World of Illusion Starring Mickey & Donald

(1/1)
Ecran titre
  • Nom : World of Illusion
  • Editeur : Sega
  • Console : Megadrive
  • Année : 1992
  • Genre : Plateforme
  • Nombre de joueurs : 1-2
Mickey et Donald, devenus magiciens, découvrent dans leur théâtre une bien étrange boîte. Malgré les craintes de Mickey, Donald y pénètre et, oh surprise, disparaît. Evidemment, Mickey le suit et disparaît à son tour. Et c'est le début d'un voyage féérique mais ô combien dangereux pour nos deux héros...

World of Illusion est loin d'être le premier titre Megadrive à mettre en scène les deux héros les plus connus de Disney ; par contre, c'est le premier dans lequel ils partagent la vedette. Et selon votre goût, vous pourrez donc diriger la souris castrat (bouh !) ou le plus irascible des canards (ouais !). Ce choix n'influera en rien sur le gameplay, mais les niveaux traversés seront en partie différents. Si les thèmes sont communs (la forêt, un aquarium, etc), certaines portions sont propres à chacun.

Quelle grosse feignasse ce Mickey !
L'aquarium est l'un des plus beaux stages du jeu.

Mais la vraie originalité du jeu, c'est la possibilité de jouer à deux en même temps, en mode coopératif. Les deux héros peuvent ainsi atteindre, grâce à un système de catapulte, des plateformes haut perchées, se hisser l'un l'autre avec une corde, et traverser des passages d'ordinaire trop étroits. De plus, comme certains niveaux sont également propres au mode deux joueurs, cela augmente la variété des décors traversés.

De plus, entre deux niveaux vous apprendrez une nouvelle faculté. Ainsi vous pourrez chevaucher un tapis volant ou évoluer sous l'eau dans une bule d'air. Ces tours de magie apportent un peu de variété, car il est vrai qu'à part ça, le jeu est extrêmement linéaire. Et, pour être honnête, même le mode deux joueurs, mis à part son côté convivial, n'apporte pas grand chose, dans la mesure où, en mode solo, un rondin de bois bien placé remplace avantageusement le partenaire.

Un des niveaux bien pensés
qui auraient gagnés à être plus longs.

Cours Donald, sauve ton régime basses calories !

Heureusement, le jeu est beau, très beau même. C'est bien simple, certains décors sont tellement magnifiques (comme celui des gâteaux, ou de la mine aux araignées), que ceux qui sont juste "très bien" paraissent fades. On se demande comment les programmeurs ont pu caser autant de couleurs sur une simple Megadrive.
De plus, ils sont très, très nombreux, à tel point que le choix des screenshots a été des plus cornéliens. Revers de la médaille : les stages sont très courts, et on n'a pas vraiment le temps de les apprécier à leu juste valeur.

Côté son, le résultat est un peu moins clinquant, mais les thèmes sont tout aussi nombreux et l'orchestration est des plus correcte. Mention spéciale à la musique de fin qui fait très RPG.

Le tapis volant s'apparente à un niveau bonus...
...tout comme celui-ci, exclusif à Mickey
(une grosse feignasse je vous dis !)


Dernier point : la maniabilité. D'une part, votre personnage se traine lamentablement, et on prend vite le pli de maintenir en permanence le bouton de course appuyé. D'autre part, les sauts ne sont pas aussi précis que dans Quackshot ou Castle of Illusion ; trop amples et trop lents, ils risquent de rendre certaines phases de plateforme agaçantes, en paticulier avec Donald. Mais bon, c'est très ponctuel, et en aucun cas insurmontable.

D'ailleurs, on ne peut pas dire que le jeu soit d'un difficulté insoutenable. N'y allons pas par quatre chemins : un indien d'amazonie octogénaire et atteint de Parkinson pourrait terminer le jeu les yeux fermés et une main dans le dos. Car oui, World of Illusion est d'une facilité déconcertante : les ennemis arrivent au compte-goutte, et les boss sont de vraies chiffes molles. Résultat : le jeu se finit en une demie heure. Et oui vous avez bien lu, 30 minutes montre en main, et c'est plié.

A sa place je serais déjà tombée dans les pommes.
 "Vous êtes nuls, c'était une souris !"
"Pfff, t'es vraiment pas fort en ombres chinoises"


Frustrant pour un joueur confirmé, mais après tout, cela rend le jeu accessible à tous. Avec ses graphismes chatoyants, son univers acidulé, World of Illusion ne serait-il pas le jeu idéal pour initier votre petit cousin, qui ne jure que par Tekken, ou votre maman, qui trouve les jeux video si violents, aux joies de la plate-forme 2D ? Alors, même si l'ajout de plusieurs niveaux de difficulté n'aurait pas été un luxe, ne boudons pas notre plaisir. Car même si vous ne le finissez qu'une fois, le voyage aura été des plus agréables.

Note :
16/20
Article rédigé par Shenron le 20/02/2006
2001-2018 Planet Emulation