The Combatribes

(1/1)
Ecran titre



        Nom :
The Combatribes
        Editeur :
Technos Japan
        Console :
Arcade/Super NES
        Année :
1990
        Genre :
Baston sévèrement burnée

 


La charnière 80/90 fut fertile en jeux de combat : Final Fight chez Capcom, Golden Axe chez Sega...et la série des Double Dragon chez Technos. Que des jeux cultes. Mais voila, après deux premiers épisodes globalement encensés par les joueurs, le troisième épisode, The Rosetta Stone, fut une déception et fait tâche dans la série. Est-ce pour faire oublier cet échec que le staff de chez Technos mit en chantier The Combatribes ?

"Une esthétique trop sobre, trop frileuse. C'est fade" Jean Paul Goude




Car franchement, mis à part le genre lui-même (et le scénario bateau), The Combatribes n'a pas grand chose à voir avec son illustre grand frère. Au niveau de l'habiilage tout d'abord. Car niveau graphismes, on ne peut pas dire que The Combatribes ne colle pas à son époque. Oui, souviens-toi, ami lecteur, la fin des années 80 c'était :
  • Des associations de couleurs, de matières et de motifs hasardeuses, qui permettaient de porter un pull rouge (à col roulé) avec des smileys jaunes, un fuseau vert pomme et une veste en skaï orange et de rester sobre.
  • Des coiffures inadmissibles, du brushing stratosphérique à la Dynastie à la brosse de Desireless en passant pas l'inénarable mulette, alias "brushing chien mouillé" ou "coupe de cheveux du footballeur allemand"
  • Les épaulettes qui faisaient ressembler n'importe quelle femme normalement constituée à Mad Max...
Mais utilisez les pistes cyclables,
bande de dangers publics !
 -Cher ami, ne croyez vous pas notre réponse par la force à leur méfaits ne fasse qu'accentuer leur ressentiment à l'égard de la société  et de l'autorité ?
-Groumf !!!
-Bon, d'accord. "POC!"


Et bien tout ça, oui, toutes ces merveilles de classe et de bon goût qui, n'en doutons pas, finiront bien par revenir à la mode, ne serait-ce que pour se venger de ceux qui sont nés trop tard pour y échapper, tout ceci se retrouve dans the Combatribes, le jeu le plus visuellement atroce depuis Pong. Et puis non, parce que Pong, au moins, ne piquait pas les yeux. Ici les personnages sont hydrocéphales, les couleurs flashy et baveuses et le tout est absolument atroce.

Oui, mais c'est fait exprès. Car dans The Combatribes, tout est dans la démesure, et le cliché est assumé. Dans les autres jeux, les héros sont des brutes épaisses ? Et bien chez nous, ce sont des brutes épaisses, stéroïdées, et hydrocéphales !  Dans les autres jeux, les niveaux s'enchaînent sans aucune logique (bah oui, pourquoi les héros ne prennent pas un taxi plutôt que de se taper 20 bornes à pied ?). Et bien nous, on fera bien pire ! Ailleurs, les ennemis sont des punks au look ridicule ? Attendez de voir nos clowns et autres cracheurs de feu !

"Toute cette violence, moi, ça me dégoûte" Mel Gibson

Et surtout : vous trouviez Final Fight et Double Dragon violents ? Bandes de famelettes ! Cody, Guy et les frères Lee ce sont des rigolos ! Les hommes, les vrais, n'attendent pas que leurs adversaires se relèvent pour leur taper dessus. Les hommes, les vrais, savent que chaque coup de tatane compte, et qu'un bon ennemi est un ennemi mort, et si possible méconnaissable. Alors dans Combatribes, en plus de frapper à coup de poing et de pied, vous pouvez vous acharner sur les ennemis qui sont à terre. Selon l'endroit où vous les chopez et le bouton utilisé, vous pouvez soit les prendre par les pieds et les faire tournoyer, leur mettre des coups de pieds dans les côtes, et mieux encore, leur sauter sur la nuque à pieds joints (yeah !) ou encore leur fracasser la face contre le bitume. Plus jouissif que ça tu meurs. Littéralement.

