Dr. Mario

(1/1)

Dr. Mario

  • Titre : Dr. Mario
  • Genre : Puzzle-Game
  • Année : 1990
  • Console : NES
  • Editeur : Nintendo

 

Bonjour docteur, je viens vous voir car j'ai mal à la cheville

En 1990, bien avant la soi-disant crise du H1-N1 et ses millions de vaccins inutiles, les méchants microbes étaient déjà une sacrée plaie pour le misérable genre humain que nous sommes. Ben oui, misérable... attendez, dès qu'il y a un coup de vent, on attrape froid et on se morve dessus (et sur les autres) pendant des jours, dès qu'on mange un mauvais riz cantonais, notre joli petit trou de balle en a pour des jours à s'en remettre... donc oui, notre misérable petite carcasse peut tomber bien vite sous l'emprise d'un de ces méchants microbes !!

Et que fait-on lorsqu'on est malade ? On va voir le Dr. Vince, bien entendu !! Surtout quand on est une blonde à [très] forte poitrine. Mais les brunes et les rousses ne seront pas refoulées pour autant. Les autres, c'est le Dr. Mario qui va s'occuper d'eux. Mais il va falloir attendre un petit peu, car en ce moment, ce dernier est fort occupé à régler leur compte à trois nouveaux microbes particulièrement virulents. Donc pour les consultations, il faudra prendre son mal en patience.

Les premiers niveaux sont vraiment enfantins Mais ça se corse assez vite !!

 

Bonjour mademoiselle, il va falloir enlever votre chemisier

Mais en 1990 et même un peu avant, il y avait surtout un jeu qui était joué par énormément de personnes, un genre assez nouveau qui a pris tous les autres par surprise, le puzzle-game, avec comme tête de pont, un certain... Tetris. En effet, à mille lieues des mondes et des princesses à sauver et des monstres à buter, manipuler ces pièces de différentes formes et de les aligner correctement pour faire des points, le genre eu tôt fait de conquérir un immense public.

Si Tetris était surtout édité sur les consoles Nintendo, il n'allait pas tarder de voir le concept adapté à une sauce ou à une autre, c'est comme ça que chez Sega, on a eu par exemple le sympathique Columns, et chez Nintendo, c'est un certain Dr. Mario qui réussit à s'imposer comme un sérieux rival du titre d'Alekseï Pajitnov.

On peut choisir à l'avance son niveau, sa vitesse et sa musique En vitesse lente, on se fait un peu chier quand même...

 

Mais docteur... pourquoi vous m'enlevez mon soutien-gorge... ?

Dr. Mario donc, qui nous sort des cerveaux de chez Nintendo en 1990, donc sur sa fameuse 8bit, la NES, ainsi que sur sa portable monochrome, le GameBoy, et qui reprend l'idée d'un puzzle-game à la Tetris, sauf que copier bêtement ce dernier aurait vite été perçu chez le reste du monde comme un gros foutage de gueule, donc la sauce a été certes reprise, mais retravaillée sur le fond pour nous proposer quelque chose de tout à fait différent.

Venant de chez Nintendo, on ne sera pas surpris de voir Mario, la mascotte emblématique de la firme, y tenir la vedette. Cela aura au moins le mérite de changer un peu les idées du joueur, car plutôt que de l'incarner une fois de plus dans des aventures plate-formesques, on le verra dans un déguisement de médecin, et où au final, c'est plus nous qui allons faire la partie, vu que Mario n'est pas directement jouable et ne servira qu'à lancer des gélules sur le tableau de jeu.

Ah ouais, y en a beaucoup là quand même... Et là, c'est le drame...

 

Euh ben euh... vous inquiétez pas, examen d'routine... ! Gnéhéhééé...

Le titre de Nintendo est un puzzle-game où l'on incarnera le docteur vous-savez-qui, chargé d'éradiquer trois nouveaux microbes, un rouge, un bleu et un jaune, qui prolifèrent sur le tableau de jeu, représenté par une bouteille en vue 2D, avec les microbes qui vont progressivement s'accumuler pour servir en quelque sorte d'étages. En guise de pièces, Mario vous lancera des gélules de différentes couleurs qu'il vous appartiendra de faire pivoter dans un sens ou dans un autre et de la faire atterrir sur le microbe.

