Rick Dangerous

(1/1)

 

Nom: Rick Dangerous - Support: Amstrad CPC - Année: 1989
Concepteur: Simon Phipps - Développeur: Core Design

 

Normalement, je devrais commencer par un "On ne présente plus Rick Dangerous" titre ultra connu converti sur de nombreux supports de l'époque. Mais le temps passant et les générations évoluant, font que ce titre commence à passer du côté de l'oubli. Je le vois avec mes nombreux neveux arrivant pleinement dans l'adolescence qui, quand je leur pose la question me répondent avec un "piop ???" tout en levant les épaules.

Dur à croire pour nous, geek des vieux supports que nous sommes. Voila pourquoi, nous les "bientôt vieux", nous nous devons d'entretenir ce formidable héritage et avons une obligation de mémoire.

Rick Dangerous fut ainsi développé en 1989 par Core Design (connu actuellement pour Tomb Raider), il fut un incontournable et l'un des tous meilleurs jeu de l'Asmtrad.


L'aventurier sans fouet.

L'histoire se passe juste après la seconde guerre mondiale. Vous incarnez un aventurier (fortement inspiré d'Indiana Jones) qui est à la recherche de la tribu perdue des Goolus en Amazonie, mais voila, pour des raisons étranges, son avion s'écrase.
 

L'aventure commence dans une sorte de couloir souterrain sans grand danger apparemment. Mais ne vous fiez pas à ce calme persistant, car les difficultés commencent dès les premiers pas.
Quelques centimètres et vous voila déjà poursuivi par un énorme rocher rappelant "Les Aventuriers de l'Arche Perdue", une poursuite qui se déroulera à travers un long tunnel muni de virages et qui vous coûtera certainement la vie. Le ton est donné, cela va être dur de s'en sortir.


Ça commence fort.
 

Un apprentissage ...à la règle.

Ricky est donc un jeu de "plateforme / Casse tête" de la vieille école et dont la difficulté n'est plus à prouver. Ricky devra traverser 4 mondes au dangers multiples : South America - Egypt - Schwarzendumpf castle - et Missile base. Des mondes qui vous tarauderont les nerfs par leur progression qui se fera ... dans la douleur.

En effet, pour progresser, il faut mourrir. Et vous mourrez souvent, du moins jusqu'a ce que vous connaissiez la position des pièges. Plus que les réflexes, la connaissance des lieux est donc votre cheval de bataille. Il vous faudra connaitre chacune des menaces afin de les esquiver.

L'avancement se fait via des tableaux vous mettant en situation. Chaque secteur est conçu pour vous tuer. Un casse tête à relever à chaque fois qui vous obligera à en comprendre le fonctionnement. Il faut bien analyser la position des obstacles afin de définir une stratégie de déplacement.


Le niveau South America.


Un monde dangereux.

Des pièges ou ennemis sont pertinemment placés. Certains sont visibles, d'autres pervers comme des blocs de pierres qui se déplacent ou des piques placées dans les zones de chute. Il faudra donc prévoir, changer de direction pour anticiper par exemple une pique malencontreuse. Toutefois le vice des développeurs va jusqu'a placer le piège justement là où vous pensez tomber en sécurité.

Les ennemis sont mobiles, certains sont cantonnés à un va et vient permanent, d'autres sont attirés vers vous, il faudra apprendre à jouer avec eux pour libérer un accès ou récupérer un objet. Chauve souris, piques, pierres mouvantes, viendrony également pimenter la difficulté.
 


Voila ce qui arrive quand on va trop vite.

Dans la poche.

Ricky n'est pas venu sans rien et il a quand même quelques armes et outils qui aideront sa progression : le bâton, le pistolet, et les bombes. Le bâton a une courte portée et paralysera les ennemis. Le flingue pourra abattre les opposants à distance, très pratique mais le nombre de balles est limité. Les bombes elles serviront à vous libérer un passage, mais également à tuer.

Des caisses de balles ou de bombes sont placées à certain endroits et vous permettront de recharger.


Le niveau Egypt.

Jouabilité.

Comme dans "Manic Miner" (lien) la zone de collision du personnage se joue au pixel prêès Un effleurement et vous voila passé de vie à trépas. Vos déplacements et sauts doivent donc être précis.

Ricky peut s'accroupir, sauter, et même grimper. Le maniement du perso est assez libre et l'utilisation des armes se fait simplement via une direction + bouton.


Le niveau Schwarzendumpf castle.


Réalisation.

Graphiquement, je jeu reprend la structure de la version Commodore 64 et est donc converti en double pixels (les pixel commodore étant large). Il est en Mode 0 (160x200) sur une palette de 16 couleurs.

Les graphismes ont une sorte de brillance absente de la version C64 dûe à l'utilisation de couleurs plus "flashy" et du blanc.

Malgré son âge, il reste vraiment beau et appréciable, cette version Amstrad ayant son propre charme.

Il existe une version de Rick Dangerous retravaillée par "MacDeath" en version CPC+ avec une palette de 4096 couleurs et des animations retravaillées. (Utilisez WinAPE et non Caprice32 à cause du CPC+). Téléchargeable en fin d'article pour ceux qui souhaitent s'y replonger.


Les deux versions.


Duree de vie.

Quatre niveaux, ça peut paraitre peu, mais ne vous y fiez pas car chacun d'eux est long avec une quarantaine de tableaux plus pervers les uns que les autres et qu'il faudra connaitre sur le bout des doigts. Chaque monde propose un univers différent et un réel dépaysement. Le principe et les embûches restent toutefois les mêmes. La difficulté générale va crescendo. Les quatre mondes à apprendre vous donneront donc de quoi vous occuper.
Une fois le tout assimilé, le jeu ne vous posera normalement plus trop de difficulté, mais il vous aura fallu une bonne dose de patience pour en arriver là.

 

Le niveau Missile base.

 

Lorsque vous mourez, vous réapparaissez à certaines parties du niveau tout comme un "check point".
 

En conclusion.

Mythique, ce casse tête / Plateforme ne sera vaincu que par les plus forts. Si vous aimez le genre vous passerez un très bon moment à comprendre les rouages de ces mondes hostiles. Petites natures passez donc votre chemin.

Sa réalisation simple est parfaitement adaptée pour ce type de jouabilité et fait que le titre n'a finalement pas tant vieilli et reste encore aujourd'hui une valeur sûre.

 

Télécharger la rom.
Télécharger la version CPC+ (à utiliser avec WinAPE)
Configurer simplement Caprice32
Réagir sur le forum.

 
cliquez ici

 

Article rédigé par Zapier le 04/08/2010
2001-2018 Planet Emulation