Dahna : Megami Tanjou

(1/1)

 

Titre : Dahna : Megami Tanjou
Console : Megadrive
Année : 1991
Genre : Action/plate-formes
Editeur : IGS Corp.

 

Les combats de cape et d'épée sont désormais des valeurs sûres du monde du divertissement. Sur le grand écran, nous avons déjà étés servis par du Conan dont la taille de sa lame n'a d'égal que celle de ses biceps, ou encore du Kalidor, dont le courage n'a d'égal que la lame de Conan.

Adaptés sur ce support cartouche que nous ne connaissons que trop bien, la variété de ces titres nous auraapporté une retranscription appréciée des films dont les jeux sont directement inspirés, nous permettant d'intégrer dans moult titres de grands barbares qui auront passé plus de temps dans la salle de muscu que dans les salles d'école, vêtus pour la plupart uniquement d'une paire de chaussettes et d'un slip. A croire qu'il devait vraiment faire très chaud... Mais ces grandes parties de distribution de baffes ne sont pas uniquement réservées à ces mâles dominants. Rares sont les titres présentant au  premier plan une héroïne, ce qui, quelque soit la finalisation du titre, aura au moins le mérite d'apporter une touche de sensualité et de fraicheur prouvant que le sexe faible n'est pas aussi faible que ça.

Découvrez votre destinée...

 
 
Le jeu n'étant sorti uniquement qu'au Japon, une fois de plus, et n'ayant trouvé aucune traduction, je tenterais de vous retranscrire ici l'introduction la plus censée que j'ai pu en tirer en me basant sur les images de l'introduction du jeu. Vous y incarnez donc Dahna (cousine de Conan ? Sœur de Kalidor ? Nièce de Samus ?), une guerrière amazone née dans un village lointain. Vous êtes jeune, belle, sexy, vêtue de minuscules haillons, histoire de cacher l'essentiel, et surtout vous n'avez pas votre pareil en ce qui concerne le maniement de la lame d'acier.

Lorsque vous n'étiez encore qu'une toute petite fleur, vous et vos parents étiez en train de voyager non loin de votre village à bord d'une caravane. C'est alors qu'une compagnie d'hommes armés, apparemment des soldats à la solde d'un puissant empereur maléfique, surgit de nulle part et vint s'attaquer à la caravane. Vos parents tentèrent tout ce qui leur était humainement possible pour contrer leurs assaillants, mais ces derniers les surpassaient en force ainsi qu'en nombre. Rapidement, la caravane fut pillée, et vous tentez de prendre la fuite. Un soldat ennemi vous repéra et vous lança une chasse sans merci. Il ne tarda pas à mettre la main sur vous. Alors qu'il levait son épée pour vous infliger le coup de grâce... ses gestes vinrent à trembler, pour décider finalement d'abaisser sa lame. Alors qu'il s'apprêtait à vous supprimer, il s'effondra tel un sac de sable. Apparut alors votre bien-aimé grand-père, qui mystérieusement se trouvait par là, vous sauvant d'une mort certaine.

Vous rentrez au village et décidez d'y mener un entraînement intensif pour pouvoir venger la mort de vos parents. 10 ans s'écoulent, et un beau jour comme les autres, des cris. Des hurlements. Ce sont les soldats qui arrivent dans votre beau village et commencent à le mettre à feu et à sang. L'horreur est prête à frapper une nouvelle fois, mais ce coup-ci, vous êtes prête a recevoir ces assassins. Alors que votre grand-père termine ses dernières prières, il se lance seul contre les premières vagues de soldats, qu'il décime aisément. Arrive alors un sorcier, qui n'est autre que l'empereur maudit en personne. D'un simple geste de la main, il lance un sort à votre grand-père, qui tombe à terre. L'empereur disparait en prenant soin d'emporter le corps inanimé avec lui. Lorsque vous arrivez sur les lieux du drame, il est déjà trop tard. Vous vous lancez alors à la poursuite de l'empereur, en commençant par nettoyer votre village de la vermine qui l'infeste. C'est à dos de votre meilleur ami, un gigantesque ogre à la force physique colossale, que vous lancez votre contre-attaque.
 

Le premier qui bronche, je l'écrase !!

Délivrez votre ami ici prisonnier

 
 
Le ton est donné, il vous appartient désormais de guider Dahna jusqu'au confins du pays pour retrouver votre papy adoré. L'action se présente sous la forme classique d'un jeu d'action en 2d sous les décors de votre village dévasté. Le premier niveau commence donc en grande pompe, puisqu'il vous donne l'opportunité de grimper sur les épaules du géant, face à des adversaires qui d'un coup ne seront plus si forts que ça. Le seul coup disponible par notre ami se résume à un coup de poing, qui aura le mérite de tuer un ennemi d'un seul coup. Ce n'est pas là le seul avantage, il n'est pas un ogre pour rien.