 Allez, on fait l'avion ! Wooooo !  Ce boss ne vous rappelle personne ?

Quant à ceux qui osent se relever (les fous !), vous pouvez toujours les prendre deux par deux et leur fracasser le crâne. Qu'ils reviennent après ça... Aucun doute : Technos a voulu faire le jeu de baston le plus violent de l'époque, et ils y ont réussi. C'est même étonnant que personne n'y ait pensé avant ! En plus, ces mouvements sont plutôt bien décomposés, et les bruitages claquent bien, on entendrait presque les os craquer...

On peut donc dire que, grâce à son second degré affiché, The Combatribes fait souffler un vent nouveau sur le petit monde des beat'em all. Sauf qu'au bout de quelques minutes, on se rend compte que ce petit vent ressemble davantage à une flatulence qu'à une légère brise printanière.
Car si le jeu semble sympa au premier abord, le gameplay souffre de nombreux défauts.

"Mais aimez-vous les uns les autres, bordel de merde !" Steven Seagal

Tout d'abord, à l'exception de ceux précédemment cités, les coups sont d'une extrême pauvreté. Vous aurez beau mitrailler les boutons, le seul enchaînement que vous sortirez sera : le même coup trois fois de suite et un plus fort. Ensuite, ça peut paraître incroyable, mais il est tout bonnement impossible de sauter ! Le seul coup à peu près aérien dont on dispose est un vague super coup effectué en courant ou en appuyant sut punch + kick en même temps, et il est en plus totalement inutile.

On continue le tableau avec l'absence d'armes à ramasser. On peut de temps en temps jeter une moto ou un flipper sur les voyous, mais avouez que les tabasser avec une batte de base-ball sertie de fil barbelé aurait eu une autre gueule... et aurait été bien pratique pour tenir la racaille à distance. Car la plupart des ennemis sont, eux, armés, ce qui nous amène au problème suivant. Comme dans tous les beat'em all, en vous approchant d'un ennemi, vous le chopez par le col, et pouvez ensuite le balancer sur ses petits copains. Sauf que si vous chopez un ennemi armé, il vous repousse et vous frappe automatiquement sans que vous puissiez réagir. Et comme il arrive extrêmement souvent d'être encerclé et de saisir des ennemis involontairement, les points de vie s'égrennent très rapidement.

Comment ça elle me boudine ma combinaison ? Special guests : les supporters du Kop Boulogne.

Ca commence à faire beaucoup, non ? Et encore, je ne vous ai pas parlé de la lenteur globale du jeu, de la gestion des collisions hasardeuse, des boss qui sont intouchables quand ils sont armés mais inoffensifs à mains nues, de la difficulté excessive ou de la brièveté des niveaux...

N'en jetez plus ! Malgré le "bon esprit" qui se dégage du jeu et sa réalisation correcte (une fois le côté outrancier admis), The Combatribes est entaché de trop graves défauts au niveau de son gameplay pour être aussi culte que son grand frère, Double Dragon. La preuve qu'une seule bonne idée ne suffit pas à faire un bon jeu, il faut un minimum s'appliquer ensuite.

Note : 08/20

  La version Super NES

L'adaptation Super NES est réussie dans la mesure où la conversion est très fidèle. Mais à part ça, on a droit à la même bouse, à un détail près : l'ajout d'un mode versus qui a pour seul intérêt (relatif) de pouvoir contrôler les ennemis vaincus dans le mode story (grâce à un système de passwords). Etant donné le côté bourrin du jeu et la palette de coups minable, ce mode ne prolongera la durée de vie du jeu que de quelques minutes...
 
On retrouve les coups en traître...mais sans le sang. Le jeu est toujours aussi..hum...coloré
Il faut avouer que le chara-design
des ennemis est sympa.
 Le fameux mode versus tout pourri.



 









Article rédigé par Shenron le 08/05/2006
2001-2018 Planet Emulation