Le Roi Lion

(1/1)

 

 

Titre : The Lion King
Console : Snes
Année : 1994
Genre : Plate-formes
Editeur : Virgin


 

Dans les années 90, les studios Disney nous servirent un florilège de longs métrages, tous aussi beaux les uns que les autres, qui ne seront pas sans être accompagnés de leur cousin sous forme de cartouches sur les supports que nous connaissons. Le Roi Lion ne fera bien sûr pas exception à la coutume. Ce long métrage, avec ses jungles et déserts, qui nous aura tous émerveillés de part sa féerique réalisation, et nous aura fait couler une larmichette de crocodile lors de la douloureuse mort du père du petit lionceau... autant d'ingrédients qu'à l'époque, nous voulions tous retrouver sur nos consoles.

 

Attention la chute !

Le boss du premier niveau : une hyène. Proportionnel à votre force de chaton

 

Nous retrouvons donc ce titre très attendu à son époque, mettant en scène Simba, digne fils du roi lion Mufasa, actuel roi, aimé et respecté de tous... sauf de son unique frère, Scar, qui dans ses sombres projets, convoite sa place depuis toujours. La présence de son héritier, qui n'est autre que Simba, va compromettre à jamais ses espoirs d'accéder un jour au trône. Ne trouvant pour seules alliées que les hyènes, Scar ne va cesser de comploter avec ces maudites jusqu'à ce que l'occasion de planter une lame dans le dos de sa famille ne lui soit donnée, lui offrant ainsi la possibilité d'assouvir sa soif de pouvoir sur tout le territoire.

 

Le cimetière des éléphants. De toute beauté !

Rugissez sur ces singes pour qu'ils vous mènent vers la sortie !

 

Vous incarnez Simba, héritier du trône de la Terre des Lions. Vous n'êtes encore qu'au stade du petit lionceau, vos actions se retrouvent donc très logiquement limitées, réduites pour l'instant au miaulement pour faire peur aux insectes, vous permettant ainsi de poursuivre votre route sans être inquiété. Dès que la partie commence, on est de suite frappé par la qualité musicale du niveau, exploitant à merveille les capacités de la console, et surtout dont les arrangements sont très fidèles au dessin animé duquel ils ont étés inspirés.

Après l'oreille, la seconde chose à être frappée de plein fouet par ce titre, c'est l'œil. On est d'emblée conquis par la colorisation des décors, tout bonnement grandiose. Le sprite de Simba est quant à lui magnifique, avec un souci du détail bien présent et très recherché, ce qui ne sera pas pour nous déplaire. Son design va de pair avec son animation, et chacun de ses mouvements se voit exécuté avec une certaine fluidité féline, l'en fallait pas moins pour le prince des lions me vous direz, mais aussi non sans une infime lourdeur, qui rendra certains sauts plus compliqués que d'autres à réaliser.

 

Scar vous a à l'œil...

Le niveau des gnous, les capacités de la SNES dans toute sa splendeur !

 

Votre instruction de futur roi commence donc dans une verte clairière, qui vous sera principalement utile pour vous familiariser avec les commandes et la jouabilité de notre chaton ici présent. Affichés à l'écran, le très célèbre compteur de vies bien sur, mais aussi deux autres jauges, celle de votre énergie, dont je n'ai même pas besoin de parler, et de votre puissance de cri, qui influera sur le temps d'arrêt (ou de retournement, comme les porcs-épics par exemple) des bestioles proches de vous.

Les premiers sauts vous familiariseront également rapidement avec la conduite à adopter lors des prochains niveaux, où plus de dextérité et plus de vivacité vous seront demandées, alors que vous serez harcelés par les hyènes de Scar. Alors que vous progressez dans votre premier niveau, vous aurez largement l'occasion d'être une nouvelle fois émerveillés par la profondeur des décors, certes moins détaillés que l'environnement sur lequel vous évoluez, mais tout aussi colorés. Arrive alors le premier boss, il s'agit d'une hyène envoyée par votre oncle, chargée de vous dévorer afin que vous ne puissiez jamais accéder au trône. Elle n'aura de cesse de vous attaquer frénétiquement, laissez-la donc s'épuiser à force de vous attaquer, et profitez de ses moments de faiblesse pour lui montrer que le fils du Roi, c'est bien vous.

 

Courage Simba ! L'issue du conflit est proche !

L'animation du lionceau est particulièrement bien détaillée.


Le second niveau n'est, quant à lui, qu'un magnifique florilège de présentation de couleurs claires, qui mettra à rude épreuve votre esprit logique si vous voulez que les singes, qui se contenteront que de vous balancer à l'un de leurs congénères, vous amènent droit vers la sortie de la savane, où vous attendent de pied ferme les niveaux suivants, tous bien différents, dont certains mettront au défi le mode 7 de la console dans des effets parmi les plus beaux rendus sur 16-bits, notamment la course de gnous, où il s'agira de ne pas vous faire piétiner tout en évitant les caillasses parsemées sur votre chemin.

