Antarctic Adventure

(1/1)

 

Titre : Antarctic Adventure (titre original : kekkyoku nankyoku daibouken)
Genre : courses de pingouins (et je dis ça sérieusement.. )
Année : 1983
Console : MSX/CV/NES
Editeur : Konami

Nous sommes en plein boom des années 80, et en ces années de débauche multipliant les odes au mauvais goût vestimentaire, la 8-bits de Nintendo est encore toute fraîche dans nos petites mimines. Mais déjà de grands éditeurs sortent du lot et se démarquent tant par la qualité de leurs titres, mais tout autant par l'originalité de certains. L'un d'eux, désormais bien connu, Konami, en fait partie. Le jeu vidéo a la réputation d'être violent, et bien moi je dis non monsieur le juge ! Je tape du poing sur la table et je le prouve, en présentant une pièce a conviction où le mot violence n'a point sa place ! Il est désormais temps de se faire quelques glissades sur le postérieur... et vive les pieds palmés !!

 C'est parti pour le tour du monde de la banquise !!

Pingouin or not pingouin..

Le jeu se passe sur les immenses étendues de glace en Antarctique. Population locale : poissons, otaries.. et bien entendu des pingouins. Enfin surtout un.. qui va se trouver être le héros de cette épopée. Un héros plutôt très inattendu me direz-vous.. eh bien je ne peux que vous approuver ! Si un jour on m'avait dit que j'incarnerais un pingouin, et que désormais, l'unique but dans ma vie, serait d'attraper des poissons et d'éviter des otaries.. je crois que j'aurais regardé cette personne bizarrement.

Et pourtant ! Qui aurait cru qu'un si petit être aussi insignifiant pouvait être capable de me donner autant de plaisir vidéoludique ? J'en suis encore le premier étonné.. comme quoi en additionnant quelques pixels on peut arriver à faire des miracles. C'est qu'à cette époque.. le jeu vidéo, c'était ça ! En ces temps reculés de l'ère 8-bits, la magie n'opérait pas encore sur console de salon, mais c'était sur MSX que ça se passait. A l'époque c'était l'une des bécanes les plus fiables pour faire tourner un jeu vidéo. Et c'est là-dessus que notre pingouin posa ses valises en premier. C'est qu'il a pas des goûts de chiottes, notre pingouin.. pour son dépucelage vidéoludique, il choisit de se montrer à bord de la roll's royce de l'époque, rien que ça !

 Bôzour mam'zelle l'otariiie
 Pingouin vole au vent...

L'habit ne fait pas le moine... ni le pingouin !

C'est tout pour le petit cours d'histoire sur le multi-support dont a bénéficié Antarctic Adventure, car deux petites années plus tard, c'est sur la 8-bits de Nintendo que va déferler notre super pingouin sans complexe aucun. Et il a bien raison ! Avec entre autres en 1984 une sortie sur ColecoVision. La version sur ces trois supports demeurant très identique.

Antarctic Adventure fait partie de ces jeux simples comme bonjour, qu'à la limite on se demanderait presque comment une telle idée a pu trouver un éditeur assez courageux pour le commercialiser.. pour finalement rester comme l'une des idées les plus originales et sympathiques de son époque.

 Mais qu'il est beau le coucher de soleil sur la banquise.. hein copain poisson !!
 Han.. touché..

J'aurais voulu être... un pingouiiin... !

Mais est-ce qu'un jeu original est synonyme de qualité ? La question qui tue... le fait est que malgré tout l'enthousiasme suscité par le thème du titre, techniquement parlant, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Pour sa défense, en 1985 sur NES, avoir un jeu qui n'était pas entièrement carré et moche, cela pouvait relever de l'exploit.

Et d'ailleurs.. il est grand temps d'approfondir un peu plus que ça la personnalité de notre super pingouin.. moi-même ça me fait mal au cœur de continuer a l'appeler Monsieur Pingouin après tous les kilomètres que je lui ait fait parcourir.. c'est que ça finit par créer des liens !! Il faut lui trouver un prénom.. va falloir lui en trouver un qui lui aille bien, puisque dans le jeu, il n'a pas de nom. Michel ? Non.. Alfred ? Non.. Maurice ? Non.. Ah ça y est.. j'ai trouvé ! Steve.. oui, ça lui ira très bien. Notre mascotte des glaces va désormais s'appeler Steve.

 Mais voui, t'es beau..

Gloire aux pingouins !!

Le jeu se présente donc "à la première personne" où vous incarnez votre pingouin, avec un circuit tout tracé qui s'offre a vous. En partie haute de l'écran, se trouvent les principales informations vous concernant : votre score actuel, le hi-score qui va bien, votre compteur de vitesse représenté sous forme de barres, le temps qu'il vous reste pour arriver jusqu'à la fin du circuit ainsi que la distance qu'il vous reste a parcourir.

Graphiquement parlant, c'est très propre... mais en même temps très pauvre. Le sprite de notre cher ami, lui, est très correct. Un petit pingouin tout mimi plutôt rondouillard sur le fessier, qui arrachera tôt ou tard un sourire empli de nostalgie aux indécrottables de l'épopée 8-bits.

Très propre et très pauvre graphiquement, mais aussi musicalement. Le fait est que le joueur devra se contenter d'une seule et même musique durant toute la partie.. ce qui peut devenir vite agaçant. Ceci dit.. la musique n'est en rien énervante en elle-même. Elle est même plutôt.. relaxante. Le genre où vous êtes assis sur un sofa avec un monsieur en blanc (un psy quoi.. ) à côté qui vous dit de vous détendre en vous passant la musique d'Antarctic Adventure sur NES... mais une musique qui, quoi qu'on en dise, colle à merveille à l'esprit bon enfant du jeu.

Pingouin président, pingouin président !!

