Final Fantasy 5

(1/1)
Nom : Final Fantasy 5
Editeur : Square
Console : Super Nintendo
Année : 1992
Genre : RPG

Traduction : Non officielle
Langue : Fr depuis Jap
Qualité Trad : 2/5

Rom : Télécharger

Final Fantasy 5 c'est concept... C'est un Final Fantasy plus beau que le 4, avec un système de jeu excellentissime et une durée de vie gigantesque mais qui n'a rien à raconter puisque le scénario et les dialogues ont du être écrits en un quart d'heure sur un coin de comptoir.
Il n'en reste pas moins le déclencheur de la série telle que nous la connaissons...

Effectivement, ce jeu est très déprimant. Tout simplement parce qu'avec son système de jeu il ne lui manquait qu'un scénario travaillé avec des personnages approfondis pour se hisser au plus haut niveau et ne pas rougir face à un bon gros Final Fantasy 6 ! Alors que là, manquant cruellement de profondeur et n'ayant rien à nous raconter il passe la moyenne de justesse sauvé uniquement par son système de jeu !

Un mage plus fort en attaque qu'un chevalier ? Oui cette compétence le permet... Tous les jobs disponibles par personnage
(dont un caché)
Oui-Oui et l'étoile filante

L'intro, sympathique, nous propose la vue de chacun des héros à un instant précis. Cet instant est le moment où ça commencer à bien merder. On va donc assister à la chute d'une météorite et à l'arrêt du vent d'un coté et de l'autre, aux réactions de nos quatres héros. Bon, c'est ni très beau ni très éloquent mais ça reste un début intéressant. Et très vite, on se retrouve affublé d'un aventurier au nom vaguement ridicule et de son chocobo.
Il s'appelle Butz, il est grand, il est beau, il fait 16 pixels de hauts.
Mais Butz c'est pas génial je trouve, trouvons lui un nom plus sympa. Qu'est ce que vous pensez de Oui-Oui ? Pas mal ça.

Donc, Oui-oui jouait avec son chocobo Boco (non non j'ai rien changé là, il s'appelle vraiment comme ça lui..) lorsqu'il entendit un gros bruit ! Inquiet, il n'écouta que son courage et alla vite voir de quoi il retournait. Une fois sur place, il vit des monstres tenter de kidnapper une jeune demoiselle. Lui qui n'avait jamais fait que se chamailler avec ses amis de la forêt le voilà qui s'élance pour affronter ses vilaines bêtes ! Heureusement il est fort Oui-Oui donc il gagne et il sauve la dame. Puis, peu de temps après, Oui-oui et sa nouvelle amie rencontreront une personne agée qui a des petits problèmes de mémoire. Après une vague discussion, voilà nos deux nouveaux amis qui décident d'aller au temple du vent tandis que Oui-oui finira bien sûr par les rattraper pour les accompagner.

Alors ouais, c'est vrai, les Final Fantasy c'est rarement génial comme situation de départ puisqu'ils sont construits comme des livres. Après tout, la première page d'un livre est rarement palpitante. Mais sans déconner, c'est une première page de BD là, c'est pas possible...
Bref, on va essayer de s'accrocher voir si ça s'améliore (je vous rassure, non...)

Les sprites sont toujours petits et vilains comme des Mogriaves mais c'est pas le cas des décors Autre exemple tout aussi parlant
Oui-Oui champion

Ah je vous avais prévenu : ça s'arrange pas des masses... Pour aller au temple du vent, les trois compères volent un bateau de pirate... Ils se font évidemment prendre et le chef des pirates les fait prisonniers mais finalement il se rend compte qu'il est gentil parce qu'il est la soeur de la princesse... Hum, bref. En résumé, les quelques rebondissements sont médiocres et surtout, on les voit venir à peu près cinq heures à l'avance, c'est limite désespérant.

