Battletech

(1/1)

Test de Battletech

Test de Battletech
Nom :
Battletech
Editeur :
Extreme Entertainment Group
Développeur :
Malibu
Console :
Megadrive
Sorties :

1994
NON
NON
Genre :
Desert strike-like
Langue :
US
 
Attention : votre navigateur ne supporte pas Javascript ou celui-ci a été désactivé. Ceci empêche le zoom des screenshots.

Activez Javascript si vous souhaitez pouvoir utiliser cette fonction.




Intro

Vous êtes fan de SF ? Répondez pas, tout le monde aime la SF de toute façon. Et de Desert Strike ? Ah bah pareil en fait...

Objectifs minutés, retranchements géants d'ennemis à vaporiser, Mechas à affronter...
Y a de quoi s'occuper...

Pour cela, un choix intelligent d'armes, toutes intéressantes selon les situations et les styles de jeu.

Histoire

Battletech est une licence à part, commencée très modestement en 1984 comme un jeu de plateau repompant ses illustrations directement depuis Macross... Première ligne et déjà blasphématoire, ça commence pas super, c'est vrai.

Mais FASA, son éditeur, a su développer son background, commençant par écrire un univers aussi développé que ceux de Star Wars ou Star Trek puis le déclinant en de très nombreuses versions sur autant de supports. Tout y est passé en fait, jeu de rôle, jeu de plateau, jeu de carte et bien sûr pas moins d'une bonne vingtaine de jeux vidéos ! (le plus souvent appelés MechWarrior, le nom du jeu de carte)
D'ailleurs le jeu qui nous intéresse aujourd'hui s'appelle Battletech sur Megadrive mais Mechwarrior 3050 sur Super Nintendo (une version à éviter d'ailleurs comme on le verra dans le paragraphe suivant)

Bref, niveau scénario par contre, n'attendez pas de grands enjeux, tout ceci est d'ailleurs si survolé qu'on n'y devine qu'à peine l'énorme potentiel de la licence. Pour résumer, vous avez un mécha, des ennemis, voilà. Hmm OK, j'exagère un peu, les missions sont cohérentes entre elles et le briefing avant chacune est appréciable mais on aurait pu avoir tellement plus avec un matériau de départ aussi riche qu'on ne peut s'empêcher d'être très déçu malgré tout.

Et un écran radar très détaillé avec les ennemis, les bonus, les objectifs, etc

Ah oui, et un Mech d'assaut de 85 tonnes aussi

Gameplay 1 - Le strafe

Vue de trois quart, un armement puissant et limité, des ennemis en surnombre... Si vous avez joué à un Strike, vous ne serez pas dépaysé c'est sûr mais un point mérite de s'y attarder car il nous montre comme le game design peut transformer un hit en jeu médiocre et inversement.

Vous le savez, le pad de la Megadrive n'a que 3 boutons et notre mecha disposant de 3 armes, ça n' en laisse aucun pour permettre de strafer. Or comme chacun sait, dans ce genre de jeu c'est un point capital et l'écrasante différence de gameplay entre Soviet Strike et ses prédécesseurs n'en est que l'une des plus évidentes illustrations (grâce au pad PS1, Soviet Strike était le premier opus autorisant le strafe tout en tirant ou en changeant de direction).
Alors oui, Desert Strike et ses premiers rejetons contournaient le problème avec une astuce : en laissant appuyé le bouton des missiles, on pouvait strafer. Simple et efficace mais un peu trop lent, le délai entre les déplacements normaux et latéraux était assez prononcé, de plus impossible de changer de direction sans relâcher le bouton et subir de nouveau le délai. Bref, ça compensait un peu le problème mais pas parfaitement.