Alors que les ennemis vous attaqueront par petits groupes, il vous sera possible de les éliminer d'un seul coup en les écrasant avec l'ogre. Une fonctionnalité de ce dernier qui donne le "La" à ce jeu d'action, qui dès les premières secondes de jeu, plonge le joueur dans l'action meurtrière des terres barbares, où les premières séquences de jeu prouveront à l'ennemi que vous saurez lui donner du fil a retordre. Mais il aurait été trop facile de se contenter de sauter sur tout ce qui bouge, d'écraser tout le monde avec l'ogre et de passer tout les niveaux aussi facilement. L'empereur aura vite fait de remarquer la menace que vous représentez pour lui. Aussi il réapparaitra face à vous dans le village pour vous ôter votre mur vivant : votre ogre, avec le même sortilège qu'il a utilisé pour votre grand-père. Il est temps de sortir votre épée, et d'attaquer l'ennemi au corps-à-corps, ce qui vous permettra de découvrir les coups dont vous disposez. Ces derniers ne vont malheureusement guère pousser la chose à son paroxysme, même si les sprites, bien que relativement basiques, sauront apporter un certain réalisme sur quelques coups  rarement vus dans un jeu pour l'époque, notamment le coup d'épée en l'air assez réussi, ainsi qu'un coup de lame vers le sol à exécuter pendant que vous êtes en train de sauter. Particulièrement efficace lorsque vous devez lutter contre plusieurs ennemis à la fois, et que vous êtes obligé de sauter pour éviter une attaque.

Chaque niveau est divisé en sous-niveaux, avec à sa fin, un mini-boss qu'il sera bon de remettre à sa place. La plupart des sous-niveaux collent non sans avec un certain brio au niveau auquel ils appartiennent, ce qui aura pour effet de renforcer le contexte globalement réussi de la situation à laquelle Dahna va devoir faire face, comme par exemple une grande maison enflammée dans le niveau du village, avec tout un tas d'effets visuels de flammes et de morceaux de maison enflammés s'écroulant. Avec bien entendu le boss traditionnel à la fin de chaque niveau proprement dit.
 

 

 

Apprenez à ce balourd qui vous êtes !

Je vois double ou y a plein de lames ?!


Tout n'est malheureusement pas rose dans ce monde de brutes. Dahna nous présentera tout au long de l'aventure des décors relativement convaincants du fait de l'ambiance globale franchement réussie, mais pour ce qui est de la qualité du rendu technique à l'écran, on se rend bien compte ici que les développeurs sont encore en train d'apprendre à maîtriser les capacités de la console. Si le souci du détail est bel et bien présent, il n'en va pas de même pour le résultat final, avec des sprites très moyens et peu animés et des graphismes assez carrés, dont certains décors tirés carrément a la règle, nous faisant parfois même penser à de la 8-bits, et même si ça pourrait être une 8-bits en grande forme, on est quand même sur du support 16-bits.

Si Dahna n'est pas moche proprement dit, on en restera pas moins sur sa faim concernant certains stages. Cependant, il est à noter une légère variété dans le genre du jeu, qui ne brillera certes pas de part son omniprésence, mais qui aura le mérite d'exister pour varier les plaisirs du joueurs, tout en faisant pardonner ses faiblesses graphiques. On aura donc l'agréable surprise de trouver une phase de jeu à cheval, dévalant à toute vitesse une montagne dans un effet de vitesse étonnamment réussi, avec bien sûr son lot de soldats sur la route, des démons qui n'auront de cesse de vous harceler par les airs, ainsi que des chutes de pierres.

Egalement un niveau tourné façon shoot'em up à dos de griffon, survolant le pays de nuit, niveau qui, si il ne demeurera pas inoubliable, pourra se féliciter de surprendre le joueur en lui proposant une très agréable phase de jeu. Outre ses précieux alliés, Dahna aura l'occasion de rassembler des orbes magiques en tuant des ennemis bien particuliers qui auront pour effet de remplir sa jauge de pouvoir. Disposant de 3 niveaux différents de magie, il faudra bien entendu collecter le plus possible de ces orbes pour pouvoir déclencher son pouvoir maximum au moment opportun.

La séquence a cheval, une merveille...

