Demon's Crest

(1/1)
Nom :  Demon's Crest
Editeur : Capcom
Console : Super Nintendo
Année : 1994
Genre : Plateforme/Aventure
 
 

La légende des 2 royaumes :

 Il existe 2 royaumes  dans l'univers de Demon's Crest : celui des humains, et celui des démons qui co-existent l’un et l’autre pacifiquement. Mais un jour, 6 pierres magiques formant le blason du démon tombèrent dans le Royaume des Démons. Le pouvoir qu’elles contenaient attirait l’avidité et ce fut la guerre civile dans ce royaume pour s’en emparer. Mais dans la bataille apparu Firebrand qui récolta 5 des pierres. Dans son combat pour récuperer la 6ème, il fut gravement blessé et vaincu par surprise par Phalanx, assoiffé de pouvoir, qui lui vola les blasons chèrement gagnés.

Dans ce jeu, le but et de récupérer les blasons que Phalanx a éparpillés pour se venger de lui.

 Introduction  Phalanx
 Les demons se battent entre eux     
Phalanx et les 6 pierres magiques volées



Le jeu :

Il s’agit d’un jeu de plate-forme/aventure qui prend place dans le Royaume des Démons.

Le début du jeu est assez déroutant : on commence par un boss ! Si le procédé est connu dans les RPG, il démarque dans ce style de jeu.

                                         Somulo
                                                          Voici votre camarade de réveil

Il y a 7 niveaux à parcourir avec de nombreux objets à trouver et généralement un sous-niveau dans chacun d’eux. Pour tout trouver, une bonne exploration s’imposera !

                                        
                                                         La carte du monde tout en Mode 7

Les blasons donneront des pouvoirs particuliers à Firebrand lorsque celui-ci les aura récupérés. Par exemple, le blason des airs permet de diriger une gargouille aérienne avec de large ailes qui peut prendre de l’altitude ; par contre, le blason d’eau permet d’avoir une transformation qui permet d’évoluer sous l’eau. Il faut assez souvent changer de pouvoir pour avancer ou trouver les sous-niveaux. Ceci n’est pas sans rappeler un certain Mega Man du même éditeur…

                                         Inventaire   
                                                   L'inventaire avec tous les objets à obtenir

La difficulté est relativement élevée mais pas insurmontable ; c’est donc assez motivant pour ne pas abandonner après la 1ère difficulté.

 

Du point de vue technique :

La réalisation est excellente pour un jeu de cette époque. Les graphismes fantastico-gothiques sont très variés et très bien réalisés avec des scrollings différentiels. Ils restent toujours agréables à l’½il aujourd’hui encore.

La musique n’est pas en reste avec des thèmes à l’orgue et au clavecin qui collent parfaitement au jeu et contribuent à son ambiance (genre CastleVania).

La jouabilité est excellente et si vous vous plantez vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous même…

Level 1   Level 2           Souvent de belles images dans le décors                   Jeux d'eau et architecture gothique: le souci du détail

Level 4b   Combat avec Arma
   Petite grimpette sur des plate-formes mobiles                             Combat au clair de lune avec Arma

   Level 7
      Le niveau 5 possède une partie submergée                        Un scrolling différentiel derrière les vitraux

                                          Boss final
                                                         Il va vous en faire baver celui là!


En conclusion :

Un excellent jeu de plate-forme aventure malheureusement assez méconnu.

Il est peu court à mon goût et certains pouvoirs ne sont  pas suffisamment utilisés. Cependant, pour tous dénicher, il vous faudra patience et ténacité.

Sa très bonne réalisation et un intérêt certain en font un jeu à essayer absolument même s’il ne plaira pas à tous.

Ce jeu est pour moi un coup de c½ur et je lui mettrais 18/20 ; mais objectivement, il ne vaut pas autant. Cependant, un bon 16/20 est tout à fait justifié !

                                         Fin
                                                   Il n'a pas toujours l'air aimable

 

Graphisme : 17/20

Musique : 17/20

Jouabilité : 17/20

Difficulté : 16/20

Durée de vie : 14/20

Note finale : 16/20

Article rédigé par Firebrand le 29/01/2006
2001-2018 Planet Emulation