Super Monaco GP

(1/1)
l'ecran de présentation
Nom : Super Monaco Grand Prix
Editeur : Sega
Système : X-Board Hardware (arcade)
Année : 1989
Genre : Simulation F1
Emulateur : MAME

Halleluya Super Monaco GP est enfin émulé, après les tests de Power Drift et Rad Mobil, je m'attaque au test de cet autre monument de Sega.

Cette borne est sortie en 1989, en différentes versions: version debout, version dans cockpit semi-fermé avec sonorisation à l'arrière. C'est dans cette dernière version que j'ai decouvert le jeu. Soyons clair lorsqu'on tombe en 1989 sur un jeu de cette classe, on se prend une claque monumentale.
la version cockpit de la borne


Description:

Super Monaco GP (a ne pas confondre avec Monaco GP, son ainé de 9 ans) est une simulation de formule 1 qui se déroule sur un unique circuit, celui de...Monaco. Donc ne vous attendez pas à une trentaine de circuits + 10 à debloquer, il n'y en a qu'un seul.

La représentation est de la (fausse) 3D. On est dans la peau du conducteur et on observe juste ses mains qui dirigent le volant.
Une partie se déroule de la manière suivante : un tour de qualification, à accomplir en moins de 45 secondes sur un parcours réduit, et qui détermine la place sur la grille de départ en fonction du temps réalisé. Puis la course principale avec les autres concurrents qui se déroule sur 3 tours. Si l'on finit cette course dans les 3 premiers, une course supplémentaire, sur le même circuit mais par temps pluvieux est débloquée.

Le joueur à le choix entre 3 types de boite de vitesse : la boite automatique, la boîte séquentielle à 4 vitesses, et la boîte séquentielle à 7 vitesses.
La boite séquentielle à 7 vitesses permet d'atteindre des vitesses plus élevées que celle à 4 vitesses qui elle même est plus rapide que la boîte automatique.
Il faudra très vite adopter la boîte à 7 vitesses pour être performant dans SMGP, en effet la vitesse de pointe des autres boîtes est insuffisante pour espérer tenir tête aux premières voitures.
On retrouve les fameux check points, cependant il n'y a pas de temps comme dans la plupart des autres jeux. Ici, il y a une place limite au dessus de laquelle il faut rester.

Par exemple si la place limite est 5eme et que vous etes 5eme, si une voiture vous double et bien c'est game over. La place limite commence à 20 et se réduit au fil des check points pour atteidre la 3ème place en fin de parcours.


La conduite, jouabilité :

La conduite est assez vive, pas de moments de répit, sous peine de finir dans le décor. Au début on a tendance à aborder les virages trop tôt, il faut un temps d'adaptation et également apprendre le circuit par coeur pour devenir performant. En boîte 7 vitesses, les choses se compliquent car il faudra beaucoup plus souvent penser à freiner voir à rétrograder qu'en boîte 4 vitesses ou automatique. Lorsque plusieurs concurrents se battent au coude à coude, la tension est a son comble, il y a peu de place pour passer, et un choc avec une autre voiture vous fera perdre trop de temps pour revenir. Bref, la conduite est tres orientée arcade, elle manque un peu de précision, mais reste quand même correcte, elle est très nerveuse, gros coup de volant à gauche puis à droite quand on se rend compte qu'on a tourné un peu trop tôt. La direction est analogique bien entendu.