En résumé, obtenir un meilleur système sans bouton supplémentaire paraissait illusoire et pourtant... Battletech est relativement peu connu, surtout comparé au mastodonte à voilure tournante mais c'est bel et bien lui qui a le système de strafing le plus performant ! L'idée est aussi simple que pratique : en maintenant appuyé le bouton B, le mécha tire avec sa mitrailleuse et surtout sa direction se verrouille, il continue ainsi à avancer en ligne droite tandis que la croix de direction permet de tourner la tourelle pour viser. En choisissant bien sa trajectoire de départ, on peut ainsi tirer pendant plusieurs secondes sur un ennemi tout en s'éloignant de lui !
Par contre, armez-vous d'un peu de patience, c'est pas très intuitif et vous trouverez très probablement l'idée débile au début...

Seul inconvénient, exceptés les premiers essais laborieux : tout ceci utilise des munitions de mitrailleuse et il convient donc de vite s'habituer à se placer rapidement lors de chaque attaque pour limiter le gaspillage.
Bref, voici en tout cas un système aussi original qu'efficace, espérons que celui qui en a eu l'idée chez Malibu a été chaudement remercié car ce n'est rien de moins que le point central du gameplay et sans lui, aucun doute, le jeu aurait été trop poussif pour être agréable. Pourquoi aucun doute ?

Facile... Attention flashback, retour trois minutes dans le passé : je vous dis que la version Super Nintendo est à éviter. Et c'est vrai, le strafe est raté sur SNES ce qui est d'autant plus surprenant puisque, vous le savez aussi, le pad de la SNES a 6 boutons... Un système plus classique y a donc été utilisé, les gachettes déplaçant la tourelle du côté correspondant. Mais le changement de direction est bien trop lent ! On prend des dégâts avant même d'avoir pu tirer dans la direction de l'ennemi, si bien que l'on finit par approcher de lui pour être à peu près en face et donc... Par ne plus vraiment se servir du système de visée en fait... Echec.

Méfiez-vous aussi de l'environnement... Les surfaces glacées étant particulièrement sournoises

Tout comme ce cratère et sa pluie de magma extrêment dangereuse pour votre Mecha

Gameplay 2 - Le reste

Bon, et à part ça ? Le mecha est assez lent mais le strafe compense bien. Il faudra persévérer je le redis, on est loin de trouver ça confortable lors des premières parties mais promis, tout ceci s'arrange nettement après quelques parties. D'ailleurs, pour ceux qui ne s'y feraient pas un astucieux mode deux joueurs existe. Il permet au premier joueur de contrôler les déplacements du Mecha tandis que le second s'occupe de la tourelle.
A part ça, on dispose aussi d'un écran radar un peu lent mais bien détaillé avec tous les ennemis et bonus de la mission. D'ailleurs, retenez bien les sprites de ces derniers qui sont très peu intuitifs, que ce soit leur symbole sur la carte où même leur aspect... De plus, l'équipement cache également une dernière très bonne idée qui est un choix d'armes. C'est si évident qu'on se demande pourquoi les Strike ne le propose pas mais, après tout, on retrouve là le signe distinctif des idées de génie : apparaitre comme l'évidence à l'instant même où on en entend parler ?

Vous devez donc choisir trois armes parmi neuf avant chaque mission, chacune avec une puissance, un stock de munitions et une utilisation bien différenciés. Missiles à tête chercheuse, canon Gauss, roquettes incendiaires, bombes à retardement... Toutes sont intéressantes selon les circonstances, alors prenez le temps de bien vous familiariser avec.

Autre point particulier, les ennemis proviennent souvent de casernes, hangars ou usines et apparaitront en permanence tant que ceux-ci n'auront pas été détruits, pensez-y...
Enfin, six types de Mechas ennemis différents, la plupart suffisamment bien équipés pour nous offrir d'intéressants dogfights mais également pour nous faire regetter de ne pouvoir changer de Mecha... Surtout qu'il faut se rendre à l'évidence, si Jungle Strike est si adoré c'est quand même en bonne partie grâce à son idée de véhicules bonus.
Pouvoir piloter un Mecha plus léger ou même un Aerotech aurait apporté une touche de variété mais tant pis, faudra bien faire sans...

