Chase HQ

(1/1)

Chase HQ

 Nom: Chase H.Q. - Support :  Amstrad CPC - Année: 1988 - Editeur : Taito - Dev: Ocean Sofware


Mel Gibson et Danny Glover sont en voiture.

Leur film tourne bien, ils sont chauds, voire bouillants et comptent utiliser leurs comportements de flics gonflés à la testostérone pour intégrer la section spéciale de l’arrestation routière. Le ramassage se fera en voiture de sport, voilà de quoi éblouir ces demoiselles. Et si ils n’arrivent pas par leur prestance à arrêter les vilains, pas grave, rentrez lui dans le cul les gars !

C’est parti donc pour une vigoureuse et virile course poursuite, votre but si vous l’acceptez, est de rattraper les fuyards et de les obliger à s’arrêter, qu’importent les moyens ! Pour cela nous vous avons équipé d’un pare-chocs de chez Hummer et de trois gros Turbos survitaminés.


Trop facile les gars ?  Attendez nous allons vous mettre des déchets sur votre passage. Nous avons à dispo des bottes de foin, des barrières, et autres arbustes bien pénibles à éviter. Nous avons même laissé le trafique  routier ouvert, et avons même fait des travaux et rajouté de dangereux rétrécissements. Ha vous rigolez moins là !

Et ce n'est pas tout ! En plus nous vous laissons que peu de temps pour couronner l’affaire, il faudra allez vite, être précis. Allez de bon cœur je vous laisse une minute de plus dès que le véhicule est à portée de vue. Nous ne sommes pas généreux dans le service ?


De plus ce n’est pas une, mais 5 voitures qu'il faudra pourchasser, non mais ce n’est pas parce que la fin est chouette que le parcours doit être commode, et pour ça les gars HaHaHa on vous a gâté !


Force centrifuge.

Avant de parler des qualités de sa réalisation, abordons d'abord ce que je considère comme le point faible du titre : sa jouabilité particulière. Hélas ici, on ne maîtrise pas vraiment la voiture… on la subit. Non ne me dites pas le contraire.  Dans les lignes droites ça va on ne rencontre pas trop d’embarras, mais dès qu’un virage arrive, la gestion de la voiture devient hélas bien plus délicate.


Même plus jeune j’ai toujours pesté sur ce phénomène pourtant pas évident à expliquer. Bien sûr on peut s’en sortir en gérant avec l'accélération, mais on est loin de maîtriser parfaitement le comportement du véhicule, on subit une sorte d’inertie et on fait ce que l’on peut pour ne pas sortir, toucher un obstacle ou une voiture.

On peut améliorer un peu les choses en ralentissant, mais la gestion de la vitesse n’est elle-même pas évidente à comprendre. D’une part dans le ressenti,  on a du mal à savoir si on conduit une voiture de chasse ou une charrette au moteur poussif, et la gestion de la double boite de vitesse (via la touche GEAR) n’aide pas non plus. On n’a pas l’impression de monter franchement dans les tours et on reste sur une montée lente en régime qui est pénalisante. De plus le Mmmuuuummm… sonore du moulin et le "pouette pouette" du passage de la boîte de vitesse n’aident pas vraiment. Bref je suis vilain, c’est de l’arcade, et sur ce point on s’en rend compte.


Attention, je ne dis pas qu’avec l’habitude on ne s’en sort pas, mais je sors de quelques parties de 3D Gand Prix sur la même machine (lien), et sur ce point il n’y a pas photo.


Réalisation.

CHQ fait partie des beaux joujoux du monde vidéoludique de l’Amstrad. Bien sûr on est loin du modèle Arcade, mais le titre de OCEAN s’en sort plus qu’avec les honneurs. Les graphismes ne manquent pas de détails, limite overdose ce qui peut expliquer que le jeu manque de fluidité. Les éléments sont nombreux, trop nombreux, c’est une véritablement avalanche agrémentant toutes les parties de l’écran.

Ecran d’ailleurs divisé en deux. En haut les efficaces gyrophares, suivi d’une barre de texte expressive, d’une surface d’où apparaissent des visages, et d’un tableau indiquant divers éléments comme le score, le stage, et plus important le temps restant et la distance entre la voiture chassée. La seconde partie est réservée au jeu, mais contient tout de même des turbos disponibles et l’énergie de la voiture chassée.


