Haunted Castle

(1/1)

Haunted Castle
  • Nom : Haunted Castle
  • Editeur : Konami
  • Support : Arcade
  • Année : 1988
  • Genre : Plates-formes/Action

Un titre qui sent bon la fête foraine

Haunted Castle ou "Château Hanté" après traduction, est un titre qui ne vous parlera pas forcément. Si je vous dit que le titre original du jeu est "Akumajō Dracula", je vois déjà quelques visages s'illuminer. Enfin, si je lance le nom de "Castlevania", je suis sûr que tout le monde voit très bien de quoi je veux parler. Et bien oui, Haunted Castle est tout simplement l'adaptation arcade des touts premiers Castlevania, sortis initialement sur NES ! Penchons nous donc pour ce qui est, et devrait rester à jamais, le seul épisode arcade d'une série vidéoludique de légende.

Chose peu courante dans le jeu vidéo à cette époque et signe de la démocratisation des machines de salon, c'est bien un jeu d'origine console qui est ici adapté sur borne d'arcade. Haunted Castle sort en 1988, juste entre Castlevania II et III sur NES et un an avant la version GameBoy. La série est alors déjà très populaire et Konami décide de surfer sur la vague de ce succès en proposant une adaptation des aventures de Simon Belmont taillée pour les salles d'arcade : plus beau, plus punchy, plus dur... beaucoup plus dur !  


Haunted Castle
Une intro délicieusement kitsch !

 

Haunted Castle
Une belle réalisation pour l'époque.

 

Un scénario ? Pas le temps !

On insert une pièce et on est tout de suite rassuré par cet écran titre qui nous présente un Simon Belmont, fouet à la main, prêt à en découdre avec un Dracula se fondant dans un ciel bleu nuit. Plus de doute possible, même si le titre a pu nous égarer, on est bien face à un Castlevania. Press START !

Je me sens obligé de vous parler de l'intro tant celle-ci est atypique... nous y découvrons un couple de jeunes mariés, sortant de l'église sur l'air de la fameuse marche nuptiale de Mendelssohn. Soudain, le ciel s'assombrit et se remplit d'éclairs, Dracula fait irruption en volant tel un super vilain de comics et enlève la mariée sous le regard impuissant de son mari pendant que la musique devient sombre et inquiétante. Difficile de faire plus kitsch et plus expéditif que cette intro qui ferait passer celle de Ghouls 'n Ghost pour un chef-d'oeuvre dramatique ! Là encore, on remarque que la version arcade se contente d'un scenario minimaliste qui mise probablement sur le fait que les joueurs connaissent déjà la série des Castlevania et savent à quoi s'attendre. De plus, nous sommes en arcade, il n'est pas nécessaire de perdre du temps en exposition.  Bref, retrouvons notre sérieux et prenons le contrôle de ce pauvre mari en costume blanc anachronique qui se révèle être Simon Belmont, le célèbre chasseur de vampires.

 

Haunted Castle
Tout est hostile dans ce jeu, même les arbres !

 

Haunted Castle
Passage obligé par les cavernes.

 

Ça claque... comme un fouet

Première impression en découvrant le jeu à proprement parler : c'est beau ! Fichtrement beau ! OK, le jeu a pris un méchant coup de vieux à l'heure où j'écris ce test, mais comparez les captures d'écran qui accompagnent cet article avec celles de Castlevania III sur NES sorti un an après et vous comprendrez l'émerveillement qu'a pu éprouver le joueur arcade de l'époque ! Les sprites sont énormes, plutôt bien dessinés malgré leur manque de finesse, les décors sur plusieurs plans sont vraiment beaux et sont agrémentés de quelques effets de pluie ou de brouillard ponctuels et bienvenus. Seules les couleurs ne sont pas toujours bien exploitées : malgré leur nombre suffisant, elles sont parfois trop ternes ou trop criardes selon les niveaux et peuvent gâcher quelques arrières-plans qui finissent par piquer les yeux. Les animations sont assez simples mais restent tout à fait convaincantes pour l'époque et l'ensemble est parfaitement fluide à tous moments. Le visuel global est impressionnant, tant dans l'absolu que dans sa parenté avec les autres Castlevania. En effet, on y retrouve tout ce qui a fait et fera l'essence même de la série, des monstres aux décors en passant par les armes. Si l'on a déjà joué aux versions NES, on est absolument pas dépaysé. Mieux encore, on redécouvre l'univers sous un nouveau jour : tout est plus détaillé, plus coloré, plus beau, un peu comme si l'on passait à la HD avant l'heure ! Mention spéciale aux boss, souvent gigantesques et annonçant une tendance à la démesure vers laquelle s'orienteront les futurs épisodes.

Niveau sonore, c'est au moins aussi bon : les bruitages sont corrects sans être mémorables, les digits efficaces et les musiques explosent tout ce que l'on avait pu entendre sur console. Là aussi, on redécouvre, améliorées, les bases posées par les 2 premiers Castlevania avec des remix des principaux thèmes musicaux, d'une efficacité exceptionnelle ! Il suffit de se laisser porter par le thème "Cross Your Heart" du premier niveau ou "Bloody Tears" du stage 5 pour ressentir toute la force épique du titre.

 

Haunted Castle
OK, là ça pique vraiment trop les yeux !

 

Haunted Castle
Des ennemis et environnements familiers.

 

Oui mais... y'a un os !