Retenez bien le sprite des recharges d'armes ou de blindage ainsi que leurs symboles sur la carte

 

Vous aurez bien besoin de tout votre arsenal pour affronter certains ennemis...

 

Technique

Et la technique dans tout ça ? Là aussi, y a pas à rougir même si Battletech pourtant sorti en 1994 se mesure plus à Desert Strike (1991) qu'à Jungle (1993) ou Urban (1994).

Les graphismes sont très bons, les sprites comme les décors sont irréprochables. Les musiques par contre ne vous dérangeront pas trop : il n'y en a pas pendant le jeu et seule une musique très discrète s'invite pendant les briefings... L'animation est honnête, lente mais on peut s'y attendre lorsque les protagonistes sont des méchas géants ou des tanks à leur échelle, elle a en tout cas le bon goût d'être bien décomposée : à cette vitesse de défilement, une animation un peu baclée aurait été vraiment très visible.
Enfin, la durée de vie est elle aussi dans la bonne moyenne avec entre 5 et 10h de jeu selon votre niveau et cinq missions assez longues mais surtout bien corsées...

Mais alors, vu qu'il n'y a pas de réelle faiblesse, pourquoi tient-il plus de Desert Strike que des suivants ? Hé bien tout simplement, pour son manque criant d'ambition. Les briefings très statiques et très peu graphiques, la fin qui n'est qu'un briefing elle aussi, l'impossibilité de changer de mecha, les environnements variés (bien que très stéréotypés) mais peu exploités et quelques contraintes malvenues qui, additionnées, font que l'on passe presque autant de temps à jouer contre elles qu'à jouer contre les ennemis... Des exemples ? Deux missions démarrent en désactivant votre radar, l'occasion de voir à quel point il est indispensable et comme le jeu peut s'avérer pénible sans lui. Ou bien les glissades sans fin sur de grandes portions de glace, les exaspérants champs de mines... On est un peu dans le même syndrome que les missions à pied d'Urban Strike, laborieux, peu palpitant et finalement assez hors sujet en fait.

Mais tout de même, objectivement, le seul véritable défaut de Battletech est en fait sa sortie en 1994 et c'est bien elle qui l'a empêché d'être aussi connu que son illustre concurrent. Le même jeu, identique au pixel près, mais sorti en 1992 aurait emporté tous les suffrages et aurait réellement pu faire de l'ombre aux Strike !

Sans même parler du Mecha Thunderbolt qui vous attend dans la dernière mission...

Mais bon, vous faites pas trop d'illusion : tout ceci finira le plus souvent comme ça...

Note : 14 / 20

Desert Strike est déjà un jeu qui demande de s'investir un peu pour l'apprécier. Battletech lui sait carrément se montrer désagréable et fait régulièrement preuve d'un talent certain pour pourrir le malheureux inconscient osant y jouer sans l'avoir beaucoup pratiqué...
Mais pourtant, passé le temps nécessaire pour s'habituer au gameplay particulier (mais très efficace) et pour pardonner quelques choix frustrants au niveau des missions, ce jeu offre un potentiel exceptionnel et parfaitement au niveau de son modèle.


Les plus

  • + Graphismes sympathiques
  • + Choix des armes
  • + Carte détaillée
  • + Maniabilité bien pensée !

Les moins

  • - Laborieux au début
  • - Bien plus Desert Strike que Jungle
  • - La carte détaillée mais lente
  • - Un seul Mech pilotable
  • - (Enorme) univers (à peine) survolé
 
Difficulté

Desert Strike13

Battletech15

Cette barre permet de doser la difficulté en la comparant à un ou deux autres jeux du même type. Les valeurs attribuées ne concernent aucunement la qualité des jeux : seule leur difficulté respective est évaluée ici.
Commenter ce test
 
Téléchargements
 
 

 

Article rédigé par Shinobi le 02/09/2015
2001-2017 Planet Emulation