A la différence de Tetris, Dr. Mario vous imposera la règle d'accumuler trois gélules d'une même couleur sur le microbe de cette couleur pour le faire disparaître. Sur un microbe rouge donc, il faudra trois "blocs" rouges, et vous aurez raison du microbe. Pour que faire ce peu, vous disposerez de plusieurs types de gélules. Ces dernières seront composées de deux blocs d'une couleur, ce qui permettra un mélange aléatoire de toutes les couleurs proposées, donc des gélules de couleurs unies (bleu, rouge ou jaune), ainsi que des gélules mixtes, comme du bleu/rouge, du jaune/bleu et du jaune/rouge.

Une fois dans le plateau, dirigez votre gélule sur un microbe dans un sens horizontal ou vertical, en prenant bien évidemment compte des microbes voisins, et pour une efficacité optimum, il va falloir anticiper la prochaine gélule pour vous permettre de faire des petits combos (ou des gros, c'est pas interdit aussi) pour éliminer des microbes en chaîne. Ne vous en faites pas pour les contrôles, ils sont de votre côté, et vous pourrez déplacer vos gélules de manière très fluide et rapide... pour peu que vous le soyez vous-même. En tout cas, les contrôles répondent au doigt et à l'oeil, et si vous faites un caca dans votre jeu, ce n'est même pas la peine d'accuser ce dernier d'avoir de mauvais contrôles, et secouez vos mains pleines de doigts avant de lancer une partie !!

Dit comme ça, ça à l'air peut-être facile, et dans les premiers niveaux, autant dire qu'un enfant n'aura aucun mal à débarrasser le plateau de jeu. Mais à chaque niveau supplémentaire, le nombre de microbes augmente, pour finir par quasiment remplir la bouteille entière dans les derniers niveaux. Et là, ce n'est plus la même mayonnaise, et on peut dire qu'à ce stade-là de l'avancement, la moindre erreur peut vite devenir fatale.

La fin du jeu en vitesse normale Ouf... j'y suis presque !!

 

Il faut aussi que j'enlève ma culotte, monsieur le docteur ?

Techniquement, on a beau être en 1990, le jeu n'est pas ce qu'on peut appelé vraiment abouti. Le jeu est certes loin d'être moche, mais du simple fait de son genre, à savoir le puzzle-game, il ne fallait pas s'attendre à des prouesses techniques. Il n'en reste que le jeu est très proprement présenté, le tout sur un ton relativement décalé, avec par exemple nos trois méchants microbes, qui ont chacun leur propre petite gueule, et non dénués d'humour, qui ne manqueront pas de vous narguer durant toute la partie et se moqueront cruellement de vous en cas de défaite. De même que sur le plateau de jeu, on reconnaitra au premier coup d'oeil nos trois saletés, qui par ailleurs n'ont pas non plus la même forme. On appréciera le souci du détail pour le coup.

Musicalement, que dire, dans la mesure où le titre ne nous propose que... deux musiques ? Si la première est devenue plutôt emblématique et définitivement associée à Dr. Mario, la seconde est elle bien plus anecdotique, limite énervante avec ses excès d'aigües à tout va, mais ce n'est que mon avis. Heureusement qu'il appartient au joueur de pouvoir choisir laquelle des musiques il va se mettre en fond sonore, le jeu ayant eu la bonne idée de proposer au début d'une partie un tableau, dans lequel on va pouvoir choisir sa musique. Au pire, le joueur peut aussi n'en sélectionner aucune, et faire la partie sans musique.

Pour le tableau, qui va servir de menu principal, on peut aussi y choisir son niveau, ainsi que sa vitesse, qui va pour le coup servir de mode de difficulté. Alors si il est normal de pouvoir choisir sa vitesse, comme on le pouvait très bien dans Tetris, je trouve en revanche bien moins judicieux le fait de pouvoir également choisir son niveau !! Car il est par la même tout à fait possible de commencer une partie directement au dernier niveau, à savoir le niveau 20. Je ne vois pas quel est le foutu intérêt d'avoir le choix de commencer une partie directement à la fin.

C'est pourtant tellement bon de parcourir ce jeu de A a Z, en prenant le temps de savourer la prolifération des microbes au fil des niveaux, ce qui accessoirement, permet une prise en main très progressive du jeu et de ses mécanismes, là où débuter cash-pistache au dernier niveau n'apprendra pas réellement au joueur à jouer.