Nous l'avons vu, Haunted Castle est un Castlevania survitaminé et dopé aux grosses bits (bah quoi ?) de l'arcade pour le rendre techniquement impressionnant. Qu'en est-il du gameplay ? Globalement, on est également dans le copié/collé des versions consoles avec un bouton pour frapper, un autre pour sauter ainsi que la possibilité d'envoyer une arme de jet en appuyant sur HAUT + Attaque. La maniabilité de Simon est bonne, les sauts sont un peu lents et demandent de la précision, mais là aussi, c'est dans les habitudes de la série. Niveau monstres, on croise globalement les mêmes que sur NES (en plus beaux) avec les inévitables chauves-souris, squelettes, zombies, tritons, etc. Quand aux armes, on retrouve les armes de jet déjà rencontrées sur consoles telles que la croix, l'eau bénite ou la montre, ainsi que des nouveautés comme la bombe ou le boomerang. Mieux encore, le fouet ne sera pas votre seule arme de base puisque vous pourrez trouver sur vos ennemis vaincus une masse d'arme ou une épée, ce qui augure vite fait certaines fonctionnalités des futurs épisodes. Alors, le Castlevania ultime de l'époque ? Et bien non... car Haunted Castle affiche un défaut de taille auquel vous allez vous heurter dès les premières minutes de jeu : sa difficulté démesurée !

Je ne sais pas si Konami voulait dédier ce jeu aux hardcore gamers, mais le fait est que le peu de réputation actuelle qu'a conservé ce jeu vient en grande partie de sa difficulté légendaire ! Dès les premiers affrontements, vous remarquerez que la moindre touchette avec un élément hostile vous privera d'une grande quantité de vie et qu'il faudra être très précis pour tuer des ennemis aux déplacements souvent beaucoup plus rapides que les vôtres ! Encore plus rageant, on se fait régulièrement agresser par le décor via des statues, des briques, des arbres, des rochers ou même par la vaisselle d'une table de banquet qui vous attaquera sans crier gare ! Soyons clair, vous allez en chier du début à la fin ! Le jeu est relativement court avec ses 6 niveaux de taille modeste, mais vous devrez les connaître par coeur pour les finir en vie ! On est clairement dans du Death and Retry sans pitié où il faudra connaître chaque pattern d'ennemi, chaque recoin piégé et quelle arme secondaire sera la plus efficace sur chaque boss (qui ont la bonne idée de ne pas afficher leur barre de vie). Pour vous donner un exemple de la folie dans laquelle s'enferme ce jeu, sachez que le dernier niveau se compose uniquement d'un pont qui s'effondre progressivement derrière vous pendant que vous devrez avancer en tuant les chauves-souris qui vous foncent dessus. Une épreuve classique du jeu de plates-formes, sauf qu'ici, le pont fait au moins 2 km de long et que LA SEULE façon d'aller assez vite pour survivre est de tuer les chauves souris EN PLEIN SAUT, avec un timing presque surhumain pour anticiper l'arrivée de la bestiole et ne pas se faire rattraper par l'effondrement du pont. En clair, si vous tuez toutes les chauves-souris en restant debout, vous êtes mort, si l'une d'elle vous touche, vous êtes mort, si vous les esquivez, vous êtes mort.  Bien sûr, il s'agit du dernier niveau, vous êtes rarement à 100% de votre vie avec encore 3 crédits en poche... Un calvaire je vous dit !

Comme si le challenge n'était pas assez corsé, vous n'aurez que 3 continues autorisés, même si vous avez gavé la borne de pièces. Plus vicieux encore, une astuce permet de convertir ses continues en points de vie : appuyez sur start en plein jeu et vous pourrez doubler, tripler ou quadrupler votre barre de vie selon le nombre de continues restant. Bien sûr, c'est l'un ou l'autre ! Véritable astuce ou stratégie marketing ingénieuse, toujours est-il que ce jeu est probablement l'un des plus frustrants et rentable de l'époque. Également au chapitre des mauvaises surprises, le fait de tuer un boss (et donc finir un niveau) ne rechargera que très partiellement votre barre de vie. Histoire de pousser le bouchon encore plus loin, sachez qu'il existe plusieurs versions du jeu. Si vous jouez en émulation, la rom parent (version M) est encore plus difficiles que les autres (personnellement, je l'ai terminé avec bien du mal pour ce test avec la rom version K et l'aide des savestates). Certains site spécialisés anglophones parlent de version "Masochist" pour qualifier cette version M, devenue une référence du retro hardcore gaming.

 

Haunted Castle
Un boss vraiment gigantesque !

 

Haunted Castle
Vas-y Francky, c'est bon !

 

Délicieusement arcade et sans compromis

Découvrir cet épisode arcade souvent méconnu de la série Castlevania est un réel plaisir pour les yeux et les oreilles ! Tout ce qui a fait le succès des épisodes sur NES est là, boosté par la puissance de l'arcade qui nous offre un spectacle quasiment irréprochable lors de sa sortie en 1988. Malheureusement, le niveau de difficulté ahurissant du jeu le réserve aux hardcore gamers et laisse tous les autres joueurs sur la touche. Malgré ce gros défaut qui ne lui permet pas d'être aussi populaire que Castlevania sur console, Haunted Castle dégage cette saveur particulière au charme indémodable, propre aux bons jeux d'arcade d'antan.

 

Haunted Castle
Un monde de taille honnête pour de l'arcade.

 

Haunted Castle
Cet interminable pont sera votre pire cauchemar !

 

La note du gros JYP : 3etoiles

 

Chaud !

Si il n'avait pas requis des réflexes de Jedi, Haunted Castle aurait presque pu nous faire oublier Castlevania sur NES.

 

Haunted Castle
Duel final contre le comte Dracula.

 

Haunted Castle
''Allez viens chérie, le banquet va refroidir !"

 

 

Télécharger Haunted Castle

Télécharger Haunted Castle version Arcade 

 

Vidéo de gameplay sur 1 crédit :  

 

 

Article rédigé par JYP le 04/03/2015
2001-2018 Planet Emulation