Dahna façon shoot'em up


Reste que ce Dahna semble muni d'un je-ne-sais-quoi qui fait que l'ensemble séduit. Une combattante au charisme surprenant qui fait qu'on prendra plaisir à la déplacer dans une maniabilité relativement correcte sans pour autant casser des briques, présentant malgré ses carences techniques, certains niveaux qui se révèleront dans un ensemble très mignonnets, bien qu'un travail supplémentaire sur la finalisation des détails n'aurait pas été superflu.

La difficulté de ce titre, quant à elle, ne cessera de croître au fil des niveaux, avec des boss pour lesquels il sera bon d'étudier le comportement avant de se jeter dessus lame en avant. Il en va de même pour la plupart des niveaux, qui, s'ils se révèlent assez simplistes au début, sauront demander au joueur par certaines phases de plate-formes une certaine vigilance et lui demander d'éveiller ses réflexes, avec notamment ces petits démons ailés qui ne manqueront pas d'attaquer notre belle amazone en plein saut, ainsi qu'un niveau où il sera demandé à notre belle blonde d'escalader une cascade, toujours dans une phase de plate-formes, avec un certain nombres de soldats armés d'arbalètes, qui ne manqueront pas non plus de tenter de vous trouer votre joli visage en plein saut.

Le tout rythmé par des musiques qui, sauront faire honneur a la console. La encore, rien d'exceptionnel à noter, reste que les pistes disponibles cadrent parfaitement avec l'ambiance du jeu, sachant traduire une certaine notion de vengeance par l'épée dans un style des plus Conanesque et autres Kalidoresque.

 

La plus grande prudence sera de mise ici

Kaméhaméha !! Ah nan c'est pas ce jeu la

 

LES NOTES :

- les graphismes : 14/20
On ne retiendra sûrement pas ce titre comme étant l'une des références graphiques de la console. Des décors relativement moyens, une animation pas particulièrement réussie, des sprites pas spécialement détaillés. Et pourtant... si les décors ne sont pas spécialement beaux, ils présentent toutefois une certaine profondeur ainsi qu'une colorisation tout à fait correcte, l'animation n'inspirera rien ni personne, mais concorde parfaitement avec le contexte et suffit pour vouloir en découdre encore et encore avec les soldats de l'empereur. Si Dahna n'excelle pas sur ce point la, il faut lui reconnaitre l'immense mérite d'avoir essayé. Bien d'autres titres sortis plus tard ne s'en donnent même pas la peine. Enfin, qu'il est bon de jouer une blonde sexy...

- la bande son : 15/20
On se retrouve ici avec des musiques bien agréables à entendre, des thèmes très variés qui sauront maintenir l'intérêt du joueur en éveil dans un rythme constant d'action et bourré d'adrénaline.

- durée de vie : 16/20
On pourra certes lui reprocher pas mal de choses, mais sûrement pas d'être facile. Si les premiers adversaires se feront découper d'un seul coup de lame, ce très différent pour les ennemis futurs, qui ne se contentant pas d'attaquer une faible femme en groupe, sauront parer ses coups. Certaines phases de plate-formes sauront également maintenir un certain niveau de difficulté, non par ses sauts calculés au pixel prés, mais avec toute la ribambelle d'ennemis de tout types décidés à ne pas vous laisser passer.

- maniabilité : 13/20
On appréciera le fait d'avoir une héroïne qui n'aura pas de cailloux dans ses poches... pour la simple et bonne raison qu'elle n'a pas de poches !! Ni très rapide ni trop lente à déplacer, là encore on aurait apprécié un meilleur résultat de la part des développeurs, mais avec un minimum d'habileté et d'attention, esquiver les attaques ne posera pas spécialement de problèmes ici, même si la difficulté reste présente. Reste un mini temps d'immobilisation lorsque le joueur envoie le coup de lame, et il faut espérer ne pas avoir quelqu'un derrière soi. Malgré ça, Dahna sait faire preuve d'une certaine habilité au combat, avec ses coups en l'air et en sautant qu'on appréciera faire et refaire rien que pour le geste.

- au final : 14,5/20
D'un jeu apparemment comme les autres sur fond de batailles épiques où transpiration de sauvages et coups d'épée ne font qu'un, on se retrouve ici avec un Dahna qui saura faire bande à part du fait de son charme naturel, avec une étonnante capacité qui fait que ses bons côtés sauront camoufler ses mauvais. Tout fan du genre y trouvera ici son compte. Pour les autres qui n'auraient pas la patience d'en venir à bout, à découvrir par curiosité, ne serait-ce que pour sa culture vidéoludique personnelle.

- Réagir sur le forum -

Article rédigé par VinceGaiden le 29/04/2008
2001-2018 Planet Emulation