Double Dragon 2: The Revenge

(1/1)

Double Dragon 2: The Revenge

 

Nom : Double Dragon 2 : The Revenge - Support: NES - Type : Beat them all - Joueurs : 1 ou 2
Développeur / Editeur : Technos - Année: 1989

 

Tout comme BATMAN sur Nes, Double Dragon 2 fut l'un des titres qui m'a presque fait regretter d'avoir une Master Sytem au lieu d'une NES. Pourtant je m'éclatais bien avec la console de SEGA, mais mon ami de l'époque (Kamel si tu me lis)  avec sa NES, savait se procurer de bons titres et me faisait baver d'envie quand on jouait ensemble chez lui. De très bon souvenirs.

Les "Double dragon" sont une série bien connue et les suites ne sont que les conséquences d'un succès globalement mérité. La version NES de ce seconde épisode n'a pas suivi la voie de la copie du modèle arcade, et a bénéficié d'une nouvelle réalisation. Pari risqué à première vue, mais qui grâce au talent des développeurs a pu devenir l'un des tous meilleurs Beat them all de ce début de décennie.


Plus belle la vie.

Suite à un holocauste nucléaire, la violence règne logiquement et un groupe tire son épingle du jeu : "The Black Shadow Warriors". Ce groupe est puissant et dirige dorénavant entièrement la ville. Tout se passe donc au mieux dans le pire des mondes, sauf que ce gang si puissant a commis une erreur fatale : l'enlèvement de Marian. Il n'en fallait pas moins pour voir se réveiller la colère des frères Lee qui rongeaient leur frein dans l'attente d'un prétexte pour savater du méchant. Voila chose faite, et ça va chier !


C'est parti !

Nous voila à l'écran d'accueil. Un beau logo titre apparait en gros et nous montre que nous ne nous sommes pas trompés de jeu. L'ensemble est sombre et indique déjà dans quel obscur univers nous allons combattre. La musique d'intro est remarquable et donne déjà le rythme, je suis chaud, ça va cogner !

Après une petite séquence animée nous expliquant le scénario, nous nous retrouvons en périphérie   de la ville, et les hostilités ne tardent pas à démarrer avec ces deux loubards qui nous ont repérés. Qu'importe, je décoche une droite, une gauche, un uppercut, les voila déjà à terre.


Fond de jeu.

Le jeu se déroule de façon linéaire dans un espace permettant de se déplacer (dans un premier temps) dans les quatre directions comme le font généralement les Beat them all. Les combats se font de zone en zone, le but étant à chaque session d'anéantir tous les opposants.

Là où DD2 innove, c'est que le parcours ne se déroule pas uniquement de gauche à droite, mais empreinte des chemins différents via des échelles par exemple  permettant d'accéder à des plateformes en hauteur. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais casse les habitudes et donne un charme à la géographie des niveaux. Cela va même plus loin au fur et à mesure du challenge en nous mettant des lieux ou situations comme sur un toit d'immeuble ou un combat en hélicoptère.

Autre particularité de cet épisode, les combats se passent  parfois dans un environnement "2D"  sans profondeur ne  laissant vos déplacements que de gauche à droite. Cela ne change pas grand chose au gameplay, mais oblige les héros à passer par des zones piégées, imposant même des (dures) séquences de plateformes.

L'alternance de ces éléments et des mises en situation empêche toute routine au titre. Sans compter que l'opposition et la palette de coups des héros sont de même qualité.

Il est possible de jouer seul, ou à deux. Le mode deux joueursétant de type A ou B, le premier permettant au héros de pouvoir se toucher et l'autre non.


Kick Ass.

La palette et la diversité des coups est également un point fort du titre. Nos deux héros peuvent  avec seulement deux boutons, frapper des poings et enchainer, cogner du pied, choper puis martyriser, sauter et frapper, ainsi que quelques subtilités comme la tornade et autre coup de genoux. Mais faisons un point de suite :

Petite particularité, DD2 reprend la jouabilité de "Renegade"  (du même éditeur) sorti quelques années avant en n'attribuant pas un coup au bouton, mais en fonction de la direction.

