Dragon Fighter

(1/1)

Dragon Fighter

  • Titre : Dragon Fighter
  • Genre : Action
  • Année : 1991
  • Console : NES
  • Editeur : Sofel

 

Mais que vous avez de grandes cornes

S'il existe bien une créature mythique qui aura toujours fait couler de l'encre, et non, je ne veux pas parler de Courtney Love, ce sont bien sûr les dragons. Bebête mythique parmi les mythiques, aux côtés de la licorne et autre Cerbère, pour ne citer qu'eux, ce monstre aura traversé les âges sans prendre aucune ride, tellement sa magnificence et son mystère ne cessent de rendre la bête constamment attractive en renouvelant son capital porteur.

Alors oui, depuis, des dragons, on en a eu à toutes les sauces : au barbecue, au curry, à la plancha, à la mayo, au piment rouge, dans les menus pour enfants... mais que voulez-vous... le dragon, c'est comme le poulet, on arrêtera jamais d'en bouffer. Dans les jeux vidéos, c'est pareil, sauf que ce n’est pas le poulet qui tient la dragée haute du mysticisme, mais bel et bien nos fiers et puissants dragons. Et ils ne sont... pas contents !! (oui oui je sais, je la sors souvent, cette vieille punch-line des années 80, mais qu'est-ce que j'peux vous dire... elle est tellement efficace !!^^)

Départ dans un monde de glace Combat contre le loup-garou des neiges

 

Mais que vous avez de grandes ailes

Notre histoire se passe dans le monde de Baljing, une contrée fort lointaine, verdoyante comme on l'imagine pas, avec un peuple bienveillant comme on l'imagine pas non plus, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, et qui voue un culte à l'esprit du dragon, représenté par la statue d'un guerrier-dragon, qui lui-même veille sur ces braves gens et leur apporte paix et prospérité.

Seulement voilà, dans toute société en paix et prospère, il faut bien qu'y en ait au moins un à qui ça ne plait pas, et qui, reculé dans sa forteresse démoniaque, complote dans son coin, de préférence en parlant tout seul et à haute voix, et en ponctuant chacune de ses phrases par un "Ha ha ha ha ha...". Un empêcheur de tourner en rond tout à fait ordinaire, donc. Et ce coup-ci, the winner is... *roulements de tambour* : Zabbaong !! On applaudit bien fort notre méchant du jour, on attend maintenant que ce dernier vienne sur l'estrade chercher son lot, à savoir... le droit de foutre le bordel dans le monde de Baljing. On voit notre ami qui s'en régale d'avance, ah ça oui, ça va être un beau boxon... mais c'est sans compter que cela ne plait pas à l'esprit du dragon, qui d'un éclair déchirant le ciel, vint fracasser la statue à son effigie, afin de libérer le guerrier-dragon, à savoir... vous, avec pour mission de contrecarrer les plans de Zabbaong.

C'est pas mal tout ça, l'histoire est plutôt complète et bien présentée... sur la notice. Bon sang... c'est quand même assez hallucinant, le nombre de jeux qui ont des histoires de fou sur la notice, et même pas une ligne de texte une fois la console allumée. D'autant plus que, putain, avec un guerrier-dragon en guise de héros, des dragons et un sorcier, y avait pourtant de quoi faire une intro de dingue !! Au lieu de ça, c'est press start à l'écran titre, et on enchaine avec le premier niveau...

Transformation dragon rouge !! À chacun son ver des sables on dirait...

 

Mais que vous avez de grandes écailles

Dragon Fighter sortit sur NES en 1991, et qui nous vient tout droit des studios nippon Natsume, à qui l'on doit quelques titres ne manquant pas de qualités, comme Abadox, Choujin Sentai Jetman, ou encore Blue Shadow et Shatterhand, qui ne manquent pas de punch !! Un tel petit palmarès ne peut que s'imposer dans le milieu des jeux d'action et ne laisse d'emblée que peu de doutes quant aux qualités de nervosité et d'intensité de leur nouveau bébé.

Jaquette US Jaquette jap' aux allures très Saint Seiya

 

Maintenant que les présentations sont faites, passons aux choses sérieuses. Dragon Fighter est un jeu d'action en vue 2D de côté et à défilement horizontal ayant pour thème principal les dragons, et où vous incarnez un guerrier-dragon humain avec comme principal atout de pouvoir se transformer en plusieurs dragons aux pouvoirs aussi variés que destructeurs.

Il n'était pas rare à l'époque d'avoir des jeux qui parlent de dragons dans leurs histoires, qui font combattre des dragons, ou encore à aborder le sujet de façon lointaine en les relayant en second plan, mais là, incarner carrément un guerrier-dragon, un vrai, en armure de dragon qui ne présente en plus pas mal du tout, malgré un sprite qui aurait gagné à être un petit peu plus gros et détaillé, et par-dessus le marché le faire transformer en véritable dragon dans des phases jouables, on a là de quoi être en érection comme rarement on l'a été avant même d'avoir lancé une partie.

