Quack Shot starring Donald Duck

(1/1)
   
 
 
                   
 
                    Nom : Quack Shot
                    Editeur : Sega
                    Console : Megadrive
                    Année : 1991
                    Genre : Plateforme/aventure
 
 
 
 
 
 Quackshot s'inscrit dans la longue lignée des jeux de plate-forme estampillés "Disney", qui ont connu leur heure de gloire à l'époque des consoles 16 Bits. La recette appliquée : une réalisation sans faille et une jouabilité aux petits oignons. Force est de constater que ce concept fait mouche une fois de plus.
 
 
Après un pré-générique et un écran titre qui rappellent Les Aventuriers de l'Arche Perdue, une petite intro fort sympathique plante le décor :  Donald trouve chez son oncle ce qui semble être une carte au trésor. Il part donc à l'aventure, tel Indiana Jones (mais sans pantalon), aidé par ses neveux et malgré le désaccord de Daisy. Mais il n'est pas seul sur les rangs, puisque toute une batterie d'ennemis, dont un certain nombre de Pat Hibulaire (mais presque), feront tout pour mettre un terme à votre périple. Heureusement, quelques autres personnages Disney l'aideront dans sa tâche.
 
La carte au trésor s'enrichira  au fil del'aventure...
...tout comme votre inventaire.
 
 Et donc, après une petite introduction fort sympathique, vous accédez à une carte. Et vous constatez que vous avez le choix de la destination. En effet, le jeu n'est pas tout à fait linéaire : vous avez la possibilité de parcourir les niveaux dans l'ordre de votre choix, et certains ne seront acessibles qu'après avoir obtenu certains objets ; il faudra donc parfois revenir sur vos pas.
Vous devrez donc parcourir différentes contrées, telles l'Egypte, le Mexique ou la Transylvanie, afin de recueillir les différents objets qui vous mèneront vers votre Graal. Evidemment, chaque stage se conclut par un combat contre un boss.
 
Le bruit est vraiment dangereux pour votre santé !
Dingo est arrivé avant vous...Vexant, non ?
  
La transylvanie est évidemment peuplée de vampires Les ventouses vertes s'accrochent au plafond.
 
La réalisation est irréprochable : les graphismes sont fins et colorés, que ce soit pour les sprites ou les décors, qui sont par ailleurs très variés et tous réussis. Les ennemis correspondent particulièrement au stage traversé : des cactus au Mexique, des charmeurs de serpent en Inde, des pingouins et des orques en Arctique.... de plus, les déclinaisons de Pat Hibulaire selon le pays valent leur pesant de cacahuètes.

L'animation est "disneyienne" à savoir fluide et détaillée, et les musiques sont réussies et collent bien au jeu. Vous risquez même de les avoir un bout de temps dans la tête. Rien à redire donc.
La jouabilité est également impeccable : Donald marche, court, saute, rampe, s'accroche et tire (des ventouses, du popcorn et des bulles de chewing gum !) avec aisance, et répond au doigt et à l'oeil. Vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous même si vous ratez une plateforme.
 
Le drapeau est le point de ralliement de vos neveux. Donald voir rouge lorsqu'il fait le plein de piments.
   
La cachette de Pat : accueillant, n'est ce pas ? 99... 100 ! J'espère que vous êtes bien cachés !
 
Le jeu n'est pas très ardu, la principale difficulté étant de prendre les niveaux dans le bon ordre pour pouvoir progresser. En effet, les ennemis ne sont pas très agressifs et les phases de plateforme se traversent sans broncher pour peu que l'on s'applique un minimum. Quelques mini-énigmes de ci de là pourront éventuellement vous ralentir, mais rien de bien sorcier.
Si l'ensemble ne brille pas par son originalité, on enchaine avec plaisir les phases de plateforme et le jeu n'est jamais répétitif. Et même s'il est court (environ 1h30 en sachant exactement où aller), on y revient avec plaisir.
 
Quackshot est donc un classique de la Megadrive, irréprochable aussi bien du point de vue technique que du gameplay. Une valeur sûre qui figure en bonne place dans les hits de la 16 bits de Sega.
 
Note : 16/20
Article rédigé par Shenron le 30/01/2006
2001-2018 Planet Emulation