La saga Bomberman sur PC Engine

(1/3)

Bomberman



Faites un essai autour de vous : demandez à vos amis (joueurs de préférence) quel est le meilleur jeu multi-joueurs de tous les temps. S'ils ont moins de 20 ans et qu'ils sont américains, ils vous répondront probablement Super Smash Bros Melee. Laissons-les de côté, il sera bien temps de faire leur éducation plus tard. Certains connaisseurs ou marginaux opteront pour Chu Chu Rocket sur Dreamcast, ou bien la série des Micromachines. Cela dit, un nom, et un seul, viendra immanquablement à toutes les lèvres, en général accompagné d'un sourire jusqu'aux oreilles : Bomberman !


Bomberman, LE jeu multi-joueurs par excellence, celui qui fait et défait les amitiés, réunit les familles avant de les faire se déchirer, et creuse les cernes sous les yeux des joueurs à force d'enchaîner les parties ("Ouais, allez, encore une. Mais juste une, hein ?").
Bomberman, ou l'archétype du jeu au principe simple mais incroyablement efficace, à tel point qu'il a créé un genre à lui seul. D'ailleurs, quand on y pense, ce sont ces jeux-là qui ont marqué l'histoire des jeux video.

Si Bomberman est apparu pour la première fois sur MSX en 1983, et a été adapté sur à peu près toutes les machines de la création, il est surtout emblématique d'une seule machine : la PC-Engine. Et oui, bien que la console de NEC n'ait accueilli que 3 aventures de notre terroriste préféré, c'est indubitablement à elle que la série est associée.


 

BOMBERMAN

1990 (Japon) - 1991 (USA)

Hudson Soft



Le premier épisode de Bomberman sur PC-Engine n'est pas, contrairement à ce que l'on peut croire, follement orignal, puisqu'il reprend exactement le concept de l'épisode MSX sorti 7 ans plus tôt.

Le joueur contrôle un petit bonhomme blanc vêtu d'un casque. Pour sauver la fille de son ami le professeur, kidnappée par son double maléfique (donc noir), il doit parcourir 8 mondes, composés chacun de 7 stages et qui se concluent par un affrontement avec un boss. Pour terminer chaque stage, Bomberman doit tuer tous les ennemis qui le peuplent afin d'ouvrir la sortie. Une seule arme est disponible pour mener à bien cette tâche : ses bombes.
Le terrain est vu de dessus, et composé de deux types de murs : ceux qui sont destructibles, et ceux qui ne le sont pas. L'aire de jeu est réduite au début de la partie, et pour l'agrandir, vous devez donc détruire les murs qui peuvent l'être à l'aide de vos bombes. Une fois posées, vous pouvez les voir "respirer" : au bout de 3 inspirations, elles explosent dans quatre directions, détruisant tout ce qui entre dans leur rayon d'action. Cela inclut donc les murs, les ennemis et.....vous bien sûr.
Donc voila le principe : tout faire péter dans le niveau, à part vous.

Au début du jeu, Bombie ne dispose que d'une seule bombe de faible puissance ; mais en détruisant certains blocs, un bonus apparaît.

La bombe permet de poser une bombe supplémentaire. La bombe à retardement permet d'actionner vos bombes vous-même.
La flamme augmente la porté de vos bombes d'une case
Le gilet pare-bombes vous rend invulnérables pendant 35 secondes.
Le roller augmente votre vitesse
 Une vie supplémentaire
Ce bonus permet de passer à travers vos propres bombes...
...et celui là de jouer les passe-murailles.

Si vous détruisez un bonus, ou touchez la sortie avec une explosion, des monstres en jailliront ; vous avez donc tout intérêt à récupérer tous les bonus, même ceux que vous possédez déjà. De toutes façons ce n'est pas vraiment un problème puisque les stages, aussi grands soient-ils pour certains, ne comportent tous qu'un seul et unique bonus..
Lorsque vous perdez une vie, votre Bomberman ne repart pas à poil : sa puissance de feu reste intacte, et seules les capacités spéciales sont perdues.