Chaque bouton n'est pas assigné à un coup type, mais à un coup dépendant de votre direction. C'est à dire, si votre perso regarde vers la droite, le bouton A (droite) servira à frapper devant, alors que le bouton B (gauche) lui frappera derrière vous. Et inversement. Cela est bien pensé et permet de frapper sans avoir à se retourner lorsque vous êtes entouré d'ennemis.

Petit explication en dessin:

  • COUPS DE BASE :

Votre perso peut frapper du poing (Avant), du pied (Arrière), et enchainer les coups une fois l'opposant touché. Il peut également sauter (A+B) et placer un coup en l'air en appuyant  à nouveau sur l'un des boutons.


Si vous vous approchez assez, votre perso chopera l'adversaire et vous pourrez lui infliger plusieurs types de coups en appuyant sur HAUT ou BAS ou le balancer via le bouton opposé.

 

  • COUPS SPECIAUX :

COUP DE GENOU : Coup le plus puissant balayant d'un trait votre ou vos adversaires. Il est très difficile à placer. Il s'utilise à la retombée d'un saut  (position accroupie) + A et B. Votre perso dans ce cas se relève en propulsant un méchant coup de genoux dans les parties les plus intimes de votre opposant. Ça fait mal et c'est très efficace.

UPPERCUT : Un redressement de mâchoire ? Voila qui vous sera utile. comme pour le coup de genoux,  il s'utilise à la retombée d'un saut  (position accroupie) + A  ou B (selon votre sens de frape).

SAUT CYCLONE : Coup redoutable façon "Hurrican Kick" et très pratique pour les ennemis qui descendent des plateformes ou d'une échelle. Pour cela, sautez, et une fois la hauteur max atteinte, appuyez sur A+B.

Ces mouvements spéciaux nécessitent un timing parfait et ne sont pas évidents à réaliser.


Les armes

Que serait un DD sans armes blanches? Il y a ici de quoi vous occuper. Les armes viendront principalement des mains de l'opposition qui vous attaquera avec des couteaux, barres d'aciers, chaines, et autre grenades. Il est donc possible de leurs rendre la politesse.

 

C'est moi que tu regardes là mec ?

L'opposition n'est pas nombreuse et est par conséquent répétitive, mais elle a le mérite d'être dans l'esprit blouson noir et cheveux gominés. Leurs rencontre ne sera globalement qu'un défouloir à tartes. En tout cas ils n'auront pas peur et vous suivront partout, parfois bêtement même jusqu'à tomber dans le vide. Certains sont coriaces comme les gros musclés masqués qui ont étrangement la possibilité de ressusciter, les autres étant assez homogènes ne seront qu'un faire valoir pour vos phalanges. Leur résistance dépend réellement de votre efficacité à maitriser les coups spéciaux.

D'ailleurs, les habitués passeront leurs temps de jeu à répéter des sauts afin d'exploiter au mieux les coup spéciaux. L'ennemi lui dans ce cas, ne s'en remettra pas.


9 rounds.

Votre mission, si vous l'acceptez, sera de nettoyer les rues de toute vermine présente sur les lieux.

  • MISSION 1: Into the turf (Dans le gazon).

    Périphérie de la ville, il faudra faire un premier lavage à la baffe, en nettoyant les rues ainsi que les toits.
     
  • MISSION 2: At the héliport (L'héliport).
    C'est ici que le Gang cache ses hélicoptères, le but étant d'y parvenir avant qu'il ne décolle et de pénétrer à l'intérieur.
     
  • MISSION 3: Battle in the Chopper (Bataille dans le l'helicoptère).
    Vous voila dans l'hélico en direction de la base. Niveau assez court, séquence bagarre au programme et aspiration vers le vide. Un niveau assez court et renfermé.
     
  • MISSION 4: Undersea Base (Base sous-marine).
    Les choses commencent à se corser avec des lieux fermés et au plafond piégé empêchant les sauts et donc les coups spéciaux. Vous y rencontrerez un sosie de Arnold, ainsi qu'une première dure séquence de plateau.
     
  • MISSION 5: Forest of death (Forêt de la Mort).

    Niveau très aéré dans l'esprit des DD se passant dans la forêt, pour finir face à une lourde machine de travaux. Pas de réelle difficulté.
     
