Monster in my Pocket

(1/1)

Monster in my Pocket

  Titre : Monster in my Pocket
  Console : NES
  Année : 1992
  Genre : Action
  Editeur : Konami

 

Est-ce que tu aimes les monstres ?

Retour vers le passé jusqu'en 1992, et petit plongeon dans votre petite enfance, et souvenez-vous... non, je ne veux pas savoir vos souvenirs avec votre père alcoolique qui vous battait à coups de ceinture, ni même vos souvenirs sur les genoux du curé. Mais souvenez-vous de ce qu'il passait dans la cour de récré... arf mais non, je ne voulais pas parler des bastons entre bandes de classes rivales, ni même quand vous courriez après les filles de votre classe jusque dans les toilettes pour leur arracher leurs vêtement... décidément, on ne parle pas des mêmes souvenirs.

Je veux bien sûr parler des petits monstres en plastique colorés avec lesquels vous jouiez avec pendant des heures avec vos copains -ou même tout seul si vous n'en aviez pas-, avec ces petits monstres de couleur vert, rouge, violet ou encore jaune (et non ce ne sont pas les télétubbies), mais il y en avait aussi des blancs, des oranges, et d'autres couleurs encore.

A quoi ressemblaient ces monstres ? Ben... à des monstres, quoi. Ok je sors... mais non, dehors il pleut, du coup je reste. Ils ressemblaient à des goblins, des harpies, des loups-garous, des fantômes, et moultes créatures sur le thème de la science-fiction, la mythologie et autres bibliques. Le nom de toutes ces bestioles qui encombraient votre chambre : Monster in my Pocket. Les monstres sont donc dans vos poches, et pas que...

Choisissez un moche... ... parmis les deux moches

 

Tu veux voir mon gros... monstre ?

Gros succès en jouets, adapté en comics, en jeu de cartes à collectionner, mais les petits monstres ont aussi eu droit à leur jeu vidéo sur NES. Et c'est Konami qui s'en est chargé, et c'est en 1992 que sortit Monster in my Pocket dans nos rayons. Le jeu connu un succès amplement mérité, l'ambiance générale du jeu étant tout bonnement très proche de l'univers des figurines.

Mais l'essentiel du challenge de Konami était de faire un jeu un minimum cohérent, et partant d'une base de simples figurines à collectionner qui n'avait pas pour autant d'histoire attitrée, cela n'était pas gagné d'avance. Mais pour ça, Konami s'est assez appuyé sur un comic reprenant les petits monstres en les mettant dans des situations, leur faisant vivre des aventures et du coup, leur inventant une histoire, en mettant en scène des gentils monstres et des méchants monstres. Un certain folklore était donc né, et Konami ne s'est pas privé de s'en inspirer.

Et encore un méchant qui a du style, un !! Monster in my Pocket, ou l'art des miniatures

 

Viens chercher mon monstre, il est dans ma poche

On retrouve ainsi deux principaux monstres, Vampire le chef des gentils monstres, et le Monstre, tout deux respectivement inspirés de Dracula et du monstre de Frankenstein, les deux étant bien gentiment assis en train de regarder la télé, lorsque Warlock, le chef des méchants monstre, apparait sans prévenir, et leur annonce qu'il a envoyer ses monstres pour les tuer. Nos deux amis ne vont bien sûr pas se laisser faire, et se lancent à la poursuite de Warlock.

Voila, il n'en fallait pas plus pour faire une histoire avec les monstres de Monster in my Pocket. Un méchant qui veut tuer un gentil, et c'est parti mon kiki. Après tout, ou est-il dit qu'on a forcément besoin d'une histoire de dingue de malade de ouf' pour avoir un bon jeu d'action ?

L'occasion par ailleurs de se familiariser avec l'univers coloré des figurines que l'on va incarner tout en faisant connaissance avec le grand méchant local. Le joueur devra alors choisir entre Vampire et le Monstre, qu'il incarnera jusqu'à la fin de la partie. Un mode deux joueurs est également disponible où les deux joueurs pourront jouer les deux créatures en même temps.

Y en as du monde dis-donc !! Pas moyen d'être tranquille sur ce chantier...

 

*pouet* Ah mais ça ce n'est pas mon monstre...

On choisit notre monstre donc, et c'est parti pour un jeu d'action et de plate-formes en 2D comme il en existe des tas sur NES, un genre qui nous a déjà régalé de bien des perles sur le support. La sauce prend de suite forme, et on est immédiatement charmé par cette ambiance de miniatures, où par exemple dans le premier niveau on évolue dans une maison, et où la moindre tasse de café fait deux fois votre taille, et où la moindre étagère peut servir de plate-forme.

Cela n'est d'ailleurs pas sans nous rappeler un certain... Chip'n Dale, sorti deux années plus tôt sur la même console ? Je soupçonne Konami d'avoir été jaloux du succès du titre de Capcom, et d'avoir joué sur la franchise Monster in my Pocket pour avoir leur jeu de plate-formes avec des personnages miniatures à eux. C'est désormais chose faite, et Konami peut se targuer d'avoir accoucher d'un titre pouvant rivaliser sérieusement avec le succès de Capcom !

Chassé-croisé entre les colonnes Gare aux attaques surprises !!

 

Mon monstre il est dans ma maiiin... !!

Graphiquement, on a ici un titre de haut vol. Les sprites sont tous relativement grands et détaillés, à commencer par nos deux avatars, et il en est de même pour tout les ennemis, qui comprendront un certain nombre de figurines comptant comme des méchants monstres à la solde de Warlock. On aura aussi droit à de bien beaux boss en fin de niveaux, qui auront aussi bénéficiés d'une certaine attention graphique. L'occasion également de retrouver quelques monstres emblématiques des séries de figurines, comme Gremlin, Bigfoot, Medusa ou encore le Kraken.