D'une façon plus globale, on s'aperçoit vite qu'il existe quatre cristaux élémentaires qui fournissent toute leur puissance aux éléments correspondants. Evidemment, il y en a un dans le temple du vent mais il n'y sera pas longtemps puisqu'il volera en éclats au début du jeu. le voilà le problème : les cristaux sont exploités à outrance par les humains et sont tous sur le point de lacher. Ces cristaux n'ont qu'une seule protection : lorsqu'ils sont en danger, quatre guerriers naissent et se dressent pour les protéger. Vous l'aure deviné, ces quatre héros ne sont autres que Oui-oui et ses amis, la Dream Team j'ai envie de dire... A part ça, a l'intérieur de chaque cristal une partie de la puissance de ces quatres héros est conservée. Dans le jeu, ça se traduit par des "jobs". Lorsque le premier cristal explose, on se retrouve donc avec les six premiers jobs du jeu : chevalier, moine, voleur, mage blanc, noir et bleu.

Hé oui, car Final Fantasy 5 est le premier épisode de la série à venir avec son concept. Le 6 aura les Espers, le 7 la matéria, le 8 les associations... Et bien le 5 lui, a donc les jobs. Et autant le dire tout de suite, si on excepte les Matérias du 7 qui de toute façon sont simplement inégalables, les jobs sont le meilleur système de toute la série !

Ca vous gonfle le coté statique des équipes dans FF ? Le chevalier, le mage blanc, le mage noir etc... Bah ici, on fait très exactement ce qu'on veut ! Un chevalier qui lance des sortilèges ? Un Mage blanc qui calmerait Jet Li en trois secondes à mains nues ? Une équipe composée uniquement de mages noirs ? Ou mieux, une équipe composée uniquement de mages noirs mais qui calmeraient Jet Li en trois secondes à mains nues ? Bah ouais : tout ça c'est faisable et les possibilités sont réellement énormes avec pas moins de 100 compétences en tout !

Le Behemot est toujours là, et il rigole toujours pas Carbunkle/Ahuri fait, par contre, sa première apparition mais dans un design assez particulier
Oui-Oui s'emmêle

Allez rendons à FF5 ce qui lui appartient pas. Ouaip, en fait quand je dis que c'est le premier épisode à venir avec son concept c'est faux : un système de job moins élaboré existait déjà dans le FF3 sur Nes. Mais FF5 est marquant dans la série car c'est sur lui que Square a décidé qu'un scénario travaillé n'était pas suffisant en soi. Il fut même une sorte de prototype quand on y pense : scénario très amoindri mais concept béton, on le vend qu'au Japon et on regarde ce que ça donne... L'idée ne fut pas forcément très brillante mais c'est cette nouvelle orientation qui, une fois le scénario revenu, a permis de nous offrir de véritables chefs d'oeuvre dès l'épisode suivant et trouvera son apogée sur FF7 avec à la fois la matéria qui est le meilleur concept et le meilleur scénario de toute la série FF.

Bref, alors en pratique ça donne quoi ces jobs. hé bien, l'idée est très simple : on gagne des compétences suivant le job qu'on pratique. Ainsi, par exemple, seul un voleur peut voir les passages secrets, ils sont affichés en transparence donc on peut pas les rater. Mais si on monte en expérience dans le job de voleur, on débloque cette compétence. Ensuite, on peut par exemple devenir chevalier mais garder la compétence du voleur. Attention néanmoins : on ne peut activer qu'une seule compétence supplémentaire à la fois (en plus de celles inhérentes au job qu'on occupe évidemment).