Comme tout bon jeu de course qui se respecte, vous contrôlerez votre sprite vu de dos et le ferez avancer sur la piste enneigée parsemée d'embûches visant à retarder Steve le plus possible dans sa course. On trouvera durant toute la partie moult obstacles : des flaques d'eau, des fissures, plus grandes et plus profondes que les flaques.. et des otaries, qui sortiront de façon inopinée de certaines flaques d'eau.. arborant un sourire digne du célèbre clébard de Duck Hunt.

Un petit mot pour parler des objets qu'il vous appartiendra de ramasser sur votre parcours, à savoir des drapeaux et des poissons qui augmenteront votre score. Ainsi que des drapeaux clignotants qui serviront à Steve d'hélicoptère pendant quelques secondes, particulièrement utile pour franchir sans souci une série de fissures dans un virage par exemple.

Lorsque vous faites avancer Steve, les obstacles se dessineront peu à peu que vous vous approcherez d'eux. Si vous touchez une simple flaque d'eau, vous serez ralentis de quelques petites secondes. Il n'en est pas de même pour les fissures, qui si vous n'avez pas calculé le danger assez tôt, vous feront purement et simplement de tomber dedans. Il faudra alors marteler le bouton de saut pour faire sortir Steve hors du trou, ce d'ailleurs dans une animation tout ce qu'il y a de plus réussie en matière d'animation de pingouin ! Chapeau bas je dis. On en ressentirais presque de l'effort pour lui ! Voire même le faire tomber encore et encore, rien que pour l'animation de la remontée du pingouin, qui est il faut bien le dire, anthologique.. avec par-dessus le marché, un certain humour à demi-dissimulé que je ne saurais mettre de côté.

 Allez petit ! Oui pousse ! T'y est presque !!

Pingouin un jour, pingouin toujours !

Si le jeu n'est absolument pas détaillé pour un sou, là n'est pas sa principale force. Car même si Steve va se contenter de courir durant toute la partie, tout nu sur la glace avec uniquement sa tenue d'Adam version pingouin pour le protéger, et surtout tout seul, Antarctic Adventure n'en demeure pas moins un jeu de course dans lequel il faudra aller le plus vite possible pour atteindre l'arrivée. Et là où cela va grandement s'en faire ressentir, c'est dans ses effets de vitesse, absolument bluffants pour de la NES, qui aura du mal à faire mieux, même quelques années plus tard, malgré la sortie de vrais jeux de courses, qui traineront avec eux des effets de vitesse moins réussis que sur ce fantastique Antarctic Adventure.

LES NOTES :

- les graphismes : 11/20
Mis-à-part le cruel manque de détails, on a un ensemble graphique très propre sans aucune dhiarée de pixels. Un parcours, des lignes droites, des virages... avec une mention spéciale pour ses effets de vitesse. A noter que le principal protagoniste du jeu, a savoir Steve le pingouin, est lui très réussi. On en aurait presque envie de rentrer dans le jeu pour lui croquer ses petites fesses rondelettes. Saluons au passage la profondeur affichée à l'écran, qui si elle ne se résume qu'a quelques petites montagnes statiques, a le mérite d'exister.

- les musiques (ou plutôt.. LA musique) : 10/20
Une seule et même piste pour tout le jeu.. pour certains ceci est carrément inconcevable, alors que pourtant, on est sur NES, en 1985, et avoir une musique d'une qualité pareille était chose rare. Une musique  hypnotique, aussi les avides d'action tels les bourrins qui ne jurent que par Rambo vs Robocop vs Terminator risqueront fort de s'endormir manette a la main. Les autres, qui eux sauront l'apprécier à sa juste valeur se surprendront à secouer machinalement la tête de gauche à droite, et ce sans sofa ni toubib' !

- la maniabilité : 16/20
La question est : est-ce que Steve répond bien aux commandes ? La réponse est clairement oui. Pas spécialement de problèmes pour déplacer notre pingouin préféré, le faire slalomer entre flaques et fissures. Petit bémol cependant concernant certaines collisions, et l'injustice, dans certains touchers plus ou moins contestables, qui viendra plus d'une fois mettre son grain de sel. Ensuite il appartient avant tout au joueur de savoir gérer ses sauts et de prendre ses mesures avant de se plaindre d'avoir fait un saut foireux qui aurait pu être réussi avec un chouilla d'application supplémentaire.

- la durée de vie : 14/20
Un jeu qui n'a pas de fin, tout simplement. Vous aurez à parcourir une dizaines de parcours, et une fois que vous en serez venu à bout, on recommence ! Trois modes de difficulté pour épicer un peu tout ça, mais à force, on finit par perdre. Comme au Tetris. La boucle infernale. En l'occurrence, on finit tôt ou tard par se faire surprendre par une otarie, puis une autre, puis une fissure, et là.. c'est le drame.

- au final : 13/20
Une énorme surprise qu'est en fin de compte Antarctic Adventure. Enorme et surtout étonnamment agréable et pas seulement pour le plaisir des touts petits ! Car on a beau dire et se moquer d'incarner un pingouin pour faire des courses à poil sur la banquise, il en ressort quelque chose de magique de ce jeu. Comme quelque chose qu'on ne fait pas tout les jours, et que sûrement votre voisin n'a pas fait ! Heureusement pour lui ? Non.. moi je dis dommage pour lui. Misérable voisin qui finira sa triste petite vie sans avoir connu dans sa vie l'ivresse d'une partie d'Antarctic Adventure.

Qui très personnellement, restera pour moi un gros coup de cœur vidéoludique, foi de Vince !

 Et hop ! Une belle pose finale pour notre super pingouin ! Bravo bravooo !!
Article rédigé par VinceGaiden le 06/12/2009
2001-2018 Planet Emulation