  • MISSION 6: Mansion of Terror.
    Vous entrez dans le centre du gang. La difficulté monte encore d'un cran avec une alternance de plateau et de combat.
     
  • MISSION 7: Trap room (Salle piégé).
    Donjon de la Maison-Blanche. Zone de tapis et rouage. Même que précédemment avec des séquences plateaux mouvants et bagarres.
     
  • MISSION 8: The double Illusion (L'illusion Double)
    Vous vous approchez, c'est un très beau niveau, principalement conçu en profondeur où vous rencontrez un maximum d'ennemis, ainsi que vos doubles.
     
  • MISSION 9: final confrontation? (La confrontation Final?)
    Vous y voila, c'est ici que trône le chef, et il est prêt à en découdre avec les jumeaux.

 

Réalisation

DD2 impose clairement son charisme et son univers post-apocalyptique. La team de Technos s'en sort tout à fait honorablement question harmonie des couleurs vu les difficultés de la NES dans ce domaine. Le jeu utilise beaucoup le noir pour le fond ou les effets d'ombres plutôt réussis. Le nombre de détails est conséquent et donne de la crédibilité aux niveaux.

Les protagonistes on du charisme et affichent un côté voyou prononcé et une musculature généralement imposante. Leur animation est correcte, et leurs postures assez vraisemblables pour sentir la douleur dans leur estomac.

Les dessins qui ponctuent l'aventure sont bien fichus et nous maintiennent dans le scénario.

La version européenne avait un bug en bas de l'écran qui affichait la partie supérieur de l'image. On s'était toujours posé la question sur cette cause. Peut être un problème entre Pal et NTC ? La fenêtre de jeu réelle étant également un poil plus grande dans la version Jap.

D'ailleurs les rom US et Jap sont quand même bien plus rapide que notre version 50hz européenne, et cela se ressent dans la qualité de l'animation et du gameplay.

Côté audio, c'est également bien travaillé et dans l'esprit du jeu. si certaines musiques restent assez classiques, d'autres sont de vraies petites merveilles (comme la musique du titre ou du premier niveau) et sont certainement gravées dans les mémoires de ceux qui ont connu le titre. Les bruitages sont  assez nombreux et généralement bien rendus. Coups portés ou dans le vide, coups spéciaux, bruit métallique des barres tombant à terre, etc.. la panoplie est large et de bonne qualité.

En fait, tout ces éléments donnent au titre son atmosphère forte et il en ressort une certaine violence bien plus présente que dans un habituel DD.

 

Gameplay

Les héros répondent bien, mais les coups spéciaux sont difficiles à placer tant il faut être synchro. La jouabilité se corse dans les séquences de plateforme dont le gameplay n'est pas finement adapté. Les nombreuses possibilités des héros donnent réellement du plaisir, surtout une fois les coups spéciaux maitrisés. Une fois ceux-ci acquis d'ailleurs, vous passez votre temps à jouer les kangourous, d'où les séquences piégées sans profondeur vous obligeant à frapper à la régulière.

 

Difficulté et Durée de vie.

Le jeu sera plus ou moins difficile selon votre maitrise des coups. Les étapes de combats ne poseront généralement pas de problèmes contrairement au étapes de platefome, qui elles sont parfois irritantes et qui vous coûteront quelques petites pastilles de vie.

La vie justement, deux barre sont présentes en bas et indiquent votre niveau d'énergie divisé en 8 unités. Une fois celle-ci utilisé, vous perdez une vie. Vous commencez d'ailleurs avec avec 3 petites vies.

Le jeu est divisé en 9 missions assez courtes, mais forcément intenses en plaisir et nervosité. Il vous faudra le finir en Mode "Supreme Warrior" (bon courage) pour avoir le vrai boss de fin ansi que sa cinématique.

La sélection de la difficulté se fait via le bouton sélect lors du choix  des modesde jeu.

Conclusion.

DD2 n'a pas fait dans la continuité et à offert aux possesseurs de NES un Beat them all des plus redoutables avec une réalisation très convenable et une jouabilité percutante. Un très bon jeu, même aujourd'hui.

 

 

Télécharger la rom.
Réagir sur le forum.

 

Article rédigé par Zapier le 04/11/2013
2001-2018 Planet Emulation