Votre voiture bénéficie d’une très belle décomposition de mouvement et donne du volume à la bête. Elle se décale dans les quatre directions, possède un gyrophare animé, rejette de la fumée (ou poussière), et l’on peut même voir la piste où les voitures en face à travers la vitre arrière. Les autres voitures et le gibier eux ne seront qu’en 2D (en 4 sprites), mais rien de pénalisant, d’autant que la voiture du fugitif est animée elle aussi.

Concernant les décors, leurs thèmes changent en fonction du stage, et jouissent de nombreux détails, particulièrement sur les rebords de piste avec parfois de gros sprites. La route peut- être déformée et est aussi munie d’obstacles divers. La route convient de part et d’autre des bandes rouges et blanches qui la délimitent de l’herbe, et des bandes horizontales de couleurs différentes donnent encore plus d’embonpoint à l’ensemble.  Le prix à payer pour tout ça ? Un jeu globalement saccadé, du moins manquant grandement de fluidité. Par contre ça reste globalement rapide.


Un hélicoptère fait parfois son apparition, en stage 2 il me semble, il est assez beau et bénéficie même de son ombre sur la route. Il y a aussi parfois des tunnels qui donnent une belle impression de volume. Il y a d’autres petits gris-gris comme les mains des héros ou le gyrophare sur la voiture, mais je vous laisse les découvrir.

Coté audio c’est mitigé avec des bruitages plaisants et caractéristiques à CHQ qui resteront éternels dans nos souvenirs, mais le bruit du moteur aussi dynamique qu’un ronronnement de chat malade n’est pas adapté et les "pouette pouette" de la boîte et des dérapages m’ont toujours frustrés. Le bruit du Turbo par contre est finement réalisé, et des voix digitalisées de belles qualités sont mêmes présentes.


Difficulté et durée de vie.

5 voitures à poursuive, 3 continuent, ça laisse peu de place au succès. Cela dépendra de votre faculté à bien gérer les accélérations / décélérations pour passer au mieux les virages ou les obstacles, ce qui n’est pas facile et il faudra la jouer finaud. Le temps reste votre pire ennemi. Faisable d’un coup je pense, mais je ne fais pas parti des déterminés. Le jeu reste assez dur pour les raisons que vous aurez comprises.



Traduction AB prod ?

La traduction Française profite de quelques coquilles à l’"ANGIAISE" ou du type "ALLONS-Y CHAUFFER" et le "CHAMPION" n’aimera pas qu’on lui appuie dessus. Enfin il y a plein d’autres comme ça à découvrir, poilant.

Le choix de la langue se fait via F1 (English) ou F2 (Français). Via l'émulateur Caprice32, F2 est attribué à un snapshot, il faut donc appuyer sur 2 sur pavé numérique pour remplacer cette touche.
 

Réglages.

La configuration des touches dans le jeu se fait pendant la phase de démo en appuyant sur "Echap" (ESC). Vous pourrez redéfinir les actions: GEAR - ACCELERATE - BRAKE - LEFT - RIGHT - PAUSE - TURBO



Conclusion.

CHQ est une bonne conversion de son homologue Arcade, et il y avait un fossé à combler, mais la team de OCEAN a fait du bon boulot. Bien sûr il n’est pas parfait, mais il fait parti des meilleurs sur le support grâce à une réalisation plus que soignée et même poussée parfois à l’extrême.


Télécharger la rom.
Réagir sur le forum.


Des Tips :

Oui à l’ancienne.

Pour voir le TEST MODE, allez dans la redéfinition des touches (Appyez sur Echap) ,et tapez au clavier le mot : SHOCKED: Gear= 'S' Accelerate= 'H' Brake= 'O' Left= 'C Right= 'K' Pause= 'E' Turbo= 'D'

En bas de l’écran apparaît un mode TEST.

Redéfinissez à nouveau les touches pour pouvoir jouer correctement.

Maintenant, durant la partie, appuyez sur:
1 = Recommencez le niveau.
2 = Niveau suivant.
3 = Fin du jeu.
4 = Une  vie supplémentaire.




 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Zapier le 16/04/2013
2001-2018 Planet Emulation