Je comprend rien à ce que j'écris donc on va plutôt prendre un exemple. Il y a une compétence qui est extrêmement puissante et qu'en plus, on peut activer très tôt, c'est le Brawl (bagarre en vf) du Moine. Si votre personnage est un moine ou si vous lui activez cette compétence, il fait plus de dégats à mains nues qu'un chevalier avec une grosse épée. De plus, les dégats montant avec votre niveau, on peut le garder pendant tout le jeu sans utiliser une seule arme...
Bon, et donc pour l'exemple : disons qu'on veut le rêve de n'importe quel joueur de FF, un mage noir qui casse des gueules comme Steven Seagal. Donc, on a le choix, soit on lui met le job Mage noir et la compétence Brawl (voir le premier screenshot) soit le job Moine et la compétence Magie Noire (du Mage noir donc). La plus simple est le Mage noir avec Brawl mais par contre, il sera faible physiquement, il ne sera pas rapide et encaissera peu mais il pourra lancer tous les sorts. Si on fait l'inverse, il devient rapide et résistant mais par contre, pour qu'il puisse lancer tous les sorts il faudra, au préalable, faire monter en expérience ce personnage en Mage Noir pour qu'il monte sa compétence en Magie Noire.

Ouais bon allez, finalement même avec un exemple c'est de la merde on comprend rien, je suis trop mauvais pour expliquer des trucs, vous verrez bien en jouant pendant que moi je vais m'acheter quelques fournitures pour me pendre.

Look assez glauque pour ce donjon ce qui est exceptionnel dans la saga FF La traduction est vraiment très moyenne
Oui-Oui et les crayons de couleur

Allez autant finir de bien nous fâcher : parlons de la technique...
D'abord le plus dur, les graphismes. On notera quand même un effort par rapport à FF4, l'image est plus colorée dans l'ensemble et les décors ont fait l'objet d'un soin particulier. Les monstres sont également plutôt beaux gosses lors des combats. Il y a même une petite prouesse puisqu'en changeant de job, l'apparence du personnage en question change lors des combats (voir le second screenshot). Et les cinq personnages ont un dessin différent pour un même job. Ce qui nous donne une centaine de sprites au final avec pour chacun, les variantes habituelles (attaque, magie, blessé, mort, etc) !
Malgré tout, ça reste très léger notamment au niveau des sprites hors combats qui sont toujours aussi pénibles à regarder du haut de leur 12x16 pixels.

Hormis les graphs, le reste s'en tire mieux. Bon le gameplay ça fait 2 paragraphes qu'on en dit que du bien donc pas la peine d'y revenir. Les musiques, fidèles à la tradition, sont toujours aussi bonnes. La durée de vie est tout à fait impressionnante, comptez au moins une trentaine d'heures si vous avez le courage de boucler tout ça.

Dernier point qui fait mal par contre : la traduction. Elle est assez médiocre et nuit encore un petit peu aux malheureux scenar/dialogues qui déjà n'avaient vraiment pas besoin de ça...



Note : 11/20 et 17/20

Ouais ouais je sais bien, cette notation demande quelques précisions. En fait, c'est très simple : qui joue aux RPG ? On a deux profils classiques.
- Les gonzesses qui aiment les aventures lyriques avec du sentiment, des liens entre personnages etc.
- Les psychotiques qui aiment les systèmes de jeu accrocheurs.

- Ainsi, si vous recherchez un scénario et des personnages travaillés avec leur lot de scènes épiques ou poétiques. la première note est pour vous : FF5 ne vous intéressera pas, préférez plutôt le 4 ou le 6.
- Mais si vous appréciez plutôt les systèmes de jeu addictif, si vous préférez bricoler vos matéria plutôt que de suivre l'histoire lorsque vous jouez à FF7, foncez sur ce FF5 : la deuxième note est pour vous...


Les plus
Les moins

- Graphismes améliorés
- Durée de vie conséquente
- Excellent système de job

- Graphismes améliorés mais bon..
- Scénario léger (pour un FF)
- 5 personnages... (11 pour FF4)
- ... pas foncièrement passionnants
- Traduction médiocre


Rom utilisée pour le test : Rom jap traduite totalement en fr par Terminus Trad
-- Réagir sur le forum --

Article rédigé par Shinobi le 27/12/2007
2001-2018 Planet Emulation