Les décors sont plutôt beaux et détaillés, et se balader dans les niveaux est un pur régal pour les yeux. Les niveaux en eux-mêmes sont variés. On traversera entre autre l'intérieur d'une maison, un égout, un chantier, un champ de bambous et bien d'autres encore. Le level design est très inspiré, les niveaux sont assez grands en général, le joueur aura le choix d'évoluer sur un ou plusieurs étage. D'autres niveaux encore nous mettrons dans des situations relativement inédites, comme par exemple le fait de gravir un grillage en se servant de ses mailles comme d'autant de plate-formes pour arriver à l'issue du niveau.

Et on grimpe, et on grimpe ! Traversée des bambous

 

A moi d'aller chercher ton gros monstre

Mais si les sprites et les décors sont très beaux, il est à déplorer cependant de vilains gros clignotements qui seront malheureusement assez présents tout au long de la partie. Comme d'habitude, trop d'ennemis à l'écran rendent la console complètement folle, d'autant plus que la fluidité de ce titre reste assez exceptionnelle tout le long du jeu. Aucun ralentissement, il faut le souligner, et ces habituels clignotements ne viendront gâcher votre plaisir de jeu que de façon très éphémère.

Il est également un petit peu dommage de n'avoir aucune information en cours de jeu, que ce soit en intro ou sous forme de cut-scenes entre les niveaux, sur les monstres. Car même si l'univers des monstres de poche n'est dans l'absolu pas énormément riche, cela n'empêche cependant pas de préciser un peu plus qui est qui, surtout que la trame du jeu se base sur des rôles des monstres tirés d'un comic, plutôt que de faire avancer le joueur à l'aveuglette. Mais bon...

Attention les balles de golf !! Harcelé même perché sur ma grue...

 

J'ai trouvé ton moooonstre !!

Musicalement parlant, c'est là encore une belle petite masturbation pour les oreilles. Si les thèmes ne resteront pas dans l'histoire, on ne pourra pas s'empêcher de les trouver sympathiques, bien rythmées, les notes sonnant claires, et accompagnant à merveille le joueur dans cette ambiance chaude en couleurs et bon-enfant.

La difficulté est également de mise ici. Les ennemis sont rapides et plutôt véloces, certains carrément dangereux, comme des créatures aériennes qui utiliseront des lasers très rapide. Il a l'air d'un jeu tout mignon tout choupinou pour enfants, mais on aura vite fait de se faire déborder si l'on ne reste pas attentif, et vos cinq points de vie peuvent être assez rapidement perdus. Mais vous pouvez récupérer des points de vie si vous cherchez les objets nécessaires dans les niveaux. Vous disposerez également d'autres objets que vous pourrez ramasser et lancer sur vos ennemis. Ces objets seront d'ailleurs de même allure que le niveau en cours, avec par exemple dans la maison, il s'agira de clés, ou encore dans le chantier, où ça sera des vis. Des toutes petites clés et des toutes petites vis, qui entre les mains de créatures miniatures, se révèleront être des armes sacrément utiles.

De même pour les boss, qui auront tous leurs propres attaques, et il sera nécessaire d'observer un minimum leurs mouvements avant de se lancer tête basse, au risque de ramasser ses dents.

Elle est belle, cette hache... J'me sens un peu entouré la...

 

Ah... mon gros monstre est plus gros que le tien !!

Monster in my Pocket brille donc sur bien des aspects. En fait non... ça brille tout court, plutôt. Techniquement très abouti, c'est beau, ce titre a une personnalité folle, c'est sacrément bien jouable, les musiques se laissent très volontiers écouter toute seule tellement elles sont agréable, à deux joueurs ça déchire qu'un Chip'n Dale, les niveaux sont intéressants à parcourir, le bestiaire est vachement varié, la difficulté va crescendo, les boss offrent plutôt de beaux combats, le boss de fin réserve même une bien sympathique surprise... décidément il a toutes les qualités d'un grand jeu, ce jeu.

A la limite, on pourrait lui reprocher d'être relativement court avec ses six niveaux, mais sa certaine difficulté ne manqueront pas de vous poser des batons dans les roues si vous vous laissez prendre au piège par son côté mignonnet, et les amateurs de plate-formes trouveront ici un titre qui ne se laissera pas faire si facilement !!

Qu'on se le dise, ce jeu fait parti d'un certain "god-tiers" des jeux du genre sur NES. Toutes les qualités sont réunies par un Konami en grande forme, qui nous signe une fois de plus un jeu d'une richesse pas possible. S'inspirer de ces petits jouets pour en faire un grand jeu pareil, Konami aura eu le flair qui va bien, une fois de plus, tout comme Capcom l'avait eu pour Chip'n Dale. Les devs ont pris un pied immense à coder le jeu, et ça se ressent une fois le pad en main. Le genre de jeu qu'on prendra plaisir a faire et à refaire, particulièrement à deux, où encore une fois dans ce genre de jeu, l'intérêt explose, avec un Dracula accompagné du Monstre, donnant un ton complètement décalé à un titre qui solo, l'est déjà beaucoup !!

Viens ici sale Gremlin, que j'te botte le fion !! Viens ici sale Warlock, que j'te botte le fion à toi aussi !!

 


 

Les Plus Les Moins

 

 + graphismes

 + jouabilité

 + ambiance générale

 + bon petit challenge

 + des boss intéressants

 + mode 2 joueurs

 

 - gros clignotements

 - on en voudrait plus !!

télécharger la rom

réagir sur le forum

Article rédigé par VinceGaiden le 29/01/2014
2001-2018 Planet Emulation