EVO Search for Eden

(1/1)
  Nom : EVO Search for Eden
Editeur : Enix
Console : Super Nintendo
Année : 1993
Genre : Plate-formes plus ou moins

Il y a des jeux déchirants...EVO en fait partie.
Partant d'une excellente idée dotant le jeu d'un background intéressant et d'un gameplay addictif, EVO ne donne au final qu'un 'bon petit jeu' là où aurait pu avoir un petit bijou...
Néanmoins en tant que bon jeu, il ne mérite pas la très faible notoriété dont il jouit. Alors attardons-nous un peu sur son cas.



Au fil de la progression, on voit la carte du monde
évoluer vers la disposition actuelle

La fin des dinosaures en live

EVO ? C'est... concept


Dans EVO, on incarne un concurrent parmi des milliards... Gaia, l'esprit de la planète a accouché de la "vie" et sait que parmi toutes les formes qu'elle prendra, un individu sera capable de s'élever puis de la rejoindre dans l'Eden.
Vous l'aurez compris, il va falloir bosser. C'est là qu'intervient l'idée d'EVO : utiliser les bases de la théorie de l'évolution. Ainsi on dirigera une créature qui traversera les ères grace à l'aide discrète de Gaïa et y empruntera diverses formes.
Ainsi on débutera en tant que poisson qui deviendra un amphibien puis un dinosaure et terminera en mammifère.
De plus, pendant chaque ère on accumulera des "points d'évolution" qu'on utilisera pour faire évoluer une dizaine de partie du corps de la bestiole. L'idée semble simple mais elle devient vite prenante.

Néanmoins et c'est là où le bat blesse : au-dela de cette idée, il n'y pratiquement plus rien. C'est aussi pour ça que le jeu est inclassable : pas assez nerveux pour être considéré comme de l'action, beaucoup trop plat pour être de la plate-formes... Ainsi l'ennui finit par s'installer malheureusement.



Le cycle jour/nuit est géré

On peut entrevoir les futurs possibles en
acceptant de s'allier avec certains boss

Pourtant y avait de l'idée


C'est techniquement que le jeu s'embourbe bien que les graphismes soient malgré tout sympathiques pour un jeu de 1993. Les musiques et bruitages sont tout juste passables, l'animation très minimaliste mais surtout la jouabilité est vraiment trop basique.

Malgré tout des petites idées marrantes ont été saupoudrées ici et là, le cycle jour/nuit par exemple qui fait s'endormir la plupart des créatures. C'est très simpliste mais pour l'époque c'était original. On croise aussi souvent des boss qui nous proposent de nous allier à eux : si on accepte, on a droit à une petite vision du futur que ça donnerait, on peut par exemple y apprendre d'où pourraient provenir les figures de Nazca.

Néanmoins, probablement conscients des faiblesses techniques du jeu, les développeurs ont quand même peaufiné un peu le déroulement. Ainsi chaque ère voit s'enchainer 2 ou 3 'quêtes' importantes, tel que le développement de la vie sur la terre ferme, la chute des hommes-oiseaux (bah quoi ?) ou l'utime quête trouver qui perturbe l'évolution. Toutes ces quêtes s'effectuant de la même façon toujours : en tuant un ennemi plus fort que les autres... De nouveau, on ne peut que regretter ce coté répétitif. Il en aurait vraiment fallu peu pour en faire un grand jeu.


Bah une baleine dans un palais sous-marin
avec des dauphins qui dansent quoi..

Ca va pas tarder à cogner sec

Pour résumer ce jeu part d'une idée excellente pour le déroulement et le coté addictif. Malheureusement le coté technique ne suit absolument pas, la jouabilité particulièrement étant vraiment trop plate. L'ennui finit par s'installer. Néanmoins, il faut réellement l'essayer ne serait-ce que pour les bons moments qu'on passe à casser du tyrannosaure avant de zapper et de passer à un autre jeu.


Note : 13/20, sniff

Article rédigé par Shinobi le 28/05/2006
2001-2018 Planet Emulation