Donald in Maui Mallard

(1/1)
Ecran titre
  • Nom : Donald in Maui Mallard
  • Editeur : Disney Interactive
  • Console : MD / SNES
  • Année : 1995
  • Genre : Plateforme

















Non, Donald Duck in Maui Mallard n'est pas particulièrement chanceux. Sorti à la fin de la vie des
consoles 16-Bits dans l'anonymat le plus total (surtout sur Super Nintendo), nombreux sont les amateurs même éclairés à ne pas le connaître. Maui quoi ? Donald Duck, ah, oui, Quackshot ? Et bien non, rien à voir.

Car Maui Mallard est à Quackshot ce que Mickey Mania est à Castle of Illusion, enfin à peu près.

Donald, qui en a sûrement ras-le-bol de devoir de l'argent à son oncle, surtout qu'il n'a pas trouvé de trésor dans Quackshot mais juste un collier pour Daisy, a décidé de devenir détective privé et, comme "Duck" c'est pas très vendeur, il se fait appeler Maui Mallard, ce qui à mon avis ne vaut guère mieux.

 N'a t'il pas fière allure notre canard avec sa chemise hawaïenne ?
 J'en connais un qui va se faire rétrécir...

Alors qu'il visite une île tropicale, l'idole Shabum Shabum disparaît, et c'est fâcheux car si elle n'est pas retrouvée rapidement, l'île va exploser. Comme Maui n'a pas l'intention de voir ses vacances écourtées, il décide de retrouver cette idole, et ses investigations l'amènent dans un étrange manoir...

Pour se défendre Maui possède un pistolet à insectes, qui dispose de munitions de base illimitées. Il peut aussi ramasser des insectes spéciaux (de 3 types différents) qu'il peut combiner pour en modifier les effets. Par exemple en combinant l'insecte électrique (qui possède une longue portée) et la bombe (qui a une trajectoire en cloche), on obtient une bombe en cloche qui envoie des éclairs dans plusieurs directions.

Mais ce n'est pas tout, car Maui, dans le deuxième niveau, reçoit le pouvoir de se transformer en Cold Shadow, un redoutable ninja armé d'un bâton, pour un temps limité. Pour augmenter le temps de transformation, il faut ramasser des médaillons dispersés dans le niveau. D'autres médaillons permettent d'augmenter l'efficacité de Cold Shadow au combat, ce qui ne sera pas de trop pour affronter les menaces locales, et en particulier les poulets sauvages qui peuplent la jungle et veulent ajouter Maui à leur menu.

Le joueur alterne donc les phases en Maui et celles en Cold Shadow, les premières étant plus axées plateformes et les secondes action ; en effet, si Cold Shadow peut s'accrocher à certains endroits grâce à son baton, sa palette de mouvements est bien moindre que celle de Maui.

 Une des acrobaties dont Cold Shadow a le secret.
 Pouh, ça chauffe !

Au cours de ses pérégrinations Maui devra donc parcourir des ruines, survivre à l'intérieur d'un volcan, grimper jusqu'à la cime des arbres d'une jungle en s'agrippant à des lianes élastiques ou encore explorer un galion qui a coulé depuis longtemps.

Il faudra s'adapter aux particularités des stages traversés, et ce n'est parfois pas évident, car si le manuel décrit les situations que vous aurez à traverser, il n'est pas très explicite sur la façon de le faire. S'agripper aux lianes, oui mais comment ? Se servir du gun pour aller plus vite sous l'eau, oui mais comment j'augmente la hauteur de mes sauts ? Si les passages de plateforme classique peuvent être passés avec juste de l'habileté (quoique), vous risquez de vous arracher les cheveux sur certains passages.

Tiens oui, j'ai dit "quoique" juste avant, je savais que vous le remarqueriez. J'ai dit "quoique" car il plus que "juste de l'habileté" en fait, il faut surtout pas mal de patience et des nerfs d'acier, tant le jeu n'est pas une ballade de santé. D'où la parenté avec Mickey Mania.
Car la difficulté est bien présente. Dans les phases de plateforme bien sûr, mais ce ne sont pas les plus dangereuses, car les chutes sont rarement mortelles - elles vous font juste perdre pas mal de temps. Le pire, ce sont les ennemis. Ils sont nombreux, agressifs, et bien plus dangereux que vous.

Leurs tirs ont plus de portée que le vôtre (à moins d'utiliser des munitions spéciales en nombre limité), il faut donc la plupart du temps se rapprocher. Sauf que la hitbox de Maui est trè large, plus large que lui en fait, et frôler un ennemi inflige des dégâts, sans oublier que si vous êtes au même niveau, il vous est impossible de lui tirer dessus.

 Le niveau 6 marque le véritable début des hostilités. Accrochez-vous...
 Maitriser l'art du balancement n'est pas chose aisée.

Tous est donc affaire de placement, car, et c'est assez rare pour être signalé, Maui peut tirer non
seulement sur les côtés et vers le haut, mais aussi en diagonale (mais que vers le haut), et même s'il est accroché à une liane ou équivalent. Bien se placer et choisir la bonne arme est donc la clé du succès, mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut et certaines attaques surprise sont impossibles à endiguer... Heureusement les bonus de santé sont assez nombreux.

Mais Maui Mallard a aussi son côté sadique, avec de nombreux passages "quitte ou double" où il est interdit de se rater, des boss increvables avec l'arme de base, des check points de nazi (un maximum par stage, et pas toujours devant les boss), son faible nombre de vies (3, et un seul continue), ses bonus stages supra difficiles et ses passwords obtenus uniquement en ramassant le ticket qui s'échappe d'un ennemi en particulier... Oui, vraiment, Maui Mallard a de quoi crisper. Heureusement qu'il fourmille de bonnes idées pour se faire pardonner.

Heureusement, il est beau. Ah ça, de ce côté rien à dire, on voit qu'on est à la fin de la vie des machines, qui sont exploitées à la perfection dans tous les domaines : les sprites comme les décors sont super jolis, les animations très détaillées, les musiques sont parfaites, et pour ne rien gâcher le jeu a bénéficié d'un soin tout particulier au niveau de son ambiance : le scénario est très satisfaisant, et illustré par des cut scenes stylées, et le jeu possède une atmosphère bien à lui, qui fait presque regretter qu'il n'ait pas eu droit à une adaptation en série animée, parce qu'il y a eu un vrai travail artistique réalisé.

 Les niveaux possèdent quelques zones secrètes comme celles-ci.
 L'avant-dernier niveau. J'ai tenu le coup 10 minutes...

Alors, Donald Duck in Maui Mallard, tuerie cosmique ? Et non, Mickey Mania peut dormir tranquille, car Maui n'est pas  à son niveau, pour une raison toute bête : il est super crispant !!!
Mickey Mania était difficile, mais juste, ciselé, à l'ancienne quoi. Dans Maui Mallard on passe beaucoup de temps à pester entre autres à cause des collisions pas toujours évidentes, et d'un level design complètement aberrant dans les derniers stages : essayez un peu de passer le niveau 7 sans jeter votre pad contre un mur !

Ceci dit si on a les nerfs très solides Maui Mallard est un plaisir à parcourir en plus d'être un régal pour les mirettes, alors vous pouvez toujours vous laisser tenter...
Article rédigé par Shenron le 04/06/2009
2001-2018 Planet Emulation