Il s'en passe des choses sous l'océan... L'hydre sous-marine que je sens que mon dragon va se faire une joie d'en faire son dîner !!

 

Mais que vous avez de grandes griffes

Vous incarnez donc un guerrier-dragon, et lorsque vous n'êtes pas en train de vous travestir en dragon, vous évoluerez donc sous votre forme humaine. Autant dire que pour le coup, vous êtes un peu monsieur Tout-le-Monde. Mis à part votre armure qui vous donnera une certaine classe, votre forme humaine n'est pas bien folichonne, car à part votre unique coup, à savoir un coup d'épée, ainsi qu'un coup spécial selon votre couleur d'armure, vous n'aurez pas un grand choix d'attaque. Ce qui est fort dommageable, car en tant que guerrier-dragon, cela n'aurait été que des plus agréable d'avoir une petite palette de coups disponibles, tels qu'un coup de pied sauté avec pour l'occasion, un magnifique sprite réalisant le geste, mais il n'en est rien. En tout cas, concernant la jouabilité du personnage, rien à redire. Le gameplay est plutôt fluide et léger, et notre guerrier répondra au doigt et à l'oeil.

M'enfin bref, c'est surtout les transformations en dragons qui nous intéressent. Les transformations sont au nombre de trois, selon des codes couleur, à savoir le vert, le rouge, et le bleu. Vous trouverez des potions de couleur durant la partie, caractérisée par un "G", "R" ou "B", pour indiquer de quelle couleur il s'agit. Si vous prenez cette potion, vous verrez alors votre armure dragon changer de couleur, vous vous trimballerez alors avec une armure verte, rouge ou bleue, ce qui influera également sur votre coup spécial, que vous réaliserez en maintenant la touche de frappe enfoncée, ce qui aura pour effet de charger votre coup, et une fois ce dernier chargé, vous pourrez lâcher l'attaque spéciale, qui n'est autre qu'un coup normal lorsque vous êtes un dragon. Et non, il n'y a pas de coup spécial en dragon.

Vous ne pourrez d'ailleurs vous transformer uniquement dans les airs, donc en cours de saut, où il vous faudra exécuter une petite combinaison de touches pour activer la métamorphose. Vous voici donc devenir une terrible créature ailée, aux griffes et crocs acérés, et la gueule pleine de pouvoirs, avec donc comme dit plus haut, trois pouvoirs bien particuliers selon votre couleur. La force verte vous permettra un tir multiple, la force bleue vous fera tirer une boule d'énergie à tête chercheuse, et la force rouge vous fera tirer une bombe au sol qui explosera à l'impact sur une large zone. Vous l'aurez deviné, après votre passage ailé, il ne restera en général que cendres et chaos, quelle que soit votre couleur. Mais on s'en fout, c'est les méchants qui prennent.

Petit détour par l'usine C'est l'heure de la révision !!

.

Mais que vous avez de grandes moustaches

L'interface, ultra-simpliste, ne se composera que de deux jauges : une pour votre vie, et l'autre pour votre mana. Votre barre de vie, qui, commune à toutes les autres barres de vie du monde, vous indiquera votre capital santé, qui pourra être augmenté après chaque victoire contre un boss. Votre jauge de mana, elle, sera particulièrement importante, car c'est elle qui rendra possible votre transformation en dragon, ou non.

Lorsque vous commencez la partie, cette jauge est vide, et se remplit progressivement à chaque ennemi tué. Il est donc important de chasser ces précieux salopards afin de remplir ladite jauge. Le seuil minimum pour pouvoir vous transformer est d'arriver à la moitié de la jauge, qui se mettra alors à clignoter. Il ne vous reste plus qu'à sauter et exécuter la manoeuvre pour vous transformer. Vous voilà désormais en dragon, et vous pouvez vous faire plaisir sur tous les ennemis du coin, qui d'un coup, n'ont plus que l'air de fourmis comparé à votre magnificence reptilienne.

Seulement voilà, vous maintenir en dragon consommera votre mana extrêmement rapidement, donc il vous appartiendra de gérer correctement votre mana, à savoir qu'une fois transformé, vous pouvez retrouver votre forme humaine quand vous le voulez, il vous suffit alors de refaire la manoeuvre de transformation. À noter également que les attaques spéciales en humain consommeront elles aussi de la mana, donc il ne faudra pas en abuser si vous ne voulez pas vous retrouver sec en mana devant un boss.

