Dragon Ninja

(1/1)

Dragon Ninja

Nom : Dragon Ninja - Support : Amsrad CPC - Année :  1988 - Éditeur : Data East.

Producteur : D.C. Ward - Programmeur : James Higgins - Graphismes : Martin McDonald - Audio : Jonathan Dunn.

 

En cette fin d’année 80, voir un jeu de café comme Bad Dudes vs. Dragonninja me donnait des frissons tant j’adorai la réalisation et la puissance que proposait le titre de Data East. Et lorsque l’on ne possédait qu’un modeste Amtrad pour se régaler en jeu vidéo, le choc pouvait être brutal. Pourtant cette réalisation sur CPC s'avère être d’un très bon cru, au point de faire partie des meilleurs jeux du genre sur la machine au crocodile.

Il faut dire que ça commence fort avec cette superbe image digne du grand Bruce Lee qui, en cette époque, m’épatait plus que tout, tant elle frôlait la perfection et ressemblait à une photo. Ensuite c’est un menu simple qui nous accueille proposant quelques choix, mais ce qui importe avant tout, c’est le combat. Vite vite !


Un flux de va-et-vient.


Une fois dans l’arène, un constat est déjà clair. Ne cherchez pas une quelconque intelligence artificielle de la racaille Ninja. Les opposants principalement ne feront que passer vous voir histoire de vous mettre un petit coup bien placé pour ensuite s’échapper comme des voleurs. Toutefois certains ennemis plus coriaces comme les filles ou les sabreurs eux resteront sur place histoire de bien vous écorcher. Il faudra donc faire particulièrement preuve de tendresse dans le lot pour éliminer les plus redondants.

La mafia jouera son vatout surtout sur le nombre, qui peut vite devenir gênant en arrivant des deux directions, voire des deux niveaux de hauteurs.

Bien que plus résistants (ils possèdent une barre d’énergie), les boss de fin ne sont pas plus instruits côté technique de combat. Ils ne devraient pas poser trop de problèmes, car leurs chorégraphies d’attaque sont faciles à esquiver, et vos coups seront redoutables. Surtout si vous possédez une des armes qui sont parfois à disposition.


J’ai un nunchaku.

En effet, notre héros, en plus de pouvoir ramasser du temps ou de l’ennemi, peut aussi attraper l’une des armes que sont le nunchaku, et surtout l’efficace couteau qui découpera du méchant mieux qu’une technique du Nanto. Ces armes ont la particularité de vous suivre sur l’ensemble de votre vie, même dans le niveau suivant.

Autre élément qui fait le charme du héros, sa zone de frappe qui fait preuve d’un certain fairplay. Effectivement, la zone de collision des coups est assez large et permet de toucher un adversaire proche de soi, mais également à une certaine distance très éloignée. C’est très efficace quand le nombre vous submerge. Même remarque avec le nunchaku et surtout le couteau qui offrent une grande marge de frappe.


Les mondes des Ninjas.

L’équipe de Data East n’a également pas été avare en effort et a repris comme ils le pouvaient les 7 mondes de la version arcade. Ces mondes se divisent en deux étages et bénéficient d’environnements variés comme le célèbre camion, diverses grottes, un grand train de marchandises, ou une base mystérieuse et son hélicoptère. Ces mondes sont remplis principalement de Ninjas, mais aussi de sabreurs, Doberman, et autres redoutables blondes qui n’en veulent qu’à votre peau.


Réalisation.

Dragon Ninja a été entièrement repensé, par rapport à la version arcade, ce qui donne une chouette version pour notre petit Asmtrad qui ne pourrait que souffrir d’une comparaison. D’une part l’environnement et la structure des niveaux, en plus d’être respecté se veut graphiquement plaisant. Fluide et sans chichi. Il faut remarquer que même certains niveaux comme le camion ou le train bénéficient d’un scrolling parallaxe, ce qui est presque un petit exploit, le tout malgré le nombre important d’ennemis et sans le moindre ralentissement.

Les protagonistes, même s’ils sont peu nombreux, sont de même qualité avec une belle décomposition de mouvements. De plus ils donnent une réelle impression de présence en étant cohérents dans les déplacements et sur la position des étages.

Notre héros qui a vraiment une tête de Steven Seagal en colère bénéficie lui aussi de toute une palette de coups, concentration, accroupie, poing, pied (coup + une direction) et du redoutable coup de pied sauté. La grande classe dans tous ses mouvements.

Oubliez toutefois le mode 2 joueurs en simultané, ce qui dans le cas de l’Amstrad n’est pas rédhibitoire, le jeu étant déjà très sympa en mode 1 joueur.

Coté audio, c’est assez simple avec une belle musique d’intro, et des bruitages plutôt simples durant le jeu, mais pas vilains pour autant.


En conclusion.

Dragon Ninja sur Amsrad est une très belle conversion du modèle arcade. Sa réalisation et son gameplay le rendent très appréciable. Aujourd’hui c’est certain il a beaucoup vieilli et n’intéressera que les nostalgiques, surtout maintenant que l’on peut y jouer facilement avec Mame.  Mais il reste un très bon jeu du genre sur Amstrad et qui aura marqué son époque.

Bon jeu ;-)

Télécharger la ROM.

Configurer simplement l'émulateur Amstrad (Caprice32).

 

 


 

 

Article rédigé par Zapier le 28/04/2014
2001-2018 Planet Emulation