Inaidaru Dragon Ball Densetsu

(1/1)
Ecran titre
  • Nom : Dragonball Densestsu
  • Editeur : Bandai
  • Console : Saturn / Playstation
  • Année : 1996
  • Genre : Combat
















Je ne vais pas vous faire l'affront de vous détailler l'importance de Dragonball à plusieurs niveaux durant les années 90 (et même aujourd'hui), ni vous rappeler que les adaptations en jeu vidéo  furent aussi nombreuses que de qualité diverse.

Je peux cependant vous dire qu'avec les consoles 32 Bits, on a commencé à croire sérieusement à la possibilité d'avoir des adaptations dignes du dessin animé, espoirs relativement satisfaits par Shin Butoden qui proposait des graphismes très satisfaisants de ce point de vue, et une animation au poil (3 images / seconde, comme dans la série !).


Remonter sa barre de ki est indispensable, en plus d'être classe.
Certaines attaques spéciales valent le coup d'œil.

Mais Shin Butoden (et sa version PSX, le moyen Ultimate Battle 22) conservaient les mécanismes des jeux Super Nintendo et Megadrive, avec le système d'écran splitté, et on attendait encore de voir un jeu DBZ en TROIDE.

Ce ne sera pas pour cette fois. Mais on y était presque.

Car DBZ Inaidaru Dragon Ball Densetsu (que j'abrègerai à partir de maintenant en DBZ Legends) n'est ni tout à fait en 2D, ni tout à fait en 3D.

Le jeu est plus une simulation de DBZ qu'un vrai jeu de combat : on dirige ses persos dans des environnements vastes en simili-3D, dans lesquels on peut apparemment se diriger dans toutes les directions, avec l'adversaire comme référentiel.

Notez la qualité des illustrations. Le chara-design est bien plus réussi que dans les jeux actuels.
 Ginyu Tokusentai, au rapport !!!!!!!!!!!!!!

Le principe du jeu est assez simple : il faut poursuivre son adversaire et lui coller un maximum de mandales pour faire grimper une jauge de puissance située en bas de l'écran. Une fois qu'elle est pleine, une super attaque se déclenche automatiquement, et seule cette attaque de la mort est à même d'entamer la barre de vie de l'opposant.

Il y a en gros deux façons de taper sur l'adversaire : bourriner le bouton de coups pour faire des enchaînements, et faire des smashs. Les smashs se réalisent en enfonçant une direction en plus du bouton de frappe, et déclenche un coup puissant qui envoie valser l'autre belligérant. Il est ensuite possible de le suivre et de continuer le carnage.

Pour se défendre, il faut donc utiliser la garde, mais aussi, quand l'adversaire réalise un smash, anticiper sa direction afin de se téléporter, voire contre-attaquer. Il est également possible de générer une aura qui permet de se carapater. Il n'est heureusement pas possible d'attaquer à l'infini : en plus de la jauge de santé les persos disposent d'une jauge de ki. Cette jauge s'épuise quand :
  • On envoie des petites boules d'énergie
  • On porte des coups
  • On utilise son aura pour voler plus vite
De temps en temps il faut donc recharger son ki, comme dans les opus précédents.

 A trois contre trois c'est parfois le bazar.
 Le dernier combat du mode SP. L'issue semble évidente...

Une originalité du jeu est que les combats peuvent se dérouler en équipe. On peut donc choisir le perso qu'on incarne et celui qu'on affronte à tout moment, les persos qu'on n'incarne pas étant instantanément gérés par l'IA.

Cet aspect a une importance particulière dans le mode solo. En effet, celui-ci suit le déroulement du manga depuis l'arrivée de Vegeta et Nappa jusqu'à la mort de Buu. Le nombre de combattants est limité à trois (voire deux), et il faut donc faire des choix cornéliens, en sachant une chose : selon la fidélité des affrontements au déroulement du manga, la victoire vous attribuera plus ou moins de points, et il faut atteindre le score requis pour avoir la vraie fin.

Le nombre de persos étant très correct (une grosse trentaine au total) mais pas du tout exhaustif, les choix ne sont pas toujours évidents, d'autant plus qu'il faut en sacrifier certains pour débloquer les choses. Par exemple je ne pense spoiler personne en disant qu'il vaut mieux que Krillin soit tué par Frieza pour que Goku devienne Super Saiyan...

 Et oui, le jeu est intégralement en français, et ce n'est pas beau à voir...
 Du choix des personnages dépend le nombre de points que bous obtiendrez.

Une fois le mode Story terminé, on débloque le mode SP, qui ne suit plus vraiment de logique si ce n'est celle du "qui est le plus fort entre l'éléphant et l'hippopotame". Les équipes sont imposées, et on aura pas exemple Piccolo VS Gohan SSJ2. La difficulté du mode SP est bien plus élevée que celle du mode Story, et occasionne des affrontements intéressants.

Le jeu possède également un mode Versus, qui est jouable en 1 contre 1 ou en équipes.

Le parti pris technique du jeu est intéressant, puisqu'il place des sprites dans un environnement 3D. Cela dit on est loin d'être libre de ses mouvements puisqu'on ne peut se déplacer que dans 2 directions, et uniquement par rapport à son adversaire. Mais le rendu est vraiment très sympa, surtout au niveau des super attaques qui auraient cependant mérité d'être un peu moins "transparentes". Les sprites sont vraiment bien réalisés, et on notera la présence de plusieurs costumes pour les persos selon la période. Autre point fort : les bruitages, qui claquent bien et dynamisent les combats.

Les commandes répondent relativement bien, même si le jeu se résume plus ou moins à du button mashing.

 J'en connais un qui prend une raclée...
 Les illustrations qui précèdent les combats sont de toute beauté.

Le jeu a cependant un problème de durée de vie : une fois les modes solo terminés, il n'y a pas vraiment de raison de s'attarder dessus. Augmenter la difficulté rend juste le CPU plus agressif, et il n'y pas vraiment de subtilités techniques à acquérir pour augmenter son niveau. Tous les combats se ressemblent un peu, et même à deux on se lasse rapidement.

Ceci étant il faut compter pas mal d'heures pour finir le jeu, et la lassitude ne pointe vraiment le bout de son nez qu'une fois qu'on la retourné dans tous les sens.

DBZ Legends n'est pas un hit, loin de là, mais il reste sympathique pour peu que vous ne vous attendiez à pas à passer des heures et des heures dessus. De plus son côté fan service très poussé le rend plutôt sympathique : le jeu est agrémenté de nombreuses illustrations directement tirées du manga ou originales, on retrouve les voix de la série et le déroulement de l'histoire colle parfaitement. Sa cote actuelle est relativement raisonnable alors si vous êtes fan de DBZ, vous pouvez vous laisser tenter. Sinon je crains que vous n'y trouviez aucun intérêt.


Article rédigé par Shenron le 21/06/2009
2001-2018 Planet Emulation