Et puis, il arrivera également que les ennemis laissent derrière eux de rares potions qui vous rendront de la vie ou de la mana, ainsi qu'un anneau de pouvoir, qui aura pour effet d'éliminer instantanément tous les ennemis présents à l'écran.

Ouais... pas de doute... j'suis bien dans le repère des méchants !! Euh, où peut bien être son point faible.......... ??

 

Spéciale cace-dédi à Flammy

Techniquement parlant, Dragon Fighter est plutôt abouti. S'il ne révolutionne en rien le genre, et ne pousse pas non plus la console dans ses derniers retranchements, ce titre a au moins le mérite d'en utiliser plus que convenablement les capacités ! Les graphismes proposeront d'ailleurs une certaine variété dans les décors, en plus de créer certains effets d'ambiance, par exemple le premier niveau qui se passe dans la neige, qui va proposer un affrontement contre un boss avec des aurores boréales en arrière-plan, ou encore le dernier niveau, qui correspond à la traque ultime de Zabbaong dans les airs, qui est un niveau qui se jouera entièrement sous la forme d'un dragon argenté, comme un certain signe d'accomplissement ultime de votre quête, où vous débloquerez un pouvoir auquel vous n'aviez pas accès avant, et qui pour le coup, se passera carrément sous la forme d'un shoot'em up horizontal !

En tout et pour tout, on traversera six niveaux à la difficulté très croissante, et si ça peut paraître facile au début, une erreur pourra vite vous être fatale dans les niveaux avancés. De plus, vous n'avez pas de vies supplémentaires. Une seule vie, votre barre d'énergie, et démerdez-vous avec... bon alors oui, on aura bien quelques continues en cas de GameOver, pour le coup qui vont servir quelque part de substitut de vies, puisqu'utiliser un continue vous fera recommencer au début du niveau dans lequel vous êtes mort, mais quand même. Ce qui ne sera pas pour déplaire aux acharnés, à qui avant tout s'adresse le soft, qui ont l'habitude de gérer cruellement leur barre de vie. Ceci dit, la difficulté croissante ne rebutera pas pour autant les moins acharnés, qui y trouveront ici un challenge conséquent et ô combien agréable à relever.

Décors variés, et ennemis variés également. En effet, sur les six niveaux bien différents proposés, tous auront leur propre bestiaire. Dans l'usine, vos ennemis seront des robots, dans la nécropole, vos ennemis seront toutes sortes d'horreurs squelettiques, chacun avec leurs propres attaques. À peu de choses près, les ennemis ont presque plus d'attaques que vous-même...

Quant aux musiques, comme on dit dans certains milieux : "c'est d'la bonne". Sans être spécialement excellentes, toutes les pistes sont assez réussies, bien composées, énergiques et rythmant constamment l'action. Les notes dans leur ensemble sont plutôt bien harmonisées, et donnent de bien sympathiques thèmes d'action, avec même certains thèmes qui se démarqueront pour rester dans la tête du joueur et lui feront bien fredonner au moins un ou deux thèmes une fois la console éteinte (personnellement j'aime beaucoup la musique du dernier niveau, très épique), afin que le joueur continue de se prendre pour le guerrier-dragon qu'il aura incarné dans le jeu, au moins encore un tout petit moment...

Les ennemis ici sont assez redoutables... s'ils sont dans le bon sens Zabbaong vous affrontera dans un ultime combat

 


 

Pour tout un tas de raisons, Dragon Fighter est ce que l'on peut considérer comme étant un bon jeu. Et même un peu plus. Le coup de se transformer en dragon étant incontestablement le point fort du jeu, ce dernier ne se prive pas d'exploiter cet atout en proposant non pas un, mais plusieurs dragons aux pouvoirs différents. Cependant, on est malheureusement pas en présence d'un incontournable, la faute à sa relative courtitude. Car même si les niveaux sont bien remplis, 6 niveaux, c'est quand même un peu court, et il est à déplorer l'absence de scénario, que ce soit en introduction, ou sous la forme de cut-scènes entre chaque niveau, ce qui aurait indégnablement été un sacré plus. Un peu plus d'ambition et de scénario, et on aurait eu ici un sacré challenger à un certain Ninja Gaiden. Si malheureusement ce n'est pas un must have, on n’en est vraiment pas loin. Ceci dit, ça défoule pas mal, ça bastonne fort, les phases en dragon sont énormes, les commandes répondent très bien, et pour un jeu d'action, c'est tout ce qu'on lui demande.

 

Les Plus Les Moins

 

 + graphismes

 + musiques

 + combats contre les boss intéressants

 + bestiaire varié

 + les transformations en dragons !!

 

 - un peu court

 - cruel manque de diversité des coups

 - aucun scénario pendant le jeu

 

télécharger la rom

réagir sur le forum

Article rédigé par VinceGaiden le 17/06/2014
2001-2018 Planet Emulation