Et c'est là qu'on arrive au gros défaut du jeu : sa trop grande facilité. Les ennemis, s'ils sont assez variés au niveau de leur apparence, ne possèdent que deux comportements différents : soit ils se promènent tranquillement sans se soucier de vous, soit il vous foncent bêtement dessus à toute vitesse. Le fait de posséder quasiment dès le début du jeu les bonus spéciaux, en particulier la bombe à retardement, rend le jeu d'une facilité et d'un ennui confondants, à tel point que vous pourrez avoir envie de tuer votre Bombie juste pour corser un peu les choses. D'un autre côté, aborder les 4 derniers stages sans aucune de ces aptitudes relève quasiment du suicide, à cause de l'agressivité de certains ennemis.


Le mode solo est donc extrêmement pénible, d'autant plus qu'il n'y a même pas de notion de chasse au high-score, ni de chasse au bonus. Une fois le tableau nettoyé de ses ennemis, il n'y a aucune raison de perdre du temps à tout détruire. Le jeu se termine en moins de 2 heures mais on se fait à ce point...chier, il faut bien le dire, qu'on a l'impression d'y passer le triple.

Techniquement le jeu est honnête, avec des graphismes agréables bien que dépouillés ; Bombie est déjà reconnaissable, ainsi que les ennemis qui affichent déjà leur mine stupéfaite lors de leur destruction. Idem pour l'animation, correcte même si le scrolling fait un peu mal aux yeux. Les thèmes annoncent le futur de la franchise, avec des mélodies extrêmement rythmées, et les bombes font "boum", ce qui est la moindre des choses.

Heureusement, Bomberman ne se limite pas à son soporifique mode solo. Non, l'essence même de la série, c'est son mode Battle. Pour ce premier épisode, celui se résume au minimum syndical : un seul mode de jeu, une seule arène, et seulement trois bonus : la flamme, la bombe et... les maladies. Ce malus prend la forme d'un crâne, et se manifeste sous plusieurs formes : constipation, diarrhée de bombes, directions inversées, etc. S'il vaut mieux les éviter ou les détruire, elles peuvent aussi être très utiles : par exemple, refiler sa diarrhée à tout le monde, et donc mettre un dawa pas possible, est  un pur délice.
Il est possible de jouer à cinq grâce au multitap de la console, mais malheureusement si vous êtes moins nombreux, il n'est pas possible de demander à des bots de faire le nombre ; quelques ennemis tirés du mode Story remplacent donc les joueurs manquants. Pas bien palpitant.


Avec son mode solo inintéressant, et un mode Battle certainement fun à 4 ou 5 mais trop limité et surtout inaccessible à un joueur solitaire, ce premier épisode reconnu de Bomberman manque clairement d'intérêt. Il aura surtout eu le mérite de poser les bases de la saga, non pas au niveau du gameplay (le MSX s'en est chargé auparavant), mais du point de vue technique : après cet épisode, le design général ne changera plus, ou très peu, et la musique du mode Battle restera l'hymne de la série pendant un bon bout de temps. Bref, une curiosité historique, mais à laquelle il est franchement inutile de jouer aujourd'hui, à moins d'avoir une âme d'archéologue.

NB : Bomberman fut adapté sur NES, mais en deux fois : le premier Bomberman sur NES est une conversion de la version MSX ; le résultat n'est pas beau à voir, et il n'y a pas de mode Battle.
 Sa suite, Bomberman II (plus connu sous le nom de Dynablaster), ressemble plutôt à un remake de la version PC Engine, car si le scénario et les décors diffèrent, le reste est absolument identique. Le mode Battle arrive enfin, même si il n'accueille que trois joueurs simultanés, grâce au multitap NES (ça existe). Passez votre chemin !

 Bomberman (1987)
 Bomberman 2 / Dynablaster (1992)

NB2 : Une version spéciale de Bomberman a été éditée par Hudson Soft, et distribuée aux membres du fan club de l'éditeur. Nommée Bomberman Users Battle, elle n'a que peu d'intérêt puisqu'elle ne comprend que le mode Battle.
2001-2018 Planet Emulation