Le son :

Musique d'intro sympa. Pas de musique pendant la course, Sega a voulu renforcer l'aspect sérieux et simulation de son jeu. Les bruits du moteur sont très bons, au démarrage de la course ça fait un vacarme pas possible, en version cockpit de la borne ca met une ambiance de folie.
Les virages s'accompagnent d'un crissement un peu louche mais qui passe bien.
Le rétrogradage est aussi excellent. Enfin des voix digitalisées agrémentent les passages aux check points mais nous allons voir qu'en emulation elles ont un problème.

notez la diversité des bas cotés    les rochers a l'entrée du tunnel sont magnifiques


Les graphismes, l'animation
:

La représentation est en fausse 3D, Sega utilise les capacités de sprite scaling du X-BOARD hardware à merveille. A sa sortie en 89, SMGP est, avec Power Drift, le plus beau jeu de course tous supports confondus. Là ou SMGP fait fort c'est au niveau de la diversité des bas cotés. Sega n'a intégré qu'un circuit mais s'est vraiment appliqué à ce qu'il soit varié et représentatif du vrai circuit de Monaco. Alors que d'autres jeux de l'époque se contentaient d'afficher à repétition à peu près le même motif en guise de bas coté pendant toute une course, SMGP voit s'enchainer grues, gradins, bateaux, rochers, palais, arbres, supporters, pancartes publicitaires, stands de ravitailement le tout défini par des sprites très grands et détaillés. Le passage du tunnel est bien entendu présent.

Les graphismes sont soutenus par une animation sans faille, qui parfois se ponctue d'une rotation a 360° lorsque la voiture heurte un peu trop fort un bas coté.
Le décor de fond est lui aussi très soigné et nous plonge dans l'ambiance de la côte d'Azur.
Enfin, la présentation du jeu fait intervenir des images digitalisée très soignées.
Bref, le jeu est magnifique. On pourrait lui reprocher que sa distance d'affichage est un peu courte mais c'est un défaut de presque tous les jeux en fausse 3D.

une photo du jeu, c'est tellement plus naturel      l'ecran est bien garni

Les adaptations :

Sega Master System : cette version a été bien acceuillie par la presse a l'époque même
si le graphisme n'a rien a voir avec l'original.

Game Gear : une version proche de la version master sytem.

Megadrive : la fameuse conversion Megadrive, sortie peu de temps après la sortie de la console.

Elle fait impression sur les premières images, en effet on retrouve tous les éléments d'affichage en superposition présents dans la borne comme le circuit, le compte tour, le retroviseur etc ...
Les decors de fond sont également de qualité. Seulement quand on y joue on comprend vite que la megadrive ne fait pas le poids.

Ne gérant pas le zoom sur les sprites, la 16 bits de Sega affiche des bas cotés d'un vide désolant. Pancartes de virage et piles de pneus, voilà à quoi se résument les bas cotés, avec un zoom non géré en hardware composé de 4-5 images au plus.
Quand je relis le test de Tilt n°72 affirmant que "cette version possède les mêmes graphismes, les mêmes animations que la borne", eh bien je ris.
La jouabilité, elle, est très bonne et le jeu a intégré une vingtaine d'autres circuits. Enfin des adaptations ordinateurs existent mais je ne les connais pas.

version master system     la version megadrive,  et ses bas cotés épurés.

Comment y jouer :

Sur borne : cet été je suis retombé en vendée sur une salle avec des vieilles bornes dont SMGP, gros coup de bol.

Sur MAME : le jeu est emulé depuis la version 0.88 ou 0.89 je crois, c'est donc très récent.
A l'heure ou j'ecrit ces lignes la version courante de mame est la 0.91u2 et l'émulation semble parfaite mis a part les voix digitalisées. En effet, le speaker n'arrete pas de répéter "it's the final lap" a chaque check point, voire à chaque fois qu'il devrait parler, ça devient donc vite agaçant. Espérons que ce problème sera résolu rapidement avant de tomber aux oubliettes.
Volant vivement conseillé bien sûr, et petit truc, dans mame32 decochez les 4 premières cases des options de direct draw, chez moi ça entraîne de légères saccades (je ne sais pas pourquoi).

Notes (pour 1989) :

Graphismes, animation :
19,5 / 20
Jouabilité, fun : 17 / 20
Son : 18 / 20
GENERAL : 18,5 / 20

Article rédigé par Gonzo le 31/01/2006
2001-2018 Planet Emulation