L'aboutissement de toute une vie...

 

Au revoir, mademoiselle. N'hésitez pas à revenir me voir pour votre hum... cheville !!

Mais si il y a une chose de bien, dans ce foutu tableau où on peut choisir son niveau (grrr...), c'est qu'on peut aussi y choisir sa vitesse, et donc son mode de difficulté, un peu à la manière dont Tetris le proposait déjà. Vous aurez le choix entre trois vitesses : lentes, moyenne et rapide. Autant le dire tout de suite : absolument aucun intérêt de jouer en vitesse lente. Le jeu tourne trop au ralenti, ça enlève tout du charme et du challenge, et on s'emmerde très vite. Autant lire un bouquin d'une main tout en torchant le niveau 20 en mode lent !! En vitesse moyenne, c'est déjà nettement mieux. On est en fait en vitesse normale du soft. Les gélules ne vont ni trop vite, ni trop lentement, et il faudra avoir une belle analyse du terrain pour utiliser au mieux les gélules lancées par Mario.

En mode rapide, on passe aux choses sérieuses. Les gélules entrent en jeu à une vitesse folle et descendent tout aussi vite une fois en bouteille, et si l'analyse du terrain et l'anticipation de la prochaine gélule feront le gros du travail, du moins en vitesse moyenne, en rapide, il faudra sérieusement s'accrocher à ses nerfs, avoir des réflexes d'acier et une parfaite coordination yeux/cerveau/doigts pour placer les gélules là où il faut. Et aussi se scotcher les paupières pour ne pas cligner des yeux pendant la partie, car il suffit d'une fraction de seconde pour vous foutre la partie en l'air, particulièrement dans les derniers niveaux. D'un air enfantin et bon-enfant, ce Dr. Mario se révèlera vite d'une infâme cruauté qui se fera une joie de vous fouetter avec des orties si vous avez le malheur de prendre ce jeu un peu trop à la légère.

De plus, ces histoires de vitesse n'ont pas pour simple but de relever la difficulté, mais également de dévoiler la vraie fin du jeu, là encore à la manière d'un Tetris, où il fallait atteindre les cent mille points. Ici, on sera récompensé tous les cinq niveaux par une image avec les trois microbes perchés sur un arbre en vitesse moyenne minimum, car en vitesse lente, vous n'aurez qu'un petit texte sur un fond noir tout pourri. La vraie fin se débloquera quant à elle à l'issue du niveau 20 en vitesse rapide, et est très agréable à regarder et à écouter en entier. Je dis ça, car il y a une petite feinte pour pousser le joueur a obtenir la meilleure fin, car en fait, en vitesse lente, la musique de fin ne contient qu'un tiers des notes. En vitesse moyenne, les deux-tiers, et ce n'est qu'en rapide que vous aurez droit à la très belle mélodie de clôture en entier. Bon courage, donc.

Pour terminer, un petit mot sur le mode deux joueurs, qui proposera à deux, ben... joueurs, de s'affronter sur un même écran avec deux bouteilles. Là encore, on définira à l'avance la vitesse ainsi que le niveau (pour le nombre de microbes à éliminer), et c'est parti pour un duel de trois manches où tous les coups seront permis. Particulièrement avec les combos qui permettront des éliminations en chaine, car cela permettra d'envoyer au hasard des gélules dans la bouteille de l'adversaire, qui avec un peu de chances, lui foutront tout son jeu en l'air. Ah bah ouais hein, mais lorsqu'on livre un duel sur Dr. Mario, c'est comme si c'était sur du Street Fighter, ou pour le second tour de l'élection présidentielle, y a plus trop trop d'amitié qui tienne. C'est comme dans Highlander où : "il ne doit en rester qu'un". Sachez donc user de toute la ruse qui est en vous, observez, anticipez, usez et abusez des combos pour définir lequel de vous deux sera le Dr. Jekyll et le Mr. Hyde.

 


 

Les Plus Les Moins

 

 + ambiance générale

 + excellente alternative au Tetris

 + très bons contrôles

 + bonne durée de vie

 + beau challenge en vitesse rapide

 + le mode 2-joueurs

 

 - pouvoir choisir son niveau...

 - deux musiques c'est bien peu

 

télécharger la rom

Article rédigé par VinceGaiden le 13/08/2014
2001-2017 Planet Emulation