Phalanx - The Enforce Fighter

(1/1)

Phalanx - The Enforce Fighter

Nom: Phalanx,The Enforce Fighter - Support: Snes - Gba - Année: 1992 - Editeur: Kemco
Type: Shoot Them Up - Joueur(s): 1


Je n'ai fait la connaissance de Phalanx que récemment , un petit shoot sur Super Nes dont je n'avais jamais entendu parler. Je ne m'attendais donc pas à grand chose, surtout en 2010 et après avoir joué à tant de bons shoots. Pourtant ce petit jeu a réussi à m'accrocher, ce n'est certainement pas le jeu du siècle, mais il possède un charme indéniable et n'est pas dénué d'intérêt et de qualité, bien au contraire.

Phalanx est un shoot horizontal se place dans la catégorie des shoots de type Thunder Force III, à la différence que Phalanx se classe plus dans le cadre du Manic alors que Thunder Force joue la carte de la connaissance et du placement. A part cette subtilité, les jeux tapent dans le même registre.

Dans le fond, Phalanx reprend les ingrédients des shoots classiques à base de niveaux agressifs, d'armement puissant, d'upgrades, et n'innove par conséquent que très peu. Toutefois, la qualité de ces éléments a bien été étudiée et travaillée et il ne se veut pas être qu'une simple copie.


L'armement.

Comme j'aime bien le faire pour ce type de jeu, parlons à présent de l'armement. Votre vaisseau grâce à des modules ramassés durant la partie, peut alterner entre trois armes sur une palette de quatre disponibles. Ces armes peuvent être améliorées en puissance sur 4 niveaux (non indiqués à l'écran).

Petit point en détails :

- ARME type [E] - Très puissante, elle projette une ou des sphères d'énergie qui font mal, mais qui nécessitent une longue concentration.

- ARME type [H] - Faible pouvoir d'impact, mais envoie des  boules d'énergie à tête chercheuse. Pratique pour les nombreux et petits ennemis. Des satellites en rotation viennent également en appui et protègent le vaisseau.

- ARME type [L] - Arme la plus efficace, c'est un laser qui traverse les ennemis ainsi que les structures. Des satellites semi-fixes viennent également en renfort.

- ARME type [R] - Tire des sphères d'énergies, moyennement puissantes mais ayant une large portance de frappe. Des satellites fixes viennent également en renfort.


Un module [C] vient également compléter l'arsenal et permet au vaisseau de tirer un missile à tête chercheuse (présent sur les captures ci-dessus). Il y a aussi des modules [A] et [B] mais je n'ai hélas pas trouvé à quoi ils servaient.

Les armes se stockent via trois cases en bas de l'écran. Elle peuvent s'alterner, mais peuvent aussi s'utiliser comme Smart bomb, dans ce cas l'arme ne sera plus disponible, ce qui est délicat car pour progresser il est primordial de garder une puissance minimale de tir. Surtout que les modules à acquérir sont assez rares. 

Lorsque vous prenez un module, il remplacera celui que vous utiliserez. Il faut donc faire attention. Vous pouvez également cumuler plusieurs fois la même arme.


Déroulement.

Le jeu se déroule donc de façon horizontale, mais pas forcément de façon classique. Chacune des 8 missions propose un gameplay différent, parfois même original, ainsi que ses propres difficultés. On constate que l'ensemble a été finement travaillé, d'une part la structure de chacun des mondes impose ses subtilités, ses obstacles ou son opposition propre. Par exemple, la mission 2 est munie d'une ligne étrange constituée de liquide opposant une résistance au vaisseau, ainsi que de pièges en forme de mur ou des ennemis résistants prenant toute la place. La mission 3 se passant dans une grotte empêchera le vaisseau de se déplacer librement. Lors de la mission 5, c'est votre vaisseau qui crée le déplacement autour d'un navire de guerre qu'il faudra détruire de l'extérieur, mais aussi de l'intérieur. Chaque mission est travaillée et ne se contente pas d'un simple défilement de décor. 

