Histoire de la Neo Geo

(1/1)
Nom
NeoGeo

Constructeur
SNK

Date de sortie
1990

Comment une machine logiquement désuète, accusant plus de 10 ans de bons et loyaux service, peut-elle encore prétendre vendre ses derniers titres à plus de 350¤ l'exemplaire? Voila une question à laquelle il faut répondre en détaillant tout ce qui a pu contribuer à l'avènement d'un mythe.

Pour devenir une reine de la longévité, il faut s'assurer une avance technologique relative. A sa sortie en 1990, la NeoGeo cartouche n'est en fait qu'une version "salon" du système MVS développé par SNK pour les salles d'arcades. Le concept est simple: obtenir le même jeu chez soi que dans sa salle de jeu préférée. A cette époque, la 2D règne par défaut, mais le problème des jeux 2D tient alors à leur gourmandise en mémoire requise pour animer correctement les différents éléments à l'écran. Avec ces cartouches énormes, la NeoGeo résout le problème en s'en créant un autre: le prix! A près de 600¤ la machine et 300¤ environ par jeu, la NeoGeo est alors à juste titre baptisée la Rolls Royce des consoles. La Neo ne se distingue pas uniquement par un coût déraisonnable, mais également par un luxe omniprésent: carte mémoire, manettes arcades inégalées à ce jour, goodies incroyable comme le rarissime Mahjong controller, jouabilité incomparable sur la quasi-totalité des titres...et quels titres! Nam 1975, jeu de tir aussi simple qu'excellent, Magician Lord, jeu de plate-forme aussi beau que difficile ou encore Windjammers, terrible jeu de freesbee. La NeoGeo se place d'entrée comme une console élitiste.
Avec le temps, les jeux deviennent toujours plus forts, et de nombreuses séries comme Fatal Fury, Art of Fighting ou Samurai Shodown soutiennent la machine et son éditeur auprès d'un public de passionnés. C'est avant tout avec les jeux de baston que la Neo se taille une solide réputation. Une véritable lutte s'engage alors entre Capcom et SNK dans les salles d'arcade, à la grande joie des possesseurs de NeoGeo qui retrouvent à chaque fois sur leur console des adaptations parfaites.

L'engouement pour la machine de SNK tient presque du culte. Les cartouches sont des mastodontes qui bénéficient d'un packaging à faire passer un boîtier CD pour du papier toilette. La console, noir et or, connaît très peu de pannes, étant de conception robuste et simple. Il en va de même pour les manettes, aussi solide que précise. De tels arguments touchent plus particulièrement un public de passionnés, voire de collectionneurs. Ceux qui rêvaient de s'offir la machine ont pu profiter d'une baisse de prix conséquente (près de 100¤ en occasion) pour craquer. Malheureusement, si les premiers titres avoisinent 30¤ en occasion, les plus récents atteignent allégrement les 300¤. La passion n'a pas de prix, et il est vrai qu'un King of Fighters adapté sur Dreamcast ou Playstation n'en reste pas moins bien meilleur, et de loin, sur sa machine d'origine. Que dire alors des fameux "collectors", des titres rares qui font flamber les prix? Un Kizuna Encounter ou un Metal Slug se négocient à plus de 600¤ pièce! On peut expliquer cette flambée par un des effets pervers du marché de la NeoGeo: le parc installé ne permettant pas d'assurer systématiquement la sortie d'un titre en grande quantité, cela conduit à la création d'introuvables, dont le prix est parfois plus élevé que leur intérêt. On peut alors réellement parler de collectionneurs, partant plus en quête d'un objet que d'un jeu, tirant plaisir de la possession... Allez visiter Neo-Geo.com où des "Neo Freaks" exposent leurs collections assez impressionnantes.

A l'heure actuelle, de nombreux passionnés de jeux de combat continuent d'apprécier le design très particulier des titres sur NeoGeo. Il n'est pas rare de voir un attroupement devant le dernier titres de bastons en salle d'arcade, et de voir les même personnes s'acheter une console NeoGeo et la cartouche de leurs rêve...pour la revendre un peu plus tard.

SNK ayant déposé le bilan, c'est maintenant des sociétés tiers dont Playmore qui, depuis 2001, continue de sortir quatre à cinq titres NeoGeo tous les ans, la cuvée 2003 étant très bonne avec, entre autres, Samurai Shodown Zero, Metal Slug 5, The King Of Fighters 2003 et SNK Vs Capcom CHOAS. Les jeux sont essentiellement destinés à la version arcade MVS de la NeoGeo, mais Playmore continue de sortir des versions NeoGeo consoles de ses jeux à tres peu d'exemplaires. En 13 ans d'exploitation, les programmeurs ont su tirer la quintessence de leur machine et orienter le plus gros de leur efforts sur la jouablilité et le plaisir de jouer, les développeurs actuels devraient s'en inspirer.

Fiche Technique
Processeur - Motorola 68000 16bits (64k) à 12Mhz + Z80A 8bits (2k) à 4Mhz
Mémoire - 64 Ko de RAM
- 128 Ko de mémoire vidéo
Graphismes - 3 co-processeurs en 16 bits, chargés des animations, rotations, zooms
- 4096 couleurs simultanées parmis une palette de 65536
- Résolution de 320*240
- 320 sprites affichables avec une taille maximale de 16x512
Son - ZILOG Z80a 8bits à 4Mhz à 15 canaux
Divers - 2 ports manettes
- port pour carte mémoire
- Format carte mémoire : 68 pins JEIDA ver 3 spec memory

Un gros merci à WoVou pour la rédaction de cet article. 

Article rédigé par Reeko le 09/01/2005
2001-2018 Planet Emulation