Sonic R

(1/1)
Ecran titre
  • Nom : Sonic R
  • Editeur : Travellers Tales
  • Console : Saturn
  • Année : 1997
  • Genre : Course à pied
  • Joueurs : 1-2

Can you feel the sunshine ?



Transposer l'univers de Sonic en jeu de course, voila qui n'est pas aisé. Sega avait tenté le coup sur Game Gear avec les Sonic Drift, et s'y était cassé les dents. Du coup c'est à un studio américain, Traveller's Tale, qu'à été confié ce délicat projet. Pas sot ; si le jeu est une réussite, ça fera un nouveau hit avec Sonic, s'il est mauvais ce ne sera pas de la faute de Sega.
Raté, puisque Sonic R n'est ni l'un ni l'autre. Ou plutôt, il est à la fois et l'un et l'autre, ce qui lui a valu des notes pour le moins contrastées selon les magazines lors de sa sortie. Pourquoi, mais pourquoi ?

Commençons par le principe de base : Sonic R est un jeu de course à pied dans lequel vous avez le choix entre 4 persos de base (Sonic, Tails, Knuckles et Amy) plus 6 cachés, qui ont leurs caractéristiques propres et 5 circuits (dont 1 caché). Bon, 5 circuits c'est peu, même si on peut les jouer en reverse. Mais bon, Sega Rally n'en a que 4.

 Robotnik est encore et toujours de la partie...
Un petit air de Sonic Adventure, non ?

Ensuite, le jeu est très déroutant graphiquement. Rien que dans sa présentation : on passe d'un écran titre superbe en haute résolution, à un menu très, mais alors très très vilain, puis à un écran de loading très chouette.Ça commence bien.
Une fois arrivé à la course elle-même, une pensée traverse l'esprit : beau de loin mais loin d'être beau. Les couleurs sont chatoyantes, et les décors tout à fait dans l'esprit des jeux Sonic, mais alors le reste....une vraie bouillie de pixels.
Côté animation ce n'est pas terrible non plus, avec tout un tas de bugs (du genre passer à moitié à travers un mur), et un clipping proprement scandaleux, même pour une Saturn.
 En plus, la jouabilité est très délicate, on rame franchement pour ne pas se taper tous les murs ou même pour rester sur la piste. Franchement, tout ça n'est pas très encourageant.

Work it out, work it out, think about it !

Donc à partir de là, de deux choses l'une : soit vous éteignez la console en maudissant le Dieu Sega et tous ses saints, soit vous persévérez en vous disant (avec quelques trémolos dans la voix) que tout de même, un Sonic ne peut pas être mauvais à ce point là, ce n'est pas possible, ça ne peut pas arriver (et puis en plus vous avez quand même claqué 400 balles dedans).
N'écoutant donc que ma conscience, je persévère, et ô miracle, quelques-uns des défauts s'estompent.

Amy est toujours un gros boulet...m'enfin, Sonic, largue la cette pintade !
 Les anneaux servent à ouvrir les portes
et prendre les accélérateurs


D'abord les circuits, s'ils sont graphiquement grossiers, sont bien construits et possèdent plusieurs chemins, comme dans un Sonic classique. Ils comportent quelques passages plus ou moins secrets qui permettent de gagner du temps ou de découvrir des bonus, des loopings et des rampes d'accélération, et on voit même quelques effets de transparence.
Ensuite, la jouabilité n'est pas si mauvaise que ça. Une fois l'utilisation des gâchettes maîtrisée (en particulier avec le pad analogique), on arrive enfin à prendre les trajectoires voulues, et le jeu commence à être amusant. Cependant il reste de gros points noirs : l'inertie lors du freinage est excessive et c'est la croix et la bannière pour se diriger à vitesse réduite, en particulier à cause de la caméra qui se place n'importe comment.
Et pourtant le jeu reste fun, et la durée de vie est assurée par les personnages à débloquer et le jeu à deux.

Everybody's Super Sonic Racing...

Et puis surtout : la musique !!! Si les bruitages sont complètement quelconques, les musiques valent leur pesant de cacahuètes et rattrapent à mon avis l'ensemble ! Et pour cause : elles sont chantées, et de quelle manière ! Quelque part entre Pia Zadora et Corona (bonjour les références !), elles seraient complètement nazes hors contexte mais sont ici extrêmement sympathiques, à tel point qu'il est physiquement impossible de ne pas les fredonner après une partie, provocant ainsi la consternation de votre entourage.


La musique du dernier stage. Oui oui, c'est consternant.

 Que serait un Sonic sans la base de Robotnik ?
 La dernière course se déroule
dans une émeraude géante


Au final, Sonic R est un jeu qui provoque des réactions très contrastées.
Certains diront qu'il est moche, avec des musiques nazes et une jouabilité à l'avenant. Ils n'auront pas tort. D'autres le trouveront mignon, avec des graphismes colorés et des musiques entrainantes, et plutôt fun, et ils auront raison aussi.
De toute façon, Sonic R n'est pas un hit ; au pire une grosse daube, au mieux un bon petit jeu, c'est selon. Je mets la moyenne faute de mieux, mais c'est vraiment à vous de vous faire une opinion.


Note : 10/20
Article rédigé par Shenron le 17/11/2007
2001-2013 Planet Emulation