Des boss de fin sont bien entendu présents et opposeront une résistance et des attaques de différents types. Ils sont bien fichus et parfois d'une grande taille, ils sont  aussi modulables en fonction des dégats et vous attaqueront de diverses façons.

Des boss intermédiaires sont également présents. Ils sont eux aussi redoutables, mais leur résistance dépend bien entendu de votre force de frappe. C'est  d'ailleurs là un point important, le jeu pouvant devenir extrêmement difficile si vous n'êtes pas équipé correctement. Petite subtilité, il n'est pas obligatoire de battre ces boss intermédiaires, ceux-ci filant au bout d'un certain temps. 


Il y a également des niveaux cachés de type bonus, mais j'avoue ne pas savoir comment y aller. J'ai pu y pénétrer un peu par chance sans savoir pourquoi ^^.


Difficulté et durée de vie.

Le jeu est méchamment difficile, son niveau de base est d'ailleurs sur "Easy" et je vous mets au défi de le terminer déjà dans ce mode. Pas de vraie fin par contre dans ce mode de difficulté. Les pièges et attaques sont nombreux et parfois redoutables, il est important de garder une bonne force de frappe pour avancer sans trop d'encombres. 

Votre vaisseau a une jauge d'énergie (en bas à gauche) divisée en 3 barres. Elle s'use à chaque touchette. L'utilisation de celle-ci coûtera bien entendu une vie.

Les 8 niveaux offrent un challenge conséquent et on ne s'ennuie à vrai dire pas une seconde. Les niveaux étant différents, ils cassent le train-train qui aurai pu lui porter préjudice. Réellement je n'ai senti aucune lassitude et ai même refait quelques parties par la suite avec plaisir. Pour un jeu 16bits des années 90 et sans notion de nostalgie, c'est signe de qualité.

Un petit code GG qui fera peut-être plaisir dans les sessions les plus difficiles -> Invincible: 3C21-AD0F
 

Jouabilité.

Rien à dire de ce côté là, si ce n'est une interface quelque peu austère et pas forcément très claire. Le vaisseau est réactif et l'alternance de l'arme se fait en toute simplicité via un bouton. La vitesse du vaisseau est également réglable en temps réel sur 3 niveaux. Simple et efficace on peut dire.


Réalisation.

Le jeu est assez particulier. Il paraît dès plus classique à première vue, mais regorge en fait de petits détails donnant du caractère à l'ensemble. On a l'étrange impression de se retrouver devant un jeu Pc-Engine plutôt que devant une Super Nes. Les effets de base sont toutefois exploités comme la transparence ou de nombreux scrollings parallaxes. Les détails sont nombreux, que ce soit pour les décors, les ennemis, ou bien le vaisseau qui change d'ailleurs de forme en fonction de l'arme, le suivi des satellites est assez bien fichu. Quelques ralentissements toutefois à signaler, mais rien de grave. 

Il y a parfois des étapes de mise en scène sympathique avec des niveaux constitués parfois de plusieurs zones visuellement différentes. Le stage 7 est absolument magnifique.

Côté audio c'est pas mal non plus avec des mélodies rythmées et agréables dans l'ensemble. Pas d'anomalie dans les bruitages qui se fondent parfaitement sans réellement se sentir.


En conclusion.

Phalanx  est un shoot plus fin et technique qu'il n'y paraît. Sa réalisation est tout à fait honorable. Je dirai que son point faible réside dans sa difficulté bien trop corsée. Joueurs expérimentés à vos manettes, petites natures, donnez vous la peine, il en vaut le coup.

PS. Le jeu est également disponible sur Gba.


Télécharger la rom Snes
Télécharger la rom Gba
Réagir sur le forum

 

Article rédigé par Zapier le 26/11/2012
2001-2018 Planet Emulation