Garou : Mark of the Wolves

(1/2)



Nom : Garou : Mark of the Wolves
Editeur : SNK
Machine : Arcade/NeoGeo
Année : 1999(MVS), 2000 (AES)
Genre : Baston


 

Initiateur du genre le plus prisé sur Neogeo, Fatal Fury allonge depuis maintenant 8 ans une série de jeux de baston des plus remarquables sans jamais véritablement faire l’unanimité. A cette occasion, il signe un retour surprenant avec Garou : Mark of the Wolves. Alors annonçons la couleur tout de suite ; ce nouvel épisode n’a presque plus rien à voir avec les précédentes versions. Et pour parler couleurs, elles commencent en noir et blanc comme pour révéler la fin d’une époque. Les visuels d’intro fort stylés tombent on ne peut mieux pour recadrer nos vagues souvenirs. 

 
            Terry retourne sur le ring quelques années après avoir vaincu Geese, accompagné désormais de neuf protagonistes totalement inédits. D’entre eux on appréciera surtout la venue de son charismatique protégé, le jeune Rock Howard. Son style au croisement de celui de son défunt père et celui de Terry en font vite un perso agréable à jouer. Les autres pointures en jettent pas mal et certaines lancent d’évidents clins d’½il à leurs célèbres prédécesseurs. Je vous laisse plutôt mater les screens.. Line up de douze persos au total donc, plus deux boss. Pas beaucoup diront certains, mais tels qu’ils nous sont offerts vous allez vite comprendre pourquoi.

 
   


            D’entrée de jeu, on se rend compte que nos amis de chez SNK ont mis les bouchées triples en matière de réalisation. Chaque perso affiche une finesse incroyable, en allant des plis du kimono de Jae Hoon jusqu’au jeans tout neuf de Terry. Le tout évolue dans une animation des plus fluides ; les mouvements des acteurs sont tous très bien décomposés et on peut clairement apercevoir vêtements et cheveux flotter dans l’air. On a même droit à quelques effets de lumière assez surprenants pendant les combos. Les décors restent dans le ton, les morceaux ponctuent brillamment le tout, et enfin les ‘KO !’ du speaker sont tout bonnement admirables^^. Bref, on a droit à des combats extrêmement beaux à regarder et on se prend vite à enchaîner match sur match sur match..... Aurions nous atteint le gameplay ultime? Et bien non, pas encore.

      

      

 

        En réalité, le jeu arbore un système de combat tout ce qu’il y a de plus classique avec en l’occurrence les traditionnelles jauges d’énergie à charger jusqu’à lâcher vos combos. Chaque perso en dispose de 4 ou 5. Le T.O.P system propose de choisir également à quel niveau de votre barre de vie – milieu, début, ou fin –  débloquer les avantages offensifs. Une étincelle clignote alors et fait augmenter les dégâts infligés à l’adversaire tant que votre vie reste dans cette section. De plus, le “Just defended” a été ajouté et vous permet de regagner un peu de vie si vous arrivez à parer convenablement les assauts de l’adversaire. Du reste ; postures d’esquive, dash et roulade après chute sont permis durant le combat. Voilà en gros tout ce qu’on peut dire sur l’éventail des possibilités. Si dans mon euphorie ce programme m’avait paru tout à fait potable, la mayonnaise risque malheureusement de prendre un tout autre goût pour les vrais puristes de Fatal. 
2001-2018 Planet Emulation