Les Darius sur Snes

(1/2)

Page 1

 Darius est une saga bien connue des amateurs de shoot them up, elle débute en 1986 en arcade et de fort belle manière puisque Darius premier se joue sur une borne dédiée comportant pas moins de 3 écrans alignés dans le sens de la largeur. Outre cette débauche de moyens techniques le jeu proposait un univers original dans lequel un vaisseau en forme d'épervier, le Silver Hawk, affrontait des hordes de créatures marines cybernétisées. La saga de Taito donna lieu à de nombreux épisodes dont les plus marquants restent Darius Gaiden et G-Darius. Évidemment il fut porté sur de nombreux supports Master system, Megadrive, Pc Engine, Saturn, Playstation, gameboy, gameboy advance, Amiga... et la Super Famicom qui d'ailleurs est la seule à posséder 2 épisodes exclusifs. En effet il n'y eut nulle conversion de Darius déjà existants sur cette console par contre ces 2 épisodes lui sont propres et répondent aux noms de Darius Twin et Darius Force.
 

--------------





* Nom : Darius Twin
* Editeur : Taito
* Support : SNES
* Année : 1991
* Genre : Shoot them up
* Nb de joueurs: 2 en simultané



Voici donc la première apparition de Darius sur la 16 bits de Nintendo, mais pas la première sur une console Nintendo car un Sagaia, l'autre nom de la série, avait vu le jour sur Gameboy l'année précédente. Après une courte intro qui explique qu'une fois encore il va falloir que l'humanité renvoie la poiscaille interplanétaire au fin fond de l'univers pour avoir la paix on se lance donc dans l'aventure bien décidé à ne pas céder sa place dans la sardinade géante.

 

Le premier contact ne déroutera pas l'habitué de la série bien que le premier stage soit dans un ton plus guilleret, une plage paradisiaque, que ce à quoi on avait été habitué dans les Darius précédents. L'armement est fondamentalement le même que pour les autres épisodes, un tir frontal et un tir capable d'atteindre des cibles situées au dessus et au dessous du vaisseau. On tire avec l'un ou l'autre selon le bouton sur lequel on appuie, on peut également presser les deux boutons en même temps pour utiliser les deux tirs simultanément. On reconnait également tout de suite certains sprites ennemis récurrents de la série, seule la forme des power up change mais le principe reste le même : une vague entière abattue libère un bonus. Il en existe 3 principaux: un rouge qui correspond au power up du tir frontal, un bleu qui confère un bouclier énergétique et un vert qui lui est le power up du tir multi-directionnel. Un armement à l'ancienne donc et sans smart bomb.



Là où ce Darius se détache de la série c'est au niveau de sa difficulté, le jeu ne propose certes pas de continues mais le système "mort = retour au début du niveau à poil" a disparu au profit d'une réapparition immédiate sur le lieu du drame avec l'armement au complet. Ce système beaucoup moins frustrant rend ce Darius bien plus accessible et console friendly que ses prédécesseurs moins cléments envers le joueur. Le système d'arborescence des niveaux est bien sûr là lui aussi et à la fin de chaque stage on peut choisir sa route. Par contre c'est un peu dommage le choix est faible comparé à certains épisodes qui proposent beaucoup plus de niveaux. Pour vous faire une idée: le premier screen c'est Darius Twin, le second c'est Darius II. Ça a sérieusement maigri.





Graphiquement c'est du Darius en plus gai, c'est très coloré dans des tons clairs et lumineux, sauf les passages spatiaux qui sont d'une austérité et d'une platitude mortelles. Les sprites ne sont pas d'une beauté renversante mais se laissent regarder sans peine, tout le bestiaire marin classique des Darius est là. Le fameux "Warning a huge battleship is approaching fast" est bien sûr de la partie et annonce l'arrivée des boss ; fidèles à l'esprit ils sont de bonne taille avec un niveau de détail respectable bien que très classiques, on retrouve quelques vieilles connaissance comme des cousins proches du fameux "King Fossil". Ces affrontements avec des poissons préhistoriques et autres poulpes géants sont assez plaisants, Darius a toujours été un jeu à Boss et ceux-ci sans être extraordinaires ne sont pas désagréables bien que je trouve que ça manque un poil d'imagination. Pas de souci particulier au niveau de l'animation, ça ne ralentit quasiment jamais même quand il y a de nombreux ennemis à l'écran, c'est propre mais sans grands effets non plus.

 

L'ambiance sonore est comme les graphismes, variable, certains thèmes passent inaperçus d'autres sont plus inspirés, je trouve qu'ils font très chiptune pour de la SNES qui nous a habitués à des rendus lissés. Ce qui n'est pas forcément un mauvais point, tout dépend des goûts de chacun, personnellement j'aime bien les compositions au rendu très électronique. Le thème des boss est quant à lui plutôt réussi je trouve, bien rythmé il donne un peu de pêche aux confrontations. Les bruitages sont dans le ton, pas de réelle fausse note mais pas de coup d'éclat non plus, passables sans être saoûlants.

 

 Conclusion
 Ainsi s'achève ce test de Darius Twin, un épisode sans gros défauts mais aussi sans grandes qualités. Il se laisse quand même jouer grâce à son rythme soutenu et son système de jeu éprouvé. L'arborescence du choix des levels permet d'y revenir en variant les trajets. Il laisse une impression d'inachevé malgré tout. Bref un épisode en demi teinte mais finalement agréable, pour peu qu'on ne soit pas trop difficile ou qu'on soit amateur de la série, bien qu'il soit largement en dessous d'un Darius Gaiden par exemple.

2001-2018 Planet Emulation