait qu'encore mieux sorti son épingle du jeu à voir certains graphismes un peu mieux finalisés. Par exemple : des fois dur dur d'éviter un tir blanc sur un fond blanc. Mais bon ça fait un peu partie de son charme... <se tape la tête> eh oh Vince ! Tu vas pas non plus chercher des p'tites bêtes la ou y en a pas, hein !

- la bande son : 17/20
On peut difficilement faire mieux. Certes les capacités techniques de la NES nous auront livré sur d'autres titres des musiques bien plus entraînantes au vu de moyens plus importants pour leur réalisation, mais en ce qui concerne Gun Smoke, c'est l'excellence même. Une bande sonore qui fusionne avec le reste. Dès les premières secondes du thème de l'écran titre, on est déjà en plein dedans. Les premières notes donnent le ton jusqu'à la fin de la partie. Une grande diversité musicale qui renforcera comme jamais l'ambiance du titre.

- durée de vie : 15/20
Une difficulté magistralement gérée, avec son lot d'ennemis bien différents qui fera qu'on ne s'ennuiera pas a dézinguer le même bandit tout le long de la partie. Avec des boss qui ressemblent bel et bien à des boss dignes de ce nom, redoutables au possible avec pour chacun d'eux une technique de combat bien distincte. Et une durée de vie qui se voit mine de rien rallongée du fait de l'affiche wanted, qui si vous ne la trouvez pas soit dans sa cache secrète du niveau, soit auprès d'un habitant, vous condamnera à vous refaire le niveau en boucle jusqu'à obtention de la dite affiche. Ensuite, six niveaux ça fait un peu court...

- maniabilité : 17/20
Il n'y a pas grand chose à dire sur ce point la... on dirige le sprite avec une étonnante rapidité, un avatar qui répond au doigt et a l'œil lorsqu'on veut lui faire faire quelque chose, avec notamment des objets qui lui permettront d'avancer encore plus vite. On dispose de trois directions de tir possibles, en diagonale droite et gauche en appuyant sur les boutons A et B, ainsi qu'un tir droit en pressant simultanément ces deux derniers. Le fait de ne pas pouvoir sauter peut lui être reproché, mais cela lui évitera toutefois des remarques du genre des sauts millimétrés, sauts foireux faisant rater une action etc...

- au final : 16,5/20
Un jeu charismatique au possible qui loin d'avoir dit son dernier mot sur la NES, se sera vu adapté sur moult compilations de jeux rétros sur moult consoles, allant de la Playstation jusque récemment sur nos PSP. Clairement l'un des meilleurs jeux d'action de la console, et l'un de ses meilleurs jeux tout court. Gun Smoke fait partie de ces jeux qu'on fait et refait sans se lasser, et ce même 20 ans plus tard après sa sortie, qui redonne des frissons chez ceux qui l'auront connu a l'heure de gloire de la NES, tout en le faisant découvrir à la nouvelle génération de joueurs se faisant les dents sur ces consoles "next-gen" qui ne doivent sous aucun prétexte oublier que si elles sont là où elles sont aujourd'hui, c'est avant tout grâce au courage et a l'audace de cette époque 8-bits qui restera a jamais dans les mémoires.

 

- réagir sur le forum -

Article rédigé par VinceGaiden le 19/11/2008
2001-2018 Planet Emulation