Des petits stages bonus viendront chatouiller la bonne humeur du joueur entre deux niveaux, et il sera question ici d'incarner Pumba, dont le seul but sera de manger le plus d'insectes possible lancés par Timon.

 

Attention les caillasses !

Quand on fait une partie, on a l'imppression de voir le film...

 

La suite du scénario reprend les grandes lignes du film, où notre jeune Simba grandit, pour devenir un adulte. Il doit désormais arrêter de fuir, et regarder son passé droit dans les yeux, afin d'être en mesure de le combattre. Il fait donc un retour attendu sur ses terres désolés par Scar et ses hyènes, bien décidé à reprendre la place qui lui est dûe. Pour ce faire, vous disposez maintenant de nouvelles attaques, comme de puissants coups de griffe, et une projection exécutable au corps-à-corps, encore une fois ici, magnifiquement animée. Ces nouvelles techniques ne seront pas de trop pour vous aider dans votre périple, car les hyènes, elles-mêmes affamées, vous attendent de pied ferme.

 

Une fois Simba devenu grand, vous aurez la possibilité de vous battre contre ces maudites hyènes !

Vous m'faites pas peur, saletés !


Le jeu tout entier peut être considéré comme un défilé de mode de la console. Que ce soit dans la savane, dans le cimetière des éléphants, dans le territoire des lions en pleine nuit, ou encore dans un volcan, la colorisation des décors se fait ici avec un brio rarement atteint, et franchement impressionnant, que ce soit dans des atmosphères obscures, voir glauques, où les couleurs sombres viennent encore renforcer le sentiment de vengeance du joueur, jusque dans le volcan maudit de Scar, où des effets de flammes en premier plan se chargeront d'impliquer encore plus le joueur dans le contexte de l'importance de la situation, l'accompagnant jusqu'au combat final contre votre oncle, au sommet de la montagne de feu.

Le tout bien sûr doublé d'une bande son faisant cracher à la 16-bits de Nintendo une grande partie de son savoir faire qu'elle aura acquis avec le temps, cadrant avec perfection avec les différents niveaux dans lesquels évoluera notre gros chat, avec une efficacité rarement atteinte qui saura se faire largement apprécier.

 

Affrontez Scar dans un ultime combat pour la sauvegarde de la terre des lions !

Vous avez vu le film RRrrr ? Bin le vla en vrai !


LES NOTES :

- les graphismes : 17/20
Incontestablement le point fort du jeu, qui nous livre ici de magnifiques, mais alors magnifiques décors, d'une coloration exemplaire. Que Simba évolue ici dans des clairières, des cascades, oudes grottes infestées de hyènes, la palette de couleurs aura parfaitement été utilisée ici, dans l'environnement principal comme en arrière-plan, pour nous livrer ici l'un des jeux les plus colorés de la console, avec des sprites de Simba d'une excellente qualité, de même que pour ses ennemis de tous types.

- la bande son : 16/20
Ce jeu se voit accompagné d'une bande son remarquablement fidèle au film, qui ne sera pas pour déplaire aux fans de ce dernier. D'un ensemble globalement très correct, les musiques proposées ici sont toutes très agréables à entendre, et l'on sera surpris à laisser dormir son héros à quatre pattes rien que pour écouter la musique d'un niveau en particulier qui nous reviendrait plus que les autres.

- durée de vie : 15/20
Les péripéties de Simba vont être légion ici, et bien que ce jeu soit en théorie pour les plus petits d'entre nous, l'expérience que les grands auront accumulée sur leurs "jeux de grands" ne sera pas de trop pour venir à bout de certaines phases de jeu sans trop de crises de nerfs. Le jeu ne propose cependant pas une grande longévité, mais est caractérisé par son absence de sauvegarde. Là encore, quand on le commence, il faut le finir ou mourir.

- maniabilité : 15/20
On trouve ici une jouabilité dans son ensemble très satisfaisante, avec une rapidité du lion assez caractérisée, ce qui ne sera pas de trop pour parfois échapper aux meutes de hyènes en furie, ce qui nous laissera le temps de reprendre nos positions pour mieux retourner au combat. À noter une certaine lourdeur dans les sauts, où il est conseillé de ne pas se précipiter pour éviter une manœuvre foireuse et recommencer du pied du mur. La plupart des mouvements de Simba restent simple à accomplir, même si on aurait pu espérer des possibilités supplémentaires.

- au final : 16/20
Sous ses airs enfantins, cet opus du Roi Lion sur nos 16-bits ne peut que nous surprendre, et se révèle être un fantastique jeu d'aventures bien beau aux niveaux très variés, où les fans du film y retrouveront  les principaux ingrédients du succès du long métrage et auront grand plaisir à manipuler leur lion préféré, et les autres auront un jeu de plateformes séduisant qui saura changer les idées de tous, en mettant en scène une histoire sortant des sentiers battus et en dépaysant les habitués des sauvetages du monde d'une quelconque menace terroriste ... Ce titre s'impose donc comme une référence accomplie en ce qui concerne la plateforme sur cette console.

- réagir sur le forum -

Article rédigé par VinceGaiden le 01/04/2008
